East Asia Forum

Auteur : Pascal Tanguay, Bangkok

Au cours des quatre dernières années, le gouvernement thaïlandais a entrepris des réformes législatives pour créer un marché pour le cannabis médical. Avec le potentiel de récolter des avantages économiques importants et d’aider les patients dans le besoin, la question demeure : le gouvernement donnera-t-il la priorité aux bénéfices ou aux patients ?

Bien que ces deux objectifs ne soient pas nécessairement mutuellement exclusifs, il est important de comprendre les motivations derrière les réformes afin que les décideurs politiques puissent équilibrer les deux aspects. Les preuves montrent de plus en plus que la santé est un bien public trop important pour être géré par les forces du marché, d’autant plus que le profit est en contradiction avec les principes de santé publique.

En janvier 2017, le chanvre (fibre de la tige de la plante de cannabis) a été dépénalisé dans le cadre d’un projet pilote par l’Office thaïlandais de contrôle des stupéfiants. En décembre 2018, l’Assemblée nationale thaïlandaise a voté à l’unanimité la modification des lois nationales en faveur du cannabis médical. En février 2019, les extraits de cannabis et de chanvre ont été retirés du contrôle de l’État et les produits contenant du chanvre ont été reclassés en août 2019.

Des réformes supplémentaires un an plus tard ont permis aux opérateurs médicaux privés de cultiver et de commercialiser les récoltes. En décembre 2020, les autorités ont retiré des parties supplémentaires de la plante de cannabis des lois pénales. En mars 2021, le vice-Premier ministre et ministre de la Santé publique Anutin Charnvirakul a annoncé que les ménages pouvaient légalement cultiver jusqu’à six plants de cannabis.

Le cannabis médical est très demandé par les patients souffrant de 38 problèmes de santé différents. Trois mois avant que l’usine ne devienne légale, plus de 30 000 personnes se sont inscrites pour y accéder et un autre million de patients sont devenus éligibles. Bien que seulement quelques dizaines de personnes suivaient initialement une thérapie en raison de difficultés majeures pour approuver les patients, 10 000 bouteilles d’huile de cannabis ont été distribuées aux patients sur ordonnance en août 2019. En novembre 2020, 14 236 patients recevaient du cannabis médical, ce qui représente une augmentation modeste de accessibilité.

Des contrôles gouvernementaux rigoureux ont conduit à des problèmes d’autorisation. En janvier 2020, 442 licences de cannabis médical avaient été délivrées, dont plus de 400 ont été utilisées pour la distribution – bien que l’approvisionnement reste un défi important à relever par la production domestique.

Les problèmes d’infrastructure pour faciliter l’accès ont été partiellement résolus grâce à l’expansion rapide des dispensaires. En novembre 2020, 311 cliniques médicales fonctionnaient, la plupart à Bangkok, bien que le gouvernement se soit engagé à en avoir au moins une dans chaque province. Cela représente une augmentation par rapport à deux cliniques à temps plein en mai 2019. Malgré le nombre croissant de cliniques, on ne sait toujours pas combien de patients ont actuellement accès au cannabis médical en l’absence de toute évaluation de la prestation de services médicaux.

Le gouvernement a clairement indiqué que le principal moteur de ses politiques sur le cannabis médical était le profit. Le vice-premier ministre Charnvirakul a déclaré que « la marijuana et le chanvre sont tous deux des cultures économiques [that provide] une nouvelle option pour les habitants de générer des revenus ». Il a poursuivi en affirmant que “les ménages pourraient gagner 12 000 bahts (385 $ US) par an en vendant des plantes à l’industrie”. Marut Jirasrattasiri, directeur général du Département de médecine traditionnelle et alternative thaïlandaise, a qualifié le cannabis médical de « plus d’options de revenus ».

La presse fait écho à la promesse d’avantages financiers, avec de nombreux articles avançant des gains économiques potentiels publiés dans la section santé plutôt que la section affaires. La valeur marchande du cannabis en Thaïlande est estimée entre 660 millions de dollars et 2,5 milliards de dollars d’ici 2024. Il n’est pas étonnant que plusieurs segments de la société soient désireux de courir après le « pot d’or » et de rejoindre la ruée vers le vert.

Pourtant, certains craignent que la promesse de profit ne conduise à des raccourcis et à des priorités faussées. Faire passer le profit avant la santé publique est une réponse courante aux crises de santé publique, l’une des plus récentes observées dans le contexte de la pandémie de COVID-19. Les experts avertissent que donner la priorité aux intérêts commerciaux plutôt qu’à la santé publique peut avoir des « conséquences négatives et irréversibles pour la société thaïlandaise ».

En Thaïlande, les besoins médicaux des patients et les avantages potentiels du cannabis pour la santé semblent être secondaires par rapport aux rendements économiques potentiels de la croissance du marché. Si les patients passaient avant le profit, nous aurions assisté à une augmentation rapide de l’accès des patients et à des efforts indépendants pour identifier les goulots d’étranglement et améliorer l’accessibilité. Des experts et des responsables feraient la promotion des bienfaits médicaux du cannabis. Au lieu de cela, l’accès au cannabis a été limité, aucune évaluation n’a été effectuée et le discours populaire fait la promotion des avantages économiques potentiels pour le pays, le gouvernement et le secteur des affaires.

La Thaïlande a toujours bien réussi à protéger les patients contre les profits en délivrant des licences obligatoires pour garantir un accès abordable aux médicaments essentiels. Il est important que le gouvernement maintienne ces mêmes priorités car il se positionne comme un leader sur le marché du cannabis médical en Asie du Sud-Est.

Pascal Tanguay est un expert indépendant en réduction des méfaits et en politique des drogues basé à Bangkok.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire

You May Also Like

Des heurts lors de manifestations en Thaïlande

La manifestation anti-gouvernementale du 24 novembre à Bangkok s’est déroulée pour l’essentiel dans le calme, malgré quelques heurts entre policiers anti-émeute et militants excités.

La consécration de la “street food” de Bangkok

BANGKOK – C’est une histoire thaïlandaise de Cendrillon, assaisonnée de citronnelle, de…

Thaïlande : un sorcier-tatoueur franchit la ligne jaune

Un sorcier du nord-est de la Thaïlande a été arrêté à cause des bagarres que son art provoquait entre ses disciples.