Un bombardement de la junte fait cinq morts, dont un enfant, dans le nord du Myanmar

Une violente attaque aérienne dans le nord-est du Myanmar a tué cinq civils, a déclaré vendredi à Radio Free Asia un responsable d’une organisation de femmes anti-junte.

Mercredi soir, des avions de la junte ont bombardé un village de la commune de Namhkan, dans le nord de l’État de Shan.

Les victimes comprenaient Tar Ah Swe, 46 ans ; Yar Ah Ba, 56 ans ; Yar Kham Li, 50 ans ; et un enseignant de 35 ans, Yai Lay. Une fillette de cinq ans, Lway O Dae, est également morte dans les attaques, selon Lway, responsable de l’Organisation des femmes Ta’ang.

« L’enseignant, Yai Lay, est originaire du village Man Pu de Namhkan. Il se réfugie dans le village de Ho Nar parce que [military] La situation à Namhkan est mauvaise. Tar Ah Swe et Yar Ah Ba sont un couple du village de Pang Long, dans le canton de Manton », a-t-elle déclaré.

« Yar Kham Li et Lway O sont mère et fille. Ils se réfugiaient tous dans une maison de négoce de thé pour fuir les combats. »

Quatre autres personnes, dont deux enfants de six ans, ont été blessées et envoyées à l’hôpital de Namhkan, a-t-elle ajouté.

Une demi-heure plus tard, la junte a bombardé le village voisin de Pang Law. Sept maisons ont été détruites lors de l’attaque, ont indiqué des habitants.

L’armée de l’air de la junte a largué les bombes alors qu’il n’y avait pas eu de combats auparavant, a déclaré un responsable de l’information de l’Armée de libération nationale de Ta’ang, confirmant que cinq civils avaient été tués. Cependant, des combats quotidiens éclatent au camp militaire de Sa Kham Thit, à l’extérieur de la ville de Namhkhan, à environ 13 kilomètres du site du bombardement.

« Les bombardements de la junte étaient loin du village. Il n’y a pas eu de combats dans ces villages », a-t-il déclaré. « La junte a utilisé un pistolet de 500 livres [226 kilogram] bombe. Nous pouvons le dire en raison de son intensité.

RFA a contacté le porte-parole de la junte de l’État Shan, Khun Thein Maung, pour enquêter sur les affirmations du groupe selon lesquelles la junte aurait largué des bombes de 500 livres, mais il n’a pas répondu à ses appels vendredi.

Au cours d’une offensive militaire de résistance appelée Opération 1027, au cours de laquelle trois groupes alliés ont conquis plusieurs villes de l’État Shan, les forces du groupe ont également pris le contrôle de Namhkam, a indiqué l’Armée de libération nationale Ta’ang. Le groupe se bat quotidiennement avec les forces de la junte pour prendre le contrôle de la colline de Sa Kham Thit, à plus de 1,6 kilomètre de la ville de Namhkan.

Depuis le lancement de l’opération 1027 le 27 octobre, 103 civils, dont 20 enfants, ont été tués, selon les données compilées par l’Organisation des femmes Ta’ang. Les tirs d’armes légères, l’artillerie lourde et les frappes aériennes ont blessé près de 170 personnes dans le nord de l’État de Shan.

Traduit par RFA birman. Edité par Mike Firn.

Source