Une athlète thaïlandaise accusée de lèse-olympisme

Une plainte pour violation du règlement olympique a été déposée contre l’haltérophile thaïlandaise Pimsiri Sirikaew.

Lorsqu’elle a reçu sa médaille d’argent d’haltérophilie dans la catégorie des 58 kilos le 30 juillet dernier, l’athlète thaïlandaise Pimsiri Sirikaew s’est conformée à une longue tradition chez les médaillés olympiques du royaume : brandir un portrait du roi Bhumibol Adulyadej de Thaïlande lors de la cérémonie de remise des médailles. Habituellement, ces démonstrations de ferveur sont tolérées, mais cette fois-ci, une plainte a été déposée contre la sportive, selon le site spécialisé sur l’Asie du Sud-Est New Mandala. Selon la plainte, le fait de montrer une photo du roi de Thaïlande au public dans l’enceinte olympique pourrait enfreindre l’article 50 de la charte olympique, lequel dispose qu’aucune démonstration de propagande politique, religieuse ou raciale n’est permise dans les sites olympiques.

Le boxeur Somluck Kamsing avait été le premier à brandir un portrait du roi juste après avoir remporté une médaille d’or aux Jeux olympiques d’Atlanta en 1996 – la première médaille d’or thaïlandaise. Par la suite, ce geste avait été reproduit par presque tous les médaillés thaïlandais. Selon Pavin Chachavalpongpun, auteur de l’article sur New Mandala, seuls les sportifs thaïlandais et nord-coréens montrent des photos de leur chef d’Etat lors des événements sportifs. Aux Jeux olympiques de Mexico en 1968, deux athlètes afro-américains, Tommie Smith et John Carlos, avaient levé le poing sur le podium après avoir reçu leur médaille pour la première et la troisième place du 200 mètres dans un geste de protestation contre le racisme aux Etats-Unis. Les deux athlètes furent expulsés des Jeux sur décision du président du Comité international olympique, lequel avait jugé que leur geste était une prise de position politique.

Laisser un commentaire

Must Read