Un tourbillon américain en Asie du sud-est

Le patron du Pentagone est venu en éclaireur. Accompagné de Hillary Clinton, Barack Obama passe le weekend à Bangkok, le lundi en Birmanie et le mardi au Cambodge.

Curieux marathon pour la première tournée à l’étranger d’un président réélu voilà deux semaines seulement à la suite d’une épuisante campagne électorale. Leon Panetta, le secrétaire américain à la défense, a donné le ton en signant, peu après avoir débarqué en Thaïlande le 15 novembre, une «alliance de défense» dont le label est éloquent : «un partenariat de sécurité pour le XXIème siècle».

La Thaïlande et les Etats-Unis ne se seraient donc apparemment jamais quittés au cours du dernier demi-siècle malgré les mouvements divers observés à Bangkok au lendemain de l’humiliation américaine du 30 avril 1975 au Vietnam. Et, comme en Australie, où un premier contingent de fusiliers-marins américains s’installe, Washington n’aurait pas abandonné l’idée d’essayer de stationner un peu de monde dans le royaume qui fut la base arrière de la guerre au Vietnam.

Barack Obama semble s’être engagé, tête baissée, dans une série de premières qui doivent ancrer un mouvement auquel il tient : l’Amérique accentue son «pivot» en direction de l’Asie-Pacifique même si deux des artisans de cette réorientation, Léon Panetta et Hillary Clinton, s’apprêtent à quitter l’équipe présidentielle. Obama sera le premier président américain à se rendre au Myanmar (Birmanie), le 19 novembre, et au Cambodge, le 20 novembre. Au passage, il aura été reçu, audience fort rare, par le roi de Thaïlande, âgé de 84 ans, qui vit dans un hôpital et ne se déplace plus qu’en chaise roulante.

A Phnom Penh, où il passera une nuit avant de participer, le 20 novembre, au septième sommet de l’Asie de l’est, il aura des entretiens bilatéraux avec  le premier ministre Wen Jiabao (un Chinois sur le départ) et le premier ministre Yoshihiko Noda (le Japonais de service). Il sera, surtout, contraint d’engager son autorité dans les querelles maritimes qui empoisonnent les relations de la Chine avec ses voisins. Ce sommet, lui aussi, sera dominé par les relations entre Pékin et Washington.

En effet, le changement intervient rapidement. La Birmanie passait encore, voilà deux ans, pour une chasse gardée chinoise. Aujourd’hui, la concurrence entre les deux Grands de l’Asie-Pacifique s’y annonce rude. Au Cambodge, partenaire de la Chine, il sera intéressant de jauger l’influence de Washington. Obama souhaite emballer la machine et, surtout, qu’on n’oublie pas dans quelques semaines ce premier voyage à l’étranger de son deuxième mandat. Dès novembre 2011, dans un discours à Melbourne devant le Parlement australien, il avait annoncé la couleur : «en tant que nation du Pacifique, les Etats-Unis joueront un rôle plus large et de long terme dans le façonnement de la région et de son futur».

Nous y voilà donc. L’Amérique renforce ses liens militaires avec les voisins de la Chine – comme les Philippines, la Corée du Sud, le Vietnam, dont les relations avec Pékin sont plus difficiles. Elle conforte ses liens avec Singapour, la Thaïlande ou l’Indonésie. Les Chinois se disent encerclés. Aux yeux de Washingon, l’Asie orientale est désormais la priorité et, pour peu que des dérapages soient limités au Proche Orient ou en Afghanistan, le deuxième mandat d’Obama est lancé.

Laisser un commentaire

Must Read

Programme d’échange commercial Vietnam-Russie

Programme d’échange commercial Vietnam-Russie

Nhân Dân en ligne - Le Vietnam et la Russie disposent de nombreux potentiels pour développer leur coopération commerciale dans divers secteurs, notamment l’agriculture...