East Asia Forum

Auteurs : Oindrila Dey, Institut indien du commerce extérieur et Debalina Chakravarty, Université St Xavier

Au cours de l’année écoulée, l’Inde a traversé plusieurs blocages, entraînant l’effondrement des opérations de marché et l’arrêt presque complet de toutes les principales activités économiques. Au 10 juin 2021, le taux de chômage urbain moyen mobile mensuel était de 15,4 %. Cela a gravement secoué la croissance du PIB, qui est tombée à un creux de -7,3 pour cent en quatre décennies.

Pour rétablir la stabilité économique, une intervention gouvernementale efficace est nécessaire. Mais une intervention efficace dépend de la confiance des citoyens dans l’institution gouvernementale. Près de 35 pour cent de la population mondiale vit dans des pays en autocratisation et, par conséquent, les gens perdent confiance dans le gouvernement et mettent leur foi dans les activités communautaires institutionnelles.

En Inde, le financement participatif de grandes entreprises et même de petits retraités a aidé à gérer des cuisines communautaires et à fournir des soins de santé primaires aux patients COVID-19 par le biais de communautés sociales, de communautés religieuses ou d’ailes étudiantes de partis politiques d’opposition.

Le gouvernement indien a été inefficace dans ses tentatives pour faire face aux problèmes liés au COVID-19, comme en témoigne son approche des exportations de vaccins et sa décision d’organiser des rassemblements électoraux au milieu de l’augmentation des infections. D’une part, la confiance dans le gouvernement est ébranlée en Inde en raison des oublis politiques et, d’autre part, les gens dépendent fortement de la fourniture publique de vaccins.

Selon le «concept gandhien de tutelle», les personnes disposant d’un revenu stable peuvent être incitées à se séparer de leur richesse pour aider les couches marginalisées de la société. Les réponses des citoyens salariés urbains aux initiatives gouvernementales et sociales pendant la pandémie ont été capturées via un récent sondage en ligne. En cas de crise, 47 % des personnes interrogées s’attendent à ce que le gouvernement fournisse des secours plus rapidement que la communauté, mais environ 45 % pensent que le service communautaire atteindrait ceux qui en ont besoin plus rapidement. Ces chiffres révèlent que les services institutionnels rendus par les systèmes publics et privés sont clairement importants.

Près de 90 pour cent des personnes souhaitent qu’un fonds de secours soit prévu dans le budget du gouvernement afin qu’il puisse être financé principalement par l’argent des contribuables. Les citoyens pensent également que le gouvernement devrait financer les travaux de secours par le biais des fonds de développement local des membres de l’Assemblée législative, des contributions volontaires des citoyens et des contributions volontaires des grandes entreprises.

La confiance dans les installations médicales du gouvernement a atteint un sommet de 70 % pendant la pandémie de COVID-19. Mais le manque d’installations gouvernementales est également un problème largement reconnu. Des interventions telles qu’un plafonnement des prix facturés pour le traitement et le diagnostic dans les établissements médicaux privés et une subvention partielle pour le traitement et le diagnostic dans les hôpitaux privés étaient attendues.

L’Inde a vu des contributions volontaires substantielles aux fonds de secours gouvernementaux au cours des premiers mois de la pandémie. Mais lorsque les problèmes impliquent la bonne utilisation des fonds, la plupart des personnes interrogées s’attendent à ce que moins de 60 pour cent des fonds collectés pour les programmes de secours gouvernementaux parviennent aux bénéficiaires. En revanche, probablement 80 pour cent des fonds collectés par les communautés sociales sont effectivement utilisés.

Il est intéressant de noter que la confiance dans les institutions sociales et gouvernementales semble similaire en termes de fuite. Plus de la moitié des personnes interrogées pensent qu’il y aurait environ 10 % de fuites dans les deux systèmes. Ces données mettent en évidence la tolérance de la corruption par les citoyens urbains instruits de l’Inde. De plus, la majorité des individus conviennent qu’il devrait y avoir une intervention gouvernementale de toutes les manières possibles dans l’économie – qu’il s’agisse d’allocations de chômage, de soutien financier aux entreprises, de garde d’enfants, de soins de santé ou de régimes publics de distribution.

Les gens soutiennent l’intervention du gouvernement, mais lorsqu’on leur a demandé s’ils solliciteraient le soutien du gouvernement pendant une crise, une proportion plus élevée de réponses étaient négatives. En cas de crise liée à la sécurité de l’emploi, les gens préfèrent les systèmes juridiques, les agences pour l’emploi et les médias sociaux comme systèmes de soutien externes pour aider à résoudre le problème plutôt que de dépendre du soutien institutionnel de l’État. Bien que les individus s’attendent à des interventions du gouvernement, ils ne dépendent pas entièrement du gouvernement en temps de crise, craignant peut-être que leurs attentes ne soient pas satisfaites.

Les contributions à la communauté sont volontaires et les utilisations des fonds sont traçables dans une certaine mesure. L’allocation de fonds aux communautés crée également un sentiment de réciprocité. Les gens savent que lorsqu’ils en ont besoin, ils ont le soutien de la communauté et du gouvernement.

Les contributions aux communautés locales aident également à générer des identités au sein du groupe et à étendre les domaines de l’altruisme. Le rôle des fonds publics est incontestable mais souvent non traçable. Pourtant, la confiance dans le gouvernement est toujours forte lorsque l’essentiel doit être livré dans des endroits éloignés.

Certains réseaux et organisations gouvernementaux ne peuvent pas…

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire

You May Also Like

Le danger rampant de l’extrémisme hindou

Auteur: Balachander Palanisamy, RSIS Le gouvernement indien néglige le danger rampant de…

Contributions du Japon à la stabilité maritime dans le golfe du Bengale

Auteur: Michael van Ginkel, Stable Seas Le Japon a tout intérêt à…

Gérer le risque lié à la chaîne d’approvisionnement dans un monde post-COVID-19

Auteur: Stephen Olson, Hinrich Foundation La pandémie de coronavirus a remis en…

Budget de l’Union de l’Inde 2021–22 et politique budgétaire

Auteur: Alok Sheel, ICRIER L’Inde a connu une forte contraction de la…