skip to Main Content
Mer De Chine Du Sud : La France Entre Dans La Danse

Mer de Chine du Sud : la France entre dans la danse

Peu avant l’arrivée de François Hollande au Laos, Manille a annoncé acheter cinq  patrouilleurs maritimes à Paris. Le geste français est forcément politique.

Angela Merkel, la chancelière allemande, et David Cameron, le premier ministre britannique, ne viendront pas. François Hollande sera donc, du côté européen, le ténor au sommet de l’Asem – pour Asie-Europe – qui se réunit à Vientiane, capitale du Laos, les 5 et 6 novembre (après tout, c’est logique : l’Asem, qui tient un sommet tous les deux ans, est une initiative franco-asiatique, lancée en 1996 par Jacques Chirac avec la complicité de Singapour). Mais un leader pressé : le président français ne devrait y rester, au mieux, qu’une journée et n’envisagerait pas d’en profiter pour se produire chez des voisins, lors de cette première avancée présidentielle en Asie.

Que font les Français dans la région ? Jean-Marc Ayrault (pourquoi lui ?) s’est rendu à Singapour,- un partenaire, bien évidemment, stratégique -, et surtout à Manille, à la mi-octobre, pour y vendre notamment des armes. Les Philippines, en pleine relance économique, ont peur de la mainmise de la Chine sur des îlots et des récifs proches de leurs côtes (dans des eaux que Manille vient de baptiser officiellement «Mer occidentale»). Même s’il dément tout lien avec de telles craintes, l’archipel a acheté cinq patrouilleurs garde-côtes français, d’une valeur de 90 millions d’€, livrables en 2014, selon le contre-amiral philippin en charge, repris par le Philipine Daily Inquirer.

Bien entendu, il ne s’agit pas que de prendre sa part dans la course régionale aux achats de matériel militaire (les Russes vendent des sous-marins au Vietnam et les Allemands des blindés à l’Indonésie). Les Français savent que Pékin s’agace mais ils sont passés outre aux mises en garde. Selon Le Monde, après les ratés de l’époque Sarkozy, l’Elysée et le Quai d’Orsay réfléchissent à une reformulation de la politique chinoise de la France, laquelle «pourrait s’articuler autour d’une formule censée introduire de la stabilité dans le rapport bilatéral». Cette formule s’intitule «les trois R» (respect mutuel, responsabilité, réciprocité).

En ce qui concerne le Japon, Le Monde rappelle que cet autre pilier de l’Extrême Orient avait été désigné comme une priorité par François Hollande lors de son discours, fin août 2012, devant les ambassadeurs français réunis à Paris. Un pays, avait-il dit, qui est «la troisième puissance économique du monde» et qui «n’a pas reçu toute l’attention qu’elle méritait ces dernières années». Le Monde indique que le chef de l’Etat réservera «sans doute» au Japon «son premier voyage bilatéral en Asie en 2013».

Ces initiatives laissent penser que François Hollande a saisi l’intérêt que représente au XXIème siècle l’Asie, où les opérateurs français sont de plus en plus nombreux, y compris en Asie du sud-est. La «responsabilité », « deuxième R» de la diplomatie présidentielle, signifie que «chaque Etat doit agir conformément à son rang et à ses capacités». Cela peut vouloir dire que la Chine doit obéir aux règles de la grande puissance. Ce qui voudrait dire également que Paris, de son côté, s’apprêterait à prendre sa part, même modeste, de responsabilités.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Close search

Panier

Back To Top