L’armée birmane à nouveau coupable d’abus et de possibles crimes de guerre (ONU)

YANGON: Les militaires du Myanmar doivent faire l’objet d’une enquête pour d’éventuels « crimes de guerre et crimes contre l’humanité » alors qu’un conflit avec les rebelles s’intensifie dans le nord-ouest du pays, a déclaré un expert des droits de l’ONU mercredi 29 avril.

L’armée est enfermée dans une guerre civile de plus en plus sanglante contre l’armée d’Arakan (AA), un groupe d’insurgés qui se bat pour plus d’autonomie pour les bouddhistes de souche Rakhine.

Des dizaines de personnes ont été tuées, des centaines de blessés et quelque 150 000 personnes ont fui leurs maisons depuis le début des combats en janvier dernier.

Les militaires et les insurgés s’accusent mutuellement d’abus, notamment le meurtre, la semaine dernière, d’un chauffeur de l’Organisation mondiale de la santé transportant des échantillons de test de coronavirus.

« Alors que le monde est occupé par la pandémie de COVID-19, l’armée birmane continue d’intensifier son attaque dans l’État de Rakhine, ciblant la population civile », a déclaré mercredi le rapporteur spécial sortant des Nations Unies sur le Myanmar, Yanghee Lee, dans un communiqué.

Lee a été interdite d’entrée au Myanmar pendant la majeure partie de son mandat après avoir critiqué ouvertement le traitement réservé par le pays à ses musulmans rohingyas.

Quelque 750 000 Rohingyas ont fui vers le Bangladesh voisin après des opérations militaires en 2017 – pour lesquelles le Myanmar fait maintenant face à des accusations de génocide devant la plus haute cour de l’ONU.

La violation continue et systématique du droit international humanitaire et des droits de l’homme « peut constituer des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité », a déclaré Lee.

Elle a accusé les militaires d’avoir disparu, torturé et tué des dizaines de suspects des AA, ainsi que de bloquer l’aide et d’empêcher les civils blessés d’atteindre les hôpitaux.

L’armée, également connue sous le nom de Tatmadaw, a rapidement nié ses allégations.

« La Tatmadaw fait simplement son travail pour protéger la vie et la sécurité des civils », a déclaré à l’AFP le porte-parole militaire, le général de brigade Zaw Min Tun, sans commenter les accusations spécifiques de Lee.

L’expert des droits de l’ONU a également critiqué les opérations des AA pour avoir eu des « impacts négatifs » sur les civils, en particulier après une série d’enlèvements.

Le gouvernement a officiellement qualifié le groupe d ‘ »organisation terroriste », ce qui signifie que tout organe de presse qui les contacterait pourrait être accusé en vertu des lois antiterroristes du Myanmar.

Le nord de Rakhine est soumis à un verrouillage strict et à une coupure d’Internet depuis des mois, ce qui rend difficile tout signalement indépendant.

Source link

Image par défaut
Rédaction Bangkok
Publications: 956

Newsletter Updates

Enter your email address below to subscribe to our newsletter

Laisser un commentaire

Powered by VLoss