A la recherche d’une nouvelle identité pour SCO

Auteur : Timur Dadabaev, Université de Tsukuba

L’Ouzbékistan a présidé la 22e réunion du Conseil des chefs d’État de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à Samarcande les 15 et 16 septembre 2022. Le sommet a été l’un des plus grands événements jamais organisés en Asie centrale, attirant une large attention.

L’OCS a accueilli les dirigeants de la Russie, de la Chine, de l’Inde, du Kazakhstan, du Kirghizistan, du Pakistan, du Tadjikistan et de l’Ouzbékistan, ainsi que les États observateurs de l’OCS, l’Iran, l’Afghanistan, la Biélorussie et la Mongolie. Des partenaires de dialogue comme l’Arménie, l’Azerbaïdjan, le Cambodge, le Népal, le Sri Lanka et la Turquie, ainsi que quelques candidats au statut de partenaire de dialogue, étaient également présents. Le président du Turkménistan, Serdar Berdimuhamedow, était l’invité personnel de Shavkat Mirziyoyev, le président de l’Ouzbékistan.

Accueillir le sommet de la plus grande organisation régionale du monde, qui couvre 40 % de la population mondiale et plus de 30 % du PIB mondial, a une connotation particulière.

La réunion a eu lieu au milieu de la campagne militaire russe en Ukraine, des sanctions occidentales sans précédent contre la Russie, des tensions croissantes entre l’Occident et la Chine et à un moment où la coopération politique internationale est difficile. La récente confrontation militaire entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie et les affrontements à la frontière entre le Kirghizistan et le Tadjikistan démontrent l’importance de la réunion pour relever les défis des États membres.

Le sommet présentait divers ordres du jour de la Russie, de la Chine et d’une majorité de petits participants. La Russie a tenté d’utiliser le sommet pour sortir de l’isolement international. Il a signalé à ses voisins et alliés proches, comme la Chine, que l’OCS est un instrument par lequel changer l’ordre international dirigé par l’Occident.

Le soutien à l’agenda de la Russie différait d’un pays à l’autre, la Turquie, la Chine et l’Iran faisant preuve d’un certain degré de compréhension. L’ordre du jour de l’Inde s’est concentré sur sa préoccupation concernant les impacts de la guerre ukrainienne sur l’économie mondiale. Le président chinois Xi Jinping a tenté d’équilibrer le soutien de la Chine à ce « nouvel » ordre international avec la coexistence avec l’Occident en raison de l’influence économique continue de l’Occident sur l’économie chinoise.

La plupart des États d’Asie centrale et des participants au sommet considèrent l’OCS comme détenant un potentiel économique inexploité plutôt que comme une organisation uniquement conçue pour traiter des questions de sécurité. Le sommet de 2022 a présenté une tentative des États membres de transformer l’OCS en une organisation avec des objectifs économiques et axés sur les infrastructures clairs. Ces objectifs comprennent la promotion de nouvelles voies de transport, la diversification des canaux de connectivité, la sécurisation de la stabilité des chaînes d’approvisionnement et la promotion d’opportunités plus larges de génération de croissance.

Les suggestions avaient toutes un angle d’aide humanitaire et de prévention des catastrophes environnementales – souligné en particulier par l’Ouzbékistan. La Russie a également proposé de créer une association d’organisations sportives. Ces initiatives ouvriront la voie à l’OCS pour devenir une organisation régionale plus ciblée et plus inclusive. L’ordre du jour de la plupart des petits États participants reflétait également le soutien à l’élargissement de la portée géographique de l’organisation. Cela ouvrira la voie à l’inclusion de l’Iran et de la Biélorussie dans l’organisation, tout en offrant également des partenariats de dialogue à Bahreïn, aux Maldives, au Koweït, aux Émirats arabes unis et au Myanmar.

Les mémorandums d’accord récemment signés entre l’OCS et la Ligue des États arabes, la Commission économique et sociale pour l’Asie et le Pacifique et l’UNESCO ont aidé l’agenda de l’Ouzbékistan et d’autres États de la région. Les mémorandums sont censés transformer l’image anti-occidentale de l’OCS en un groupement régional plus inclusif et ouvert.

La présence de Vladimir Poutine et de Xi Jinping a inévitablement conduit à des discussions sur le rôle de l’OCS dans la gestion de la rivalité russo-chinoise en Asie centrale et de la concurrence avec l’Occident pour l’influence régionale. Mais les États d’Asie centrale voulaient discuter de la construction d’un quartier sûr, de la promotion du développement durable, du renforcement de la connectivité des transports et de la facilitation d’un dialogue culturel plus approfondi.

Le sommet a donné plusieurs résultats. Les membres de l’OCS ont signé une entente de bon voisinage, d’amitié et de coopération pour 2023-2027. La déclaration de Samarkand a ensuite décrit une approche commune de coopération dans les domaines de la science, de la technologie et de l’innovation pour transformer la région d’un site de crise environnementale et humanitaire en un lieu d’innovation et de technologie vertes.

Dans la perspective du sommet, les États membres de l’OCS ont souligné l’importance de reconstruire l’Afghanistan et d’intégrer l’Iran dans les initiatives régionales pour créer un voisinage plus inclusif. L’accord pour construire une route entre la Chine, l’Ouzbékistan et le Kirghizistan envoie le message que l’OCS devient une organisation régionale avec de multiples objectifs de développement plutôt qu’un bloc politique.

Changer l’identité organisationnelle de l’OCS…

Source : East Asia Forum