L'ASEAN prévoit 3 jours de sommets alors que le Myanmar menace sa crédibilité

SINGAPOUR — Les principaux dirigeants de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est se réuniront pour une série de sommets virtuels de mardi à jeudi, avec de multiples défis qui pèsent sur les principaux événements diplomatiques de l’année dans la région.

Les réunions – y compris des discussions à l’échelle régionale ainsi que des entretiens avec des partenaires individuels clés comme la Chine, le Japon et l’Inde – surviennent dans un contexte de troubles politiques prolongés au Myanmar qui ont mis en doute la pertinence internationale du bloc. Dans le même temps, l’intensification de la rivalité sécuritaire entre les États-Unis et la Chine menace la « centralité » de l’ASEAN dans la région.

Le sommet de l’ASEAN de mardi sera la première réunion des dirigeants du bloc des 10 membres en six mois. En avril, ils se sont réunis en personne à Jakarta pour une réunion d’urgence afin de discuter de la crise au Myanmar, où l’armée avait renversé le gouvernement élu d’Aung San Suu Kyi en février – déclenchant des manifestations et une répression sanglante. Ils se sont mis d’accord sur un “consensus en cinq points” pour rétablir la paix, mais malgré la participation du haut général birman Min Aung Hlaing à l’accord, l’armée a fait barrage et peu de progrès ont été réalisés.

Un projet de déclaration du président pour le sommet de l’ASEAN de cette semaine vu par Nikkei exprime la “préoccupation” des dirigeants concernant la situation au Myanmar, appelant “toutes les parties concernées au Myanmar à mettre en œuvre leur engagement envers le consensus en cinq points”, y compris une visite dans le pays du représentant de l’ASEAN. envoyé spécial “avec plein accès à toutes les parties concernées”.

Cet envoyé – le deuxième ministre des Affaires étrangères du Brunei, Erywan Yusof – n’a pas encore pu se rendre dans le pays pour servir de médiateur. En conséquence, les ministres des Affaires étrangères de l’ASEAN ont décidé le 15 octobre de ne pas inviter Min Aung Hlaing ni aucun représentant politique aux pourparlers de cette semaine.

“C’était une décision difficile mais nécessaire pour maintenir la crédibilité de l’ASEAN étant donné les progrès insatisfaisants et très limités dans la mise en œuvre du consensus en cinq points”, a déclaré un porte-parole du ministère singapourien des Affaires étrangères.

Les efforts pour résoudre la crise ont été compliqués par le principe de non-ingérence de l’ASEAN dans les affaires des membres individuels. Le ministre malaisien des Affaires étrangères Saifuddin Abdullah a déclaré la semaine dernière que le bloc devait faire une “introspection” à ce sujet et “ne pouvait pas utiliser le principe de non-ingérence comme bouclier pour éviter que les problèmes ne soient résolus”.

Alors même que l’ASEAN tente d’exercer davantage de pression, les experts voient peu de signes que les dirigeants du Myanmar suivront la feuille de route, malgré les promesses répétées de le faire.

“Il est rare que l’ASEAN impose des conditions sur la participation aux réunions”, a déclaré Sharon Seah, chercheur principal à l’ISEAS-Yusof Ishak Institute, un groupe de réflexion singapourien. Mais elle a noté la réponse du Conseil d’administration d’État dirigé par l’armée du Myanmar – le régime a déclaré qu’il était « extrêmement déçu » de la décision et qu’une « intervention étrangère » était en jeu – « ne donne aucune indication que le SAC jouera le ballon .”

Vendredi dernier, les dirigeants du Myanmar ont déclaré que l’ASEAN ne respectait pas sa charte, tandis que dimanche, elle s’est de nouveau engagée dans les médias d’État à se rallier au consensus en cinq points.

Seah s’attend à ce que les réunions de cette semaine “demandent instamment la coopération du Myanmar pour permettre à l’envoyé spécial d’effectuer sa visite, de rencontrer les parties nécessaires et d’ouvrir le dialogue avec les parties prenantes”.

Le régime du général senior du Myanmar Min Aung Hlaing, photographié en 2018, a accusé l’ASEAN de ne pas respecter son principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des membres. © Reuters

L’urgence de maintenir la crédibilité de l’ASEAN ne fait que grandir…

Source link

Newsletter Hebdo

Recevez notre sélection hebdomadaire d'articles publiés sur InfoAsie

You May Also Like

L’armée birmane forme une commission de contrôle électoral en vue d’une nouvelle élection

YANGON – L’armée birmane a annoncé mardi qu’elle avait mis en place…

Un an de combats entre les Kachin et l’armée de Birmanie

Les membres de la minorité Kachin de Birmanie commémorent le premier anniversaire de la reprise des hostilités contre l’armée birmane dans le nord-est du pays.