L’armée tire sur la foule lors des funérailles en Birmanie

(Reuters) – Les forces de sécurité birmanes ont ouvert le feu dimanche, selon des témoins, sur des personnes rassemblées pour les funérailles de l’une des 114 personnes tuées la veille, le jour le plus sanglant de manifestations depuis le coup d’État militaire du 1er février.

Il n’y a pas eu de rapports immédiats de victimes dans les tirs sur les funérailles dans la ville de Bago, près de la capitale commerciale Yangon, selon trois personnes qui se sont entretenues avec Reuters.

«Alors que nous chantons la chanson de la révolution pour lui, les forces de sécurité viennent d’arriver et nous ont tiré dessus», a déclaré une femme appelée Aye, qui était au service de Thae Maung Maung, un étudiant de 20 ans qui a été abattu samedi. «Les gens, y compris nous, s’enfuient en ouvrant le feu.»

Deux personnes ont été tuées lors des tirs lors de manifestations dimanche dans des incidents distincts ailleurs, selon des témoins et des reportages. Une personne a été tuée lorsque des soldats ont ouvert le feu pendant la nuit sur un groupe de manifestants près de la capitale Naypyitaw, a rapporté Birmanie Now.

Jusqu’à présent, dimanche, il n’y a eu aucun rapport de manifestations à grande échelle à Yangon ou dans la deuxième ville du pays, Mandalay, qui a fait le plus gros des victimes samedi, jour de la Journée des forces armées du Birmanie. Des funérailles ont eu lieu dans de nombreux endroits.

Au moins six enfants âgés de 10 à 16 ans figuraient parmi les personnes tuées samedi, selon des informations et des témoins.

Source link

Image par défaut
Editeur Desk
Publications: 109

Newsletter Updates

Enter your email address below to subscribe to our newsletter

Laisser un commentaire