Le coup d’État au Myanmar révèle la nouvelle fracture démocratique en Asie

Le coup d'État au Myanmar révèle la nouvelle fracture démocratique en Asie

James Crabtree est professeur agrégé en pratique à la Lee Kuan Yew School of Public Policy de l’Université nationale de Singapour. Il est l’auteur de « The Billionaire Raj ».

Le retour du Myanmar au régime militaire donne l’impression que la démocratie en Asie est en train de déraper. Les juntes règnent à nouveau à Naypyitaw et à Bangkok. Le recul démocratique et l’illibéralisme rampant semblent être en marche partout de Manille à New Delhi.

Mais ce n’est que la moitié de l’histoire, et celle-ci est largement limitée aux pays en développement de la région. Dans les coins prospères de l’Asie, la gouvernance démocratique semble bien se porter ou, au pire, se maintenir. Plutôt qu’une image uniforme du déclin, une nouvelle fracture démocratique asiatique s’ouvre à la place – et avec des implications géopolitiques de grande portée, notamment pour le programme de renouveau démocratique mondial du président américain Joe Biden.

Au Myanmar, il est peu probable que les manifestations de rue en cours annulent la récente prise de contrôle militaire, alors que les chances d’une répression augmentent. Avec de faibles perspectives d’élections justes, les perspectives de la transition démocratique naissante du pays semblent sombres. Rétrospectivement, les événements récents étaient également moins surprenants qu’il n’y paraissait. Les transitions des dictatures aux démocraties sont périlleusement difficiles pour les pays les plus pauvres, comme l’a montré le politologue Adam Przeworski. Les transferts de pouvoir pacifiques restent également relativement rares dans l’histoire moderne, comme le suggèrent également les recherches de Przeworski, et en particulier pour les jeunes démocraties qui tiennent leur premier ou deuxième scrutin. Le jeu a été empilé contre le Myanmar dès le début.

Les difficultés du Myanmar englobent cependant un modèle plus large de déclin démocratique régional, notamment en Asie du Sud et du Sud-Est. Après son coup d’État de 2014, la politique thaïlandaise est toujours entachée d’ingérence militaire, d’élections violonées et de manifestations de rue. Des autocraties bien établies parsèment la carte ailleurs, de la Chine au Cambodge et au Vietnam.

Des populistes comme Rodrigo Duterte aux Philippines et Narendra Modi en Inde restent très populaires auprès des électeurs. Mais ils président également à la baisse des libertés, selon le projet Varieties of Democracy de l’Université suédoise de Göteborg.

Les succès démocratiques ostensibles comme la Malaisie et l’Indonésie montrent récemment des tendances inquiétantes similaires, quoique dans une bien moindre mesure. Considérées dans leur ensemble, les démocraties asiatiques ont sombré à leur plus bas niveau en près d’une décennie selon l’indice de démocratie annuel de l’Economist Intelligence Unit – en partie à cause des mesures d’urgence en cas de pandémie qui ont fini par restreindre les libertés civiles.

Ce récit décliniste est séduisant, mais pas tout à fait exact, étant donné l’amélioration des conditions démocratiques ailleurs. Le Japon et la Corée du Sud ont été promus du statut de démocratie « imparfaite » à « pleine » par l’EIU. Taiwan a fait un bond encore plus impressionnant en rejoignant le top 10 des nations les plus démocratiques du monde.

La position de Singapour est plus complexe: les données montrent que la cité-État se classe bien en dessous de ses riches pairs d’Asie de l’Est sur les mesures de la démocratie libérale, bien que sa note ne diminue au moins pas, toujours selon les données du V-DEM. Pendant ce temps, l’Australie et la Nouvelle-Zélande consolident leur position parmi les nations les plus démocratiques et les mieux gérées au monde.

Il y a ici un schéma plus général dans lequel les pays asiatiques qui ont bien performé pendant la pandémie semblent également faire mieux en matière de gouvernance dans le cycle. À tout le moins, les démocraties avancées d’Asie ont pour la plupart évité les récessions démocratiques qui frappent tant de pays riches occidentaux, ainsi que certains de leurs pays émergents asiatiques …

Source link

Laisser un commentaire