La devise birmane frôle son plus bas historique

BANGKOK/YANGON — La monnaie birmane, le kyat, est tombée à un plus bas historique cette semaine après que la banque centrale du pays a annulé la réglementation des taux de change imposée en août. La dépréciation rendra encore plus difficile pour le gouvernement de stabiliser l’économie du pays d’Asie du Sud-Est, qui a été perturbée depuis la prise de contrôle militaire en février.

Jeudi matin, les bureaux de change de Yangon, la plus grande ville du Myanmar, ont proposé un taux d’achat de 1 900 kyats par dollar et un taux de vente de 1 930 kyats par dollar, inchangé par rapport à la veille mais inférieur d’environ 200 kyats à celui de la semaine précédente. Mardi, le taux de change dans les bureaux de change a atteint un creux historique, tandis que la Banque centrale du Myanmar a maintenu son taux de référence le plus bas jamais enregistré à 1 750 kyats pour un dollar sur son site Internet depuis lundi.

Le kyat a glissé après que la banque a abrogé vendredi une règle qui maintenait le taux de change kyat-dollar à moins de 0,8% du taux de référence.

Début août, la banque centrale, sous la direction du régime militaire, a rétabli la réglementation pour la première fois depuis environ trois ans, obligeant les banques et les bureaux de change à maintenir les taux de change dans les 0,8% du taux de référence. La banque centrale a déclaré que la mesure était nécessaire pour “maintenir le taux de change stable et empêcher les prix des matières premières d’augmenter” dans le contexte de la propagation du COVID-19. Mais la banque a ensuite inversé le cours, abrogeant le règlement dans une notification du 10 septembre. Il n’a pas expliqué le dernier changement.

Avant l’abolition de la règle, les dollars s’échangeaient autour de 2 020 kyats sur le marché noir de Yangon, selon les médias locaux. Le commerce du dollar avait ralenti parce que vendre des dollars au sein de la bande de négociation officielle via des canaux réguliers, tels que les banques, signifiait encourir une perte. De nombreux changeurs ont fermé leurs magasins, forçant ceux qui avaient besoin de devises étrangères sur le marché noir.

Avec la suppression de la réglementation, le taux officiel offert par les banques et les bureaux de change devrait converger avec celui du marché noir, reflétant plus fidèlement un véritable taux du marché et facilitant les transactions en devises, a déclaré une personne du secteur des services financiers.

“L’abolition de la réglementation est sûrement une bonne chose en soi, mais la confusion continuera pendant un certain temps car il y a une incertitude sur le niveau du taux du marché”, a déclaré une personne qui travaille dans une banque étrangère. La personne avait précédemment averti que les transactions en devises ne seraient pas terminées car l’écart entre le taux officiel et le taux du marché se creuserait.

Mais la pénurie persistante de devises étrangères au Myanmar pourrait continuer à affaiblir le kyat. Les prix des biens importés tels que l’essence peuvent encore augmenter, déprimant le niveau de vie.

La banque centrale a publié une notification aux exportateurs le 3 septembre exigeant qu’ils déposent les devises étrangères payées par les importateurs sur leurs comptes bancaires et convertissent les fonds restants en kyats dans un délai de quatre mois. La directive semble viser à forcer les exportateurs à fournir aux banques des devises étrangères pour aider à constituer les réserves de change du Myanmar et à renforcer le kyat.

Avant la prise de contrôle militaire du 1er février, le kyat s’échangeait à environ 1 330 kyats par dollar. Les perspectives économiques devenant plus incertaines, le kyat a chuté de 20 à 30 % depuis lors. Les retraits bancaires restent sévèrement limités, ce qui entraîne une grave pénurie d’espèces, à la fois en dollars et en kyats.

Source link

Laisser un commentaire

You May Also Like

Le Myanmar ne s’adressera pas aux dirigeants mondiaux à l’ONU

NATIONS UNIES (Reuters) — Aucun représentant du Myanmar n’est prévu de s’adresser…

La vente de Telenor au Myanmar embourbée dans l’incertitude

YANGON/BANGKOK — Le géant norvégien des télécommunications Telenor Group reste bloqué au…

Le précédent vietnamien : un long chemin pour la Birmanie

En 1986, le PC vietnamien a lancé des réformes pour intégrer le concert des nations. Dans un contexte bien différent, les militaires birmans en font autant.

L’ASEAN choisit Yusof du Brunei comme son envoyé spécial au Myanmar

SINGAPOUR — L’Association des nations de l’Asie du Sud-Est a finalement nommé…