Coup d’État au Myanmar: les hauts responsables militaires frappés par les nouvelles sanctions de l’UE

YANGON / BANGKOK – Le 1er février, l’armée du Myanmar a arrêté le conseiller d’État Aung San Suu Kyi et le président Win Myint lors du premier coup d’État du pays depuis 1988, mettant fin à une décennie de régime civil.

La Ligue nationale pour la démocratie dirigée par Suu Kyi avait remporté un glissement de terrain lors d’élections générales en novembre. Mais l’armée a affirmé que l’élection avait été entachée de fraude.

Pour toute notre couverture, visitez notre page Myanmar Coup.

Lisez notre couverture détaillée:

– Le nombre de morts au Myanmar dépasse les 120 alors que les usines chinoises sont incendiées

– La junte birmane applique la peine de mort sans appel pour réprimer les manifestations

– La junte birmane cible les banques pour lutter contre les «  ingérences étrangères  »

– La Chine marche à la légère sur le coup d’État du Myanmar avec des milliards en jeu

– L’infanterie du Myanmar liée à la mort de manifestants: cinq choses à savoir

– Qui est le chef de la junte birmane Min Aung Hlaing? 5 choses à savoir

– Myanmar: dans les coulisses du coup d’État qui a renversé le gouvernement d’Aung San Suu Kyi

Suivez les derniers développements ici (heure de Yangon):

Lundi 22 mars

22 h 00 De nouvelles autorités et organisations birmanes ont été ajoutées aux permis aux ressortissants spécialement désignés du Département du Trésor américain, ce qui permet à Washington de libérer leurs actifs et d’empêcher les Américains et les entreprises de traiter avec eux.

Parmi eux figurent le chef de la police birmane, Than Hlaing, qui exerce également les fonctions de vice-ministre des affaires intérieures.

Les 33e et 77e divisions d’infanterie légère de l’armée du Myanmar sont également ajoutées à la liste. La 33e division d’infanterie légère aurait été impliquée dans des attaques contre des manifestants à Mandalay le mois dernier, selon Tom Andrews, le rapporteur spécial des Nations Unies sur le Myanmar.

20h30 Les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne ont adopté des interdictions de voyager et des gels d’avoirs pour les personnes qu’ils tiennent responsables du coup d’État au Myanmar, marquant l’action la plus forte de l’UE à ce jour en réponse à l’éviction du gouvernement élu du pays.

Sur les 11 personnes sanctionnées, 10 sont des hauts gradés militaires, dont le commandant en chef des forces armées Min Aung Hlaing et le commandant en chef adjoint Soe Win.

« L’interdiction de voyager empêche les personnes figurant sur la liste d’entrer ou de transiter par le territoire de l’UE, tandis que le gel des avoirs couvre les fonds ou les ressources économiques dans l’UE des personnes inscrites », selon un communiqué du Conseil européen. « En outre, il est interdit aux citoyens et aux entreprises de l’UE de mettre des fonds à la disposition des personnes et entités répertoriées. »

Les actions de l’UE de lundi n’ont pas inclus de modifications des préférences commerciales qui aident l’industrie du vêtement du Myanmar, une source importante d’emplois et de devises. Les critiques disent qu’une telle décision nuirait aux travailleurs ordinaires.

« L’UE continuera de revoir toutes ses options politiques, y compris des mesures restrictives supplémentaires contre les entités économiques détenues ou contrôlées par l’armée », indique le communiqué. « Dans le même temps, l’UE vise à faire en sorte que ses mesures n’aient pas d’effet négatif sur la population en général. »

Un opposant notable aux sanctions de lundi est la Hongrie. Le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto, qualifie les sanctions, ainsi que des sanctions distinctes imposées aux fonctionnaires chinois, de «nuisibles» et «inutiles».

Un manifestant fait le salut à trois doigts à Yangon alors que les conducteurs sonnent du klaxon en signe de résistance.

15 h 30 L’Union européenne imposera lundi des sanctions à 11 personnes liées au coup d’État, a déclaré le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, à son arrivée pour une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE à Bruxelles.

«Le … Myanmar, nous allons prendre des sanctions contre 11 personnes impliquées dans le coup d’État et la répression

Source link

Image par défaut
Editeur Desk
Publications: 109

Newsletter Updates

Enter your email address below to subscribe to our newsletter

Laisser un commentaire

Powered by VLoss