Séoul a obtenu un siège de membre non-permanent du Conseil de sécurité de l’ONU. Le Cambodge, qui disputait ce siège, devra attendre un autre tour.

Le score a été très net : lors du vote, le 18 octobre, de l’Assemblée générale de l’ONU, la Corée du Sud a obtenu 149 voix sur 193 et le Cambodge s’est retrouvé sur la touche. Le troisième candidat à ce siège de membre non-permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, le Bhoutan, avait été éliminé au 1er tour. Le Cambodge a beau présider, en 2012, l’Asean et accueillir en novembre à Phnom Penh un sommet auquel doivent participer les dirigeants américain, chinois et russe, ses chances de l’emporter face à la Corée du Sud semblaient, dès le départ, limitées.

Cinq sièges étaient à renouveler, selon le site Cambodia Herald, et les scores ont tous été sans ambiguïté. Les quatre autres élus sont l’Argentine (182 voix), le Ruanda (141), l’Australie (140) et le Luxembourg (131). Les cinq partants, dont le mandat prend fin en décembre 2012, sont l’Afrique du Sud, la Colombie, l’Allemagne, l’Inde et le Portugal. Le mandat de deux ans des cinq autres membres non-permanents du Conseil ne se terminera que fin 2013 (Azerbaïdjan, Guatemala, Pakistan, Togo et Maroc). En plus de ses dix-membres non-permanents, le Conseil de sécurité de l’ONU compte cinq membres permanents, avec droit de veto (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie).

Newsletter Hebdo

Recevez notre sélection hebdomadaire d'articles publiés sur InfoAsie

You May Also Like

Obama en Birmanie : le double signal de l’Amérique

Selon le Washington Post, la visite d’Obama en Birmanie illustre sa détermination à continuer de pivoter vers l’Asie et adresse un message aux Etats-voyous.

Indonésie : les extrémistes deviennent des terroristes

La frontière entre radicaux et terroristes islamistes est de plus en plus brouillée, conclut une enquête à Cirebon (Java ouest).

Indonésie : le président appuie la lutte contre la corruption

Le chef de l’Etat a ordonné à la police de ne plus intervenir dans une enquête sur l’un de ses dirigeants soupçonné de corruption. Une intervention rare et qui s’accompagne d’un bémol.