Le Myanmar connaît son jour le plus meurtrier depuis le coup d’État

BANGKOK / YANGON – La violence de l’armée birmane contre des manifestants civils dans les villes du pays s’est intensifiée dimanche alors que les forces de sécurité ont utilisé des balles réelles, des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes contre des civils pour la plupart pacifiques qui protestaient contre la prise de contrôle militaire du 1er février.

En milieu d’après-midi, plus d’une douzaine de manifestants avaient été mortellement abattus, selon le bureau des droits de l’homme des Nations Unies, et des dizaines de blessés par les forces militaires ou de police dans plusieurs villes, y compris la ville méridionale de Dawei, Bago près de Yangon, et Mandalay, dans l’ouest, où un décès a été signalé.

À Mandalay, plusieurs milliers de personnes sont descendues dans la rue dimanche matin et de violents affrontements ont été signalés entre la police et la foule. Des violences entre les forces de sécurité et les manifestants ont également été signalées dans des zones à dominante ethnique, notamment Hpa-an et Myawaddy dans l’État de Kayin, Lashio et Taunggyi dans l’État de Shan, Myitkyina dans l’État de Kachin et Mawlamyine dans l’État de Mon.

L’escalade de la violence semble faire partie d’une stratégie du régime militaire visant à la fois à intensifier et à élargir la répression contre le mouvement de protestation, qui n’a cessé de prendre de l’ampleur depuis le coup d’État. Près de 500 personnes ont été arrêtées ce week-end, selon MRTV Television. Plus de 800 personnes ont été arrêtées depuis le 1er février, selon l’Association d’assistance aux prisonniers politiques. Avec les arrestations du week-end, le nombre dépasse 1 300 personnes, dont on ne sait pour la plupart pas où elles se trouvent.

Human Rights Watch a déclaré que l’utilisation de la force meurtrière par l’armée contre des civils non armés est « scandaleux et inacceptable, et doit être immédiatement stoppée ».

« Les munitions réelles ne doivent pas être utilisées pour contrôler ou disperser des manifestations. Tout décès ou blessure grave doit faire l’objet d’une enquête rapide et impartiale. Les personnes jugées responsables de tout acte illégal doivent être tenues pour responsables. »

Les forces de sécurité auraient également détenu au moins quatre journalistes qui couvraient les manifestations, a noté Human Rights Watch qui a appelé à leur libération immédiate et inconditionnelle. Les assistants médicaux d’urgence soignant les manifestants blessés sur les sites de manifestations ont également été visés pour être arrêtés, « dans des tentatives flagrantes d’intimider ceux qui tentaient d’aider les manifestants pro-démocratie », indique le communiqué.

L’escalade de la violence fait suite à une démonstration de défi de l’ambassadeur du Myanmar auprès des Nations Unies, Kyaw Moe Tun, qui a dénoncé le coup d’État dans un discours prononcé vendredi à l’Assemblée générale des Nations Unies à New York. Il précède également la deuxième audience lundi dans le procès de la conseillère d’État du Myanmar, Aung San Suu Kyi, chef de la Ligue nationale pour la démocratie au pouvoir. Elle a été arrêtée le 1er février et plus tard accusée d’infractions mineures, notamment la possession illégale de talkies-walkies et la violation de la loi sur la gestion des catastrophes du pays.

On ne sait pas où elle se trouve et elle n’a pas pu rencontrer son avocat, bien qu’elle ait comparu par liaison vidéo lors de la première audience tenue le 17 février.

Dans son discours à l’Assemblée générale des Nations Unies, Kyaw Moe Tun a appelé à l’aide pour mettre fin au coup d’État militaire et à la reconnaissance du Comité chargé de représenter le Pyidaungsu Hluttaw (ou le parlement), un petit groupe de politiciens de la NLD qui ont été élus le 8 novembre. Sondages de 2020 et mettent actuellement en place un «parlement parallèle» pour assurer la liaison avec la communauté internationale.

L’armée a allégué une «fraude grave» dans les sondages. Le ministère des Affaires étrangères contrôlé par la junte a déclaré ce week-end que la formation de groupes tels que le CRPH était illégale et a mis en garde les ambassades étrangères, les agences de l’ONU et …

Source link

Image par défaut
Editeur Desk
Publications: 109

Newsletter Updates

Enter your email address below to subscribe to our newsletter

Laisser un commentaire