Catégories
ASEAN Asie Birmanie Cambodge Indonésie Malaisie Singapour

Les dirigeants de l’ASEAN appellent à des progrès mesurables sur le plan de paix au Myanmar

Les dirigeants de l’ASEAN ont appelé vendredi à des progrès mesurables dans leur plan de paix pour le Myanmar, au milieu des critiques croissantes sur l’échec du bloc d’Asie du Sud-Est à endiguer l’aggravation du conflit dans l’un de ses 10 États membres.

Réunis lors d’un sommet de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est au Cambodge, le groupe a réaffirmé son engagement envers le consensus en cinq points qui a été convenu en avril 2021 et vise à ramener la paix et à restaurer la démocratie au Myanmar à la suite du coup d’État militaire contre le gouvernement élu qui a engendré un conflit civil qui s’aggrave.

Une déclaration issue du sommet de Phnom Penh a appelé les ministres des Affaires étrangères de l’ASEAN à établir un calendrier précis pour la mise en œuvre d’un plan comprenant des « indicateurs concrets, pratiques et mesurables » de progrès. L’ASEAN se réserve le droit de revoir la représentation du Myanmar à ses réunions.

L’appel à des progrès tangibles intervient alors que les groupes de défense des droits de l’homme dénoncent l’incapacité de l’ASEAN à faire pression sur la junte du Myanmar, qui a largement ignoré le consensus en cinq points et résisté au dialogue avec les représentants de l’administration civile qu’elle a évincée. Au lieu de cela, l’armée a qualifié nombre de ses principaux opposants politiques de terroristes ou de hors-la-loi et a mené une campagne de terre brûlée au cœur de la Birmanie.

Le président indonésien Joko Widodo s’adresse aux médias lors du sommet de l’ASEAN à Phnom Penh, au Cambodge, le vendredi 11 novembre 2022.
Crédit : AP/Apunam Nath

Plus tôt vendredi, le président indonésien Joko Widodo a exprimé sa « profonde déception » face à l’aggravation de la situation au Myanmar. L’Indonésie est sur le point de succéder à la présidence tournante de l’ASEAN au Cambodge, qui approche de la fin de son mandat de 12 mois.

Le chef du coup d’État du Myanmar, le général Min Aung Hlaing, a été exclu du sommet, et Widodo a déclaré aux journalistes qu’il souhaitait étendre l’interdiction des représentants de la junte du Myanmar, qui sont interdits de réunions des dirigeants de l’ASEAN et des ministres des Affaires étrangères, a rapporté l’Associated Press.

La déclaration de vendredi, cependant, n’a pas empêché la junte d’assister à d’autres réunions de l’ASEAN.

« L’Indonésie est profondément déçue que la situation au Myanmar se détériore », a déclaré Widodo. « Nous ne devons pas laisser la situation au Myanmar définir l’ASEAN. »

Le président philippin Ferdinand Marcos Jr. a également appelé le Myanmar à respecter et à mettre en œuvre le consensus en cinq points.

Les analystes affirment qu’il existe des lignes de fracture claires entre les 10 membres de l’ASEAN sur la manière de gérer la crise au Myanmar – l’Indonésie, la Malaisie et Singapour auraient adopté une ligne plus dure que des pays tels que…

Source


En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading