Attaques contre l'armée birmane à la suite d'un appel à la révolte

BANGKOK/YANGON — Les affrontements entre l’armée birmane et un mouvement de résistance croissant appelé Force de défense du peuple se sont intensifiés à la suite d’appels à des soulèvements ouverts par le gouvernement parallèle formé par des politiciens et des militants évincés.

Le PDF se compose de milices qui ont été formées dans tout le Myanmar depuis mai par des citoyens opposés au régime militaire. Le gouvernement d’unité nationale, lancé par les dirigeants démocratiquement élus du Myanmar chassés par l’armée en février, a un contrôle direct limité sur ces groupes, qui prennent chacun leurs propres décisions militaires.

Environ 120 à 300 milices sous les PDF existent maintenant à travers le Myanmar, avec un total estimé de 20 000 à 30 000 combattants, selon des experts qui ont suivi de près l’escalade des attaques.

Les Chinland Defence Force, un groupe de résistance de premier plan au sein des PDF, et une organisation ethnique armée locale se sont affrontés samedi avec l’armée dans l’État de Chin, a rapporté le média local Myanmar Now. La Chinland Defence Force a publié une déclaration affirmant avoir tué 30 soldats. Environ 20 maisons ont été détruites dans la ville de Thantlang, dans l’État de Chin, en raison de bombardements militaires, poussant des milliers d’habitants à fuir vers les villes voisines et les zones frontalières, selon des informations.

Les affrontements entre les milices des PDF et l’armée se sont intensifiés dans les régions du nord-ouest et du centre du Myanmar en particulier. Des combattants du PDF dans la région centrale de Magway ont attaqué l’armée le 15 septembre, affirmant qu’elle avait tué six personnes et blessé un. D’un autre côté, au moins 18 non-militaires, dont des membres des PDF, sont morts dans la région lors d’un affrontement séparé du 9 au 10 septembre.

Aucune escarmouche majeure n’a éclaté à Yangon, et le centre de la plus grande ville du Myanmar continue de grouiller de voitures et de piétons. Mais six explosions se sont produites le 14 septembre dans le canton de Hlaingthaya à Yangon, où de nombreuses usines de confection sont implantées. Des militants entraînés attendraient dans la ville le bon moment pour faire grève.

La récente escalade des hostilités fait suite à un appel au soulèvement national lancé par le président par intérim du NUG, Duwa Lashi La, dans une vidéo sur Facebook le 7 septembre. Plus de 40 explosions ont été enregistrées à travers le Myanmar ce jour-là, selon l’agence américaine Armed Conflict Location & Projet de données d’événement.

Alors que la leader pro-démocratie Aung San Suu Kyi a appelé à la non-violence dans le passé, le NUG prend une nouvelle direction au milieu d’une désillusion croissante à l’égard de la communauté internationale. Les Nations Unies ont commencé leur Assemblée générale le 14 septembre, mais il est peu probable que l’organe exerce suffisamment de pression sur le gouvernement militaire pour qu’il change de ton.

Le NUG appelle à un soulèvement armé « parce que la non-violence ne peut plus protéger les civils contre les atrocités militaires », a déclaré le législateur japonais Michihiro Ishibashi citant un responsable du NUG lors de leur réunion en ligne le 8 septembre.

“Nous avons demandé l’aide de la communauté internationale, mais cela n’a rien fait”, aurait déclaré le responsable.

Les autorités militaires du Myanmar ont réagi à l’escalade de la violence en réprimant les mouvements de résistance potentiels, notamment en effectuant des raids dans des maisons privées pour des invités non enregistrés.

“Il y a plus à craindre que les employés ou votre famille soient pris dans la répression qu’il n’y a d’explosions ou d’affrontements armés”, au moins à Yangon, a déclaré un employé d’une entreprise japonaise ici.

En plus des problèmes de sécurité publique, le gouvernement militaire du Myanmar est également confronté à des défis économiques croissants. La monnaie birmane a perdu plus de 10 % de sa valeur en deux semaines, s’élevant à environ 1 975 kyats…

Source link

Laisser un commentaire

You May Also Like

L’armée birmane impose le bâillon aux avocats de Suu Kyi

BANGKOK/YANGON — Le gouvernement militaire du Myanmar a interdit aux avocats d’Aung…

Un proche de l’ex-chef de la junte nominé vice-président de Birmanie

Les députés militaires ont nominé le 10 juillet Myint Swe, un général à la retraite proche de Than Shwe, l’ancien leader de la junte, pour prendre le poste de vice-président.

Birmanie : pénurie de médicaments pour les malades du sida

L’insuffisance du système local de santé et de l’assistance internationale met en péril la vie de dizaines de milliers de Birmans atteints par la maladie

Le gouvernement parallèle du Myanmar conteste le régime avec un budget de 700 millions de dollars

BANGKOK/YANGON — Le gouvernement fantôme d’unité nationale du Myanmar a intensifié ses…