East Asia Forum

Auteur : Ruji Auethavornpipat, ANU

Plus de 700 personnes ont été tuées au Myanmar depuis la prise du pouvoir par l’armée en février 2021. Les forces de sécurité ont intensifié leur offensive dans l’État de Kayin frontalier de la Thaïlande avec des frappes aériennes. La campagne a déplacé plus de 23 000 personnes et forcé l’exode d’au moins 3 000 personnes vers la Thaïlande. Le refus du gouvernement thaïlandais de prendre des mesures plus énergiques contre l’aggravation de la situation mettra à la fois les réfugiés et la Thaïlande en danger.

La Thaïlande accueille actuellement environ 92 000 réfugiés dans des camps et 5 000 à Bangkok et dans d’autres zones urbaines. Les populations des camps de réfugiés sont principalement des minorités ethniques Karen et Karenni qui ont fui la persécution systémique au Myanmar depuis les années 1980.

Le dernier exode s’est heurté à des contradictions politiques. Le gouvernement a mis en place des abris temporaires anticipant un afflux de réfugiés, mais des rapports ont également fait état de réfugiés rapatriés de force. Le Conseil de sécurité nationale thaïlandais a également demandé à l’armée de bloquer l’entrée des réfugiés et a interdit aux organisations non gouvernementales et aux agences des Nations Unies l’accès et la communication avec les personnes touchées.

La réticence de la Thaïlande à accorder l’asile n’est pas surprenante. Le gouvernement considère que de nombreux réfugiés arrivés au milieu des années 80 sont « temporairement déplacés ». Pourtant, il n’y a rien de temporaire dans le fait que des réfugiés naissent ou passent des décennies dans des camps le long de la frontière. En 2009, le gouvernement a également admis qu’il interceptait des bateaux de réfugiés rohingyas. Le pays a mis en place un programme de « protection temporaire » pour les Rohingyas ethniques en 2014, mais un an plus tard, il a rejoint la Malaisie et l’Indonésie pour repousser les bateaux. Cela a provoqué une grave crise humanitaire, laissant jusqu’à 8 000 Rohingyas bloqués dans la mer d’Andaman.

Le gouvernement thaïlandais a nié tout acte répréhensible dans la gestion du dernier exode. Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a soutenu la position “humanitaire” du gouvernement, affirmant que les autorités ont interrogé les réfugiés sur leurs problèmes au Myanmar, leur ont tenu la main et les ont bénis à leur retour. De telles déclarations révèlent la malheureuse indifférence du gouvernement envers le sort des personnes déplacées qui ont fui la violence de l’État.

Le passage de la frontière des demandeurs d’asile en Thaïlande démontre clairement les implications régionales du coup d’État au Myanmar. Pourtant, la réponse de la Thaïlande a largement suivi le principe de non-inférence de l’ANASE. L’adhésion continue du gouvernement thaïlandais à cette norme conduira à des résultats prévisibles médiocres.

Si la violence se poursuit au Myanmar, les mouvements de migrants et de demandeurs d’asile à travers la frontière augmenteront. La Thaïlande n’est pas préparée à les réinstaller – le pays n’est pas partie à la Convention de 1951 sur les réfugiés ou au Protocole de 1967 relatif au statut des réfugiés, il manque donc de législation nationale complète pour protéger les réfugiés et les demandeurs d’asile. Un règlement du Premier ministre publié en 2019 a mis en place un mécanisme national de distinction entre les migrants économiques et les demandeurs d’asile qui ont réellement besoin de protection. Cependant, le règlement a été critiqué pour avoir dissuadé l’entrée des réfugiés et pour ne pas respecter le principe international de non-refoulement, selon lequel aucune personne ne doit être renvoyée là où elle est soumise à un préjudice.

La pratique officielle depuis 2016 consiste à se concentrer sur le « retour volontaire » et la « réinstallation » des réfugiés dans des pays tiers.

Cette politique maintient les demandeurs d’asile et les réfugiés vulnérables. Le gouvernement ne considère pas l’intégration locale des réfugiés comme une « solution durable ». Au lieu de cela, les réfugiés du Myanmar sont limités à l’un des neuf camps. Le manque de perspectives d’avenir, d’opportunités économiques et éducatives et de liberté de mouvement augmente les niveaux de détresse. Un pic de suicides a été signalé en 2017 – rien que dans le camp de Mae La, 28 personnes se sont suicidées et 66 ont tenté de se suicider, un taux plus de trois fois supérieur à la moyenne mondiale.

Bien que les migrants ne soient pas à blâmer, les passages irréguliers des frontières constituent un défi important pour les autorités sanitaires thaïlandaises qui tentent de détecter et de contrôler la propagation du COVID-19. La Thaïlande mène une bataille acharnée contre la troisième vague de la pandémie. Des grappes ont été détectées à Bangkok et se propagent rapidement à l’échelle nationale, avec des infections quotidiennes dépassant 1 500. Cette augmentation mettra à rude épreuve les infrastructures et les ressources sanitaires de la Thaïlande et pourrait impliquer des mesures de verrouillage plus strictes sur une économie en difficulté qui s’est contractée de 6,1% l’année dernière.

La situation au Myanmar et en Thaïlande rend intolérable le principe de non-ingérence de l’ASEAN. La participation active du gouvernement thaïlandais se mettra dans une position inconfortable chez lui et devrait donc s’accompagner de ses propres réformes démocratiques sincères.

En tant que voisin immédiat du Myanmar, il est dans l’intérêt de la Thaïlande de gérer les retombées régionales du coup d’État. La Thaïlande pourrait le faire unilatéralement ou en se joignant à l’ANASE pour assurer le retour de la paix et de la démocratie aux peuples du Myanmar.

Ruji Auethavornpipat est chercheur à la Coral Bell School of Asia Pacific Affairs de l’Australian National University.

L’auteur tient à remercier Roisai Wongsuban, conseillère de programme pour le groupe de travail thaïlandais sur les migrants, pour ses idées et ses commentaires.

Cet article fait partie du projet « Soutenir l’ordre fondé sur les règles en Asie du Sud-Est ». Ce projet est géré par le Département du changement politique et social de l’ANU et financé par le Département australien des Affaires étrangères et du Commerce. Les opinions exprimées ici sont celles des auteurs et ne sont pas censées représenter celles de l’ANU ou du DFAT.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire

You May Also Like

Chronique Siamoise : théâtre masqué à Bangkok

Retour sur la rencontre Yingluck Shinawatra – Prem Tinsulanonda, jeudi 26 avril. Un rendez-vous où l’improvisation n’avait pas sa place.

Chronique de Thaïlande : recherche silence désespérement

Quelques Thaïlandais se battent pour préserver des espaces de silence dans cet univers de bruit et de fureur qu’est Bangkok.

Mission accomplie pour Jean-Marc Ayrault en Thaïlande

La visite du Premier ministre français consolide la relance des relations franco-thaïlandaises.

Morts de 2010 en Thaïlande : les militaires pointés du doigt

L’étau se resserre peu à peu autour des militaires accusés par plusieurs services de police d’avoir tué des manifestants en avril-mai 2010