Catégories
Asie

Le nouveau Premier ministre de Tuvalu, allié de Taiwan, est élu sans opposition

Tuvalu a choisi un leader chevronné du Pacifique comme Premier ministre alors qu’il fait face à des défis tels que la reconnaissance diplomatique de Taiwan, un traité de sécurité controversé avec l’Australie et le financement d’un ambitieux projet de remise en état des terres.

Feleti Teo était le seul candidat nommé Premier ministre, ce qui a permis au gouverneur général de ce pays insulaire du Pacifique de le déclarer élu, a annoncé lundi la télévision d’État de Tuvalu, citant le secrétaire du gouvernement Tufoua Panapa.

Il a indiqué que les rangs du gouvernement et de l’opposition au sein du Parlement composé de 16 membres ne seront connus que plus tard cette semaine, lors de la cérémonie de prestation de serment. Tuvalu a tenu ses élections fin janvier, mais il a fallu un mois pour que tous les députés du Parlement se rassemblent à travers l’archipel éloigné de l’atoll de la capitale Funafuti.

Au cours des deux dernières décennies, Teo a joué un rôle de premier plan au sein d’organisations régionales clés telles que la Commission des pêches du Pacifique occidental et central, le Forum de développement des îles du Pacifique, l’Agence des pêches du Forum et le secrétariat du Forum des îles du Pacifique. C’est un ancien procureur général de Tuvalu.

L’élection de Teo est de bon augure pour le nouveau gouvernement, selon Meg Keen, directrice du programme des îles du Pacifique au Lowy Institute, un groupe de réflexion australien.

Il sera un navigateur avisé, a-t-elle déclaré, dans les relations avec les pays qui ont des intérêts dans la région.

« Il est très respecté à Tuvalu et dans la région. Il apporte au bureau une compréhension approfondie de la géopolitique de la région et des problèmes critiques liés au climat et aux ressources qui affectent la souveraineté et la survie de Tuvalu », a déclaré Keen à BenarNews, un service d’information affilié à Radio Free Asia.

« Nous pouvons nous attendre à ce que la voix de Tuvalu soit bien entendue chez nous et dans la région. »

Cette photo prise le 25 janvier 2024 montre des personnes devant un bureau de vote le jour du scrutin à Funafuti, la capitale de Tuvalu, une nation insulaire du Pacifique. (Sam Pedro/AFP)

Teo a été félicité sur le site de médias sociaux X par le législateur et ancien ministre des Affaires étrangères Simon Kofe. C’était la première fois dans l’histoire de Tuvalu qu’un Premier ministre était nommé sans opposition, a déclaré Kofe.

Tuvalu, qui compte environ 11 000 habitants, est l’un des rares pays à entretenir des relations diplomatiques avec Taiwan plutôt qu’avec Pékin. Le mois dernier, une autre nation insulaire du Pacifique, Nauru, rupture des liens avec Taiwan, réduisant ses alliés diplomatiques à 12 pays. Parmi les nations insulaires du Pacifique, les Palaos et les Îles Marshall reconnaissent également Taïwan.

Le gouvernement chinois courtise les îles du Pacifique…

Source

Catégories
Asie

L’Inde rêve de remplacer la Chine comme usine du monde

Les annonces prestigieuses se multiplient comme autant de trophées pour l’Inde. Le géant sud-asiatique, qui rêve de rivaliser avec la Chine dans les chaînes de valeur mondiales, peut se targuer d’avoir attiré, ces dernières années, les plus grands noms de l’électronique. Apple fabrique désormais en Inde des iPhone 15, Google son nouveau Pixel 8 et Samsung son Galaxy S24. Même Elon Musk envisage d’y implanter une usine de véhicules électriques.

Apple incarne le pari indien d’un nombre grandissant de multinationales. L’entreprise à la pomme a commencé à assembler des modèles d’iPhone bas de gamme en Inde dès 2017, puis a développé ses capacités manufacturières grâce à ses sous-traitants taïwanais comme Pegatron et Wistron. A partir de 2022, Apple a passé la vitesse supérieure et s’est mis à fabriquer ses derniers…

Source link

Catégories
Asie

Un « test de drone » pro-junte blesse 13 enfants au Myanmar

Un test de drone effectué par une milice pro-junte a blessé 13 enfants au Myanmar, ont déclaré des habitants à Radio Free Asia.

Des soldats du régime travaillant en collaboration avec la milice Pyu Saw Htee sont responsables d’un accident d’arme survenu samedi, ont indiqué des habitants. La milice est composée de partisans de la junte, d’anciens combattants et de nationalistes bouddhistes.

Le drone, transportant plusieurs bombes, a survolé la commune de Kale, dans la région de Sagaing, près de la frontière de l’État Chin. Des soldats sont stationnés en permanence dans le village d’Aung Myin Thar, dans la municipalité de Kale, ce qui les amène à croire que l’attaque était un accident, ont-ils ajouté.

Un habitant qui a souhaité rester anonyme pour des raisons de sécurité a déclaré mardi à RFA qu’un drone chargé d’explosifs avait survolé l’enceinte d’un monastère voisin lorsqu’il s’est soudainement écrasé et a explosé. Treize enfants jouant sur le terrain de football du monastère ont été blessés lors de l’explosion des bombes.

« La junte militaire a donné des armes aux membres de Pyu Saw Htee et ils les testaient pour effectuer des bombardements avec des drones ce soir-là. Les bombes sont tombées sur le terrain de football où jouaient les enfants », a-t-il déclaré. « Six des enfants ont été grièvement blessés. Certains d’entre eux ont été touchés au visage et aux yeux. Certains ont dû être amputés d’un membre. »

Les enfants grièvement blessés sont soignés à l’hôpital militaire de la ville de Kale, tandis que les sept autres sont soignés à l’hôpital général de Kale, dans la capitale de la commune, a-t-il ajouté. Toutes les victimes sont âgées de huit à 15 ans, mais les informations permettant de les identifier ne sont pas connues pour le moment.

Le ministère de l’Information de la junte a publié mardi un communiqué affirmant que l’accident était une fausse nouvelle, affirmant que les explosions dans le village d’Aung Myin Thar étaient dues à des mines terrestres posées par des terroristes.

RFA a contacté le porte-parole de la junte de la région de Sagaing, Sai Naing Naing Kyaw, pour plus de détails, mais n’a pas reçu de réponse.

Selon les données compilées par RFA, 1 429 civils ont été tués et 2 641 ont été blessés par les frappes aériennes de la junte et l’artillerie lourde depuis le coup d’État du 1er février 2021 jusqu’au 31 janvier 2024.

Traduit par RFA birman. Edité par Mike Firn.

Source

Catégories
Asie

La Cour suprême indienne invalide le financement des partis inventé par Narendra Modi

La décision constitue un coup de tonnerre à quelques semaines des élections générales en Inde. La Cour suprême, la plus haute juridiction du pays, a annulé, jeudi 15 février, le système des « obligations électorales » mis en place par le gouvernement Modi en 2017 pour financer les partis politiques et dont sa formation, le Bharatiya Janata Party (BJP), a très largement profité. Une décision prise à l’unanimité des cinq juges siégeant.

Les magistrats estiment que les electoral bonds sont « inconstitutionnelles », « manifestement arbitraires » et contraires au droit à l’information des électeurs. Le système reposait sur l’anonymat total des contributeurs. Entreprises et particuliers pouvaient financer les partis politiques, en achetant, sans limitation, des titres auprès de la State Bank of India. Celle-ci enregistrait les…

Source link

Catégories
Asie

Deux prisonniers politiques tués lors d’une escorte de la junte, affirme un groupe de résistance birmane

Les troupes de la junte birmane ont abattu deux prisonniers politiques, dont un activiste de premier plan, a déclaré vendredi un groupe de résistance à Radio Free Asia.

Nobel Aye et Aung Ko Hein ont été tués alors qu’ils revenaient d’une comparution devant le tribunal dans la région de Bago, au nord de Yangon, le 8 février, selon les Forces de défense du peuple de la municipalité de Waw, citant des sources proches du tribunal et de l’hôpital. Les deux hommes ont été emmenés au palais de justice de la municipalité de Waw par les troupes de la junte alors qu’ils auraient tenté de s’échapper, a indiqué le groupe de résistance.

Nobel Aye est connue pour son rôle dans les manifestations contre la brutalité policière au Myanmar en 1996, puis à nouveau en 2007 lors des manifestations économiques et politiques de la révolution du safran. Elle avait déjà été arrêtée à deux reprises, à la suite de ces deux manifestations.

Les prisonniers étaient interrogés au quartier général du commandement de la station d’artillerie n°901, a déclaré un responsable des Forces de défense populaires de Waw.

« Ils ont comparu devant le tribunal de Waw et ont été abattus près de la sortie du village de Kyaik Hla entre Waw et Paya Gyi alors qu’ils revenaient à l’interrogatoire militaire », a-t-il déclaré, refusant d’être nommé pour des raisons de sécurité. « Les corps étaient bien emballés et envoyés à la morgue. Personne n’était autorisé à regarder les corps et ils étaient incinérés en secret avant la tombée de la nuit. »

Le frère de Nobel Aye, Htet Myat, a déclaré que sa famille n’avait reçu aucune confirmation officielle de la police concernant sa sœur.

« Nous n’avons pas encore été informés de ce qui s’est passé et comment. Je suis très inquiet. En tant que famille, je ne savais pas quoi faire lorsque des personnes au courant de cet incident l’ont confirmé », a déclaré vendredi Htet Myat. « Je me sentais incontrôlable. Nous voulons que des informations fiables et précises soient publiées par les responsables.

Cependant, la junte a nié que les prisonniers soient morts en détention. Le porte-parole de la junte de Bago, Tin Oo, a déclaré à RFA que cette information n’était qu’une rumeur.

«C’est une fausse nouvelle, une fausse nouvelle, la diffusion de fausses informations. Nous travaillons conformément à la loi », a-t-il déclaré.

Nobel Aye aurait été abattu alors qu’il revenait d’une comparution devant un tribunal dans la région de Bago, le 8 février 2024. (Myanmar Political Prisoners Network)

Nobel Aye et Aung Ko Hein ont été arrêtées par des soldats de la junte après avoir été arrêtées avec des armes le 29 janvier, ont indiqué des sources proches de sa famille.

Nobel Aye a également été actif dans la distribution d’aide pendant la pandémie de COVID-19 et a fréquemment manifesté après le coup d’État militaire de 2021, ont-ils déclaré.

Aung Ko Hein résidait dans la commune d’Insein, dans la région de Yangon. RFA n’a pas pu confirmer ses données personnelles.

En juin 2023, les troupes ont tiré…

Source

Catégories
Asie Chine

L’esprit des Ouïghours est célébré dans les peintures de « Maison »

« Chez soi » signifie différentes choses pour les jeunes Ouïghours – dont certains n’ont peut-être même pas visité leur patrie ancestrale dans la région du Xinjiang, à l’extrême ouest de la Chine.

C’était le thème du dernier concours artistique annuel destiné aux artistes ouïghours et autres, organisé par le Collectif Ouïghourun groupe de jeunes basé à Cambridge, dans le Massachusetts, qui organise l’événement annuel depuis 2019.

L’artiste ouïghoure Gülnaz Tursun du Kazakhstan a exprimé son admiration pour le sentiment de fierté des jeunes artistes d’être ouïghours, évident dans leurs créations.

« Ce concours d’art a un thème génial, chaque tableau exprimant des sentiments liés à la patrie, au foyer et à la famille », a-t-elle déclaré.

« Cela me fait chaud au cœur de voir que même lorsqu’ils vivent à l’étranger, nos jeunes nourrissent toujours un profond désir de leur patrie, évident dans leurs œuvres qui reflètent un profond amour pour leurs racines – un sentiment qui m’a vraiment touché », a déclaré Tursun.

Munawwar Abdulla, la fondatrice du Collectif Ouïghour qui travaille également comme chercheuse à l’Université Harvard, a déclaré qu’elle et d’autres avaient lancé ce concours il y a cinq ans parce qu’il n’y avait pas suffisamment de plateformes pour que les Ouïghours à l’étranger, en particulier ceux des beaux-arts, puissent exposer des œuvres qui « incarner l’Ouïghourisme ».

Cette compétition est un moyen pour les Ouïghours vivant dans la diaspora de préserver leur culture, leur langue et leur religion au milieu des mesures prises par le gouvernement chinois pour les éliminer du Xinjiang – que les Ouïghours, majoritairement musulmans, préfèrent appeler le Turkestan oriental – et les remplacer par les Han dominants de Chine. culture.

C’est également un moyen pour les jeunes Ouïghours nés à l’étranger de rester connectés à leur pays d’origine, où le gouvernement chinois a réprimé les Ouïghours et d’autres minorités turques et commis de graves violations des droits de l’homme qui ont constitué un génocide et des crimes contre l’humanité, selon l’organisation. Nations Unies, États-Unis et autres pays occidentaux.

« Je me suis senti obligé »

Trente œuvres d’artistes ouïghours du monde entier ont été soumises lors du dernier concours, les candidatures étant attendues avant le 25 décembre 2023.

Les candidatures ont été présentées sur les comptes de réseaux sociaux du Collectif ouïghour et les téléspectateurs ont voté en ligne entre le 13 et le 15 janvier. Le Collectif Ouïghour a annoncé trois gagnants le 17 janvier.

En deuxième position, « Freedom and Liberty » d’Adina Sabir, 16 ans, des États-Unis, montre un service à thé et une meule de pain plat ouïghour sur une table avec la ville de New York en arrière-plan. (Adina Sabir)

La première place est revenue à Kübra Sevinç, 17 ans, de Turquie, pour son texte intitulé « Bir Tuwgan » ou « Parent », représentant…

Source

Catégories
Asie

Les Philippines accusent la marine chinoise de manœuvres « dangereuses »

Les garde-côtes des Philippines ont accusé, dimanche 11 février, la Chine d’avoir procédé à des manœuvres « dangereuses » lors d’une patrouille de neuf jours au large de l’archipel. Les navires des garde-côtes chinois « ont accompli à quatre reprises des manœuvres dangereuses et des blocages » contre un patrouilleur philippin, dénonce Manille dans un communiqué.

Le patrouilleur, BRP Teresa Magbanua, a été déployé début février pour « assurer la sécurité des pêcheurs philippins » autour du récif de Scarborough, en mer de Chine méridionale, à quelque 350 kilomètres à l’ouest de Manille. Ce récif a été pris aux Philippines par Pékin en 2012.

Source link

Catégories
Asie Chine

L’armée de résistance birmane expulse près de 60 ressortissants chinois

Un groupe de résistance armée du nord du Myanmar a remis près de 60 ressortissants chinois accusés de fraude en ligne et de possession d’armes illégales, selon un communiqué de l’armée lundi soir.

L’Armée de l’Alliance démocratique nationale du Myanmar, qui occupe la région de Kokang, à la frontière du pays avec la Chine, a expulsé 59 citoyens chinois entre dimanche et lundi, a indiqué le département d’information de l’armée.

Un groupe de 36 personnes a été arrêté dimanche et 23 autres ont été capturés lundi. L’armée a annoncé qu’elle avait enquêté sur les quartiers de Dong Chein et Swan Hauw Chein de la ville de Laukkaing, dans l’État de Shan, lors d’une campagne de répression contre le trafic de drogue et d’armes illégales.

Le département de police spécial de l’Armée de l’Alliance démocratique nationale du Myanmar a saisi les téléphones portables et les armes des 36 personnes soupçonnées de fraude en ligne, selon un communiqué du département d’information de Kokang.

Les suspects de lundi ont été arrêtés pour blanchiment d’argent en ligne. Toutes les personnes arrêtées ont été remises aux autorités chinoises dans un camp de personnes déplacées appelé BP-125, situé à la frontière sino-birmane à Laukkaing, selon la police de Kokang.

Les ressortissants chinois arrêtés ont été transférés aux autorités chinoises par les forces de l’Armée de l’Alliance démocratique nationale du Myanmar le 5 février 2024. (The Kokang)

Les forces de sécurité mènent des inspections quotidiennes dans la ville pour lutter contre le trafic de drogue et d’armes, ainsi que contre les groupes frauduleux en ligne, a déclaré mardi à RFA un habitant de Laukkaing.

« Désormais, les forces effectuent quotidiennement des perquisitions dans les maisons et les personnes », a-t-il déclaré. « Des personnes travaillant pour un gang d’escrocs financiers ont été arrêtées. Le reste des gens était soupçonné [gang] dirigeants. Ils ont également été arrêtés.

Dans la région de Kokang, les forces de résistance locales ont encouragé les habitants à signaler leurs activités illégales en ligne depuis le 1er février. Elles enregistrent également les étrangers résidant légalement dans la région et leur permettent d’obtenir des permis de séjour temporaires.

Depuis le lancement de l’opération 1027 fin octobre, l’Alliance des Trois Fraternités, qui comprend l’Armée de l’Alliance démocratique nationale du Myanmar, s’est engagée à lutter contre la fraude en ligne dans la région de Kokang.

Fin janvier, la Chine émis des mandats d’arrêt pour 10 personnes soupçonnées d’être des chefs de gangs, dont l’ancien président du groupe administratif de la junte régionale de Kokang.

De septembre à décembre 2023, plus de 44 000 ressortissants chinois ont été expulsés à la fois par la junte et par l’armée unie de l’État de Wa.

Plus de 50 000 étrangers entrés illégalement au Myanmar depuis…

Source