Les entreprises asiatiques restent silencieuses alors que leurs pairs occidentaux condamnent le coup d'État au Myanmar

Près de 50 entreprises internationales pour la plupart occidentales au Myanmar, dont Coca-Cola, Facebook, H&M, Heineken, Nestlé et Unilever, ont signé une déclaration exprimant leur inquiétude face au coup d’État militaire du pays.

Les entreprises asiatiques, cependant, gardent largement la tête basse.

<< En tant qu’investisseurs, nous habitons un ‘espace partagé’ avec le peuple du Myanmar, y compris les organisations de la société civile, dans lequel nous bénéficions tous du respect des droits de l’homme, de la démocratie et des libertés fondamentales – y compris la liberté d’expression et d’association – et de la règle de droit », indique le document organisé par le Myanmar Center for Responsible Business, un groupe basé à Yangon qui défend les droits de l’homme dans les entreprises.

Le MCRB a commencé à rassembler les signataires en février, mais l’intérêt des entreprises n’a repris qu’un mois après le coup d’État. Après la mort de 18 manifestants civils la semaine dernière, les gouvernements et les entreprises étrangers se débarrassent désormais d’une hésitation initiale à dénoncer la junte.

Nishimura & Asahi, l’un des quatre grands cabinets d’avocats japonais, est devenu le plus récent à se joindre à la déclaration du MCRB jeudi. Le même jour, les chambres de commerce étrangères à Yangon représentant les entreprises américaines et européennes ont publié une déclaration commune indiquant qu’elles ne rencontreraient pas la junte malgré une invitation des responsables militaires à tenir des pourparlers.

Des sanctions ont été imposées à certains chefs militaires par les États-Unis et le Royaume-Uni, tous deux membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies, ainsi que par le Canada. Dans la déclaration du MCRB, les 49 entreprises – le nombre au 5 mars – se sont engagées à se conformer aux sanctions et à la diligence raisonnable en matière de droits de l’homme et d’intégrité commerciale.

Cette déclaration intervient alors que la pression internationale sur les entreprises s’intensifie. La banque centrale norvégienne a annoncé mercredi qu’elle placerait le groupe de boissons japonais Kirin Holdings sous surveillance pour une éventuelle exclusion de son fonds souverain de 1,3 billion de dollars en raison de l’alliance du groupe avec une société affiliée à l’armée du Myanmar.

Le mois dernier, un groupe de groupes de la société civile, dont Human Rights Watch, a soumis au Groupe de travail des Nations Unies sur les entreprises et les droits de l’homme une plainte concernant des entreprises japonaises impliquées dans un projet de développement commercial à Yangon appelé Y Complex. Les plaignants ont demandé à l’agence d’enquêter sur la question de savoir si le projet créait des «biens immobiliers» pour l’armée.

Parmi les autres signataires de la déclaration du MCRB figurent Adidas, Carlsberg, L’Oréal, Maersk, Metro et Total.

“Ce que notre déclaration cherche à montrer, c’est que les entreprises partagent un espace avec des défenseurs des droits humains et des journalistes. Si cet espace est fermé, c’est aussi mauvais pour les affaires”, a déclaré Vicky Bowman, directrice du MCRB et ancienne ambassadrice du Royaume-Uni au Myanmar. Le MCRB a été fondé en 2013 à l’initiative de l’Institute for Human Rights and Business, et d’une ONG dotée d’un statut consultatif spécial auprès des Nations Unies et de l’Institut danois des droits de l’homme.

Les sociétés étrangères ont été rejoints par plus de 100 entreprises locales, dont Yoma Group, l’un des plus grands conglomérats du Myanmar, ainsi que la plus grande banque privée du pays, KBZ Bank. La plupart des entreprises contactées par Nikkei Asia ont refusé de commenter au-delà de la déclaration.

L’une des entreprises internationales qui l’ont signée est Telenor Group. La société norvégienne de télécommunications, présente à …

Source

Laisser un commentaire

You May Also Like

Un proche de l’ex-chef de la junte nominé vice-président de Birmanie

Les députés militaires ont nominé le 10 juillet Myint Swe, un général à la retraite proche de Than Shwe, l’ancien leader de la junte, pour prendre le poste de vice-président.

Birmanie: les tribunaux prolongent la détention d’un journaliste de l’AP et de 5 autres

20 h 50 Un journaliste polonais a été arrêté au Myanmar, a…

Birmanie : pénurie de médicaments pour les malades du sida

L’insuffisance du système local de santé et de l’assistance internationale met en péril la vie de dizaines de milliers de Birmans atteints par la maladie