(Photo AD)

Plusieurs incidents violents ont secoué les trois provinces du sud à majorité musulmane de la Thaïlande à quelques jours du huitième anniversaire de la tragédie de Tak Bai.

C’est le cas tous les ans autour de la date du 25 octobre : le nombre d’actions violentes commises par les séparatistes malais musulmans du sud s’accroît – une manière pour le mouvement insurrectionnel de commémorer la mort de 85 manifestants aux mains de l’armée en 2004. Cinq incidents, aucun meurtrier, ont eu lieu samedi soir 20 octobre en l’espace d’une heure dans le district de Tak Bai (province de Narathiwat) : explosion de plusieurs bombes, embuscade ratée contre un groupe de policiers, entre autres. Les attaques les plus sérieuses ont eu lieu le lendemain matin. Une bombe de cinquante kilos commandée à distance a notamment explosé au passage d’un véhicule à l’avant blindé. Deux militaires ont été tués et six blessés. Selon le quotidien thaïlandais Bangkok Post, le colonel Pramote Prom-in, chef du Centre opérationnel pour la sécurité intérieure pour la région sud (ISOC), a mis en garde contre une probable amplification des attaques ces prochains jours. Il ajouté que, selon les renseignements militaires, « 2000 rebelles » étaient prêts à lancer des attaques. Les renseignements militaires ne se sont pas toujours avérés fiables dans le passé.

L’incident de Tak Bai, pour employer un euphémisme, reste une date symbolique de la répression étatique non seulement pour les séparatistes mais aussi pour la population malaise musulmane du Sud dans son ensemble. Le 25 octobre 2004, l’armée avait violemment réprimé une manifestation de Malais qui réclamaient, devant un commissariat de police, la libération de six miliciens villageois. Les tirs des militaires avaient abattu sept manifestants, puis des centaines d’entre eux avaient été arrêtés et entassés dans des bennes de camions militaires pour les transférer à la base Sirindhorn, située à Pattani. Lors d’un voyage de six heures, 78 des manifestants arrêtés avaient péri suffoqués. A ce jour, aucun officier n’a été tenu pour responsable de la tragédie, pas davantage que le Premier ministre de l’époque, Thaksin Shinawatra, qui avait supervisé directement l’opération de répression.

Newsletter Hebdo

Recevez notre sélection hebdomadaire d'articles publiés sur InfoAsie

You May Also Like

Thaïlande : verdict en faveur de Karens victimes d’une pollution

La cour administrative suprême a condamné l’administration thaïlandaise à dédommager 22 Karens affectés par une pollution.

Volcan Taal : une éruption attendue et redoutée

Petit par la taille, mais costaud lors de ces éruptions : le…

Thaïlande: mort suspecte d’une ancienne star du cinéma

Pawana Chanachit a été retrouvée gisant dans un bassin de sa propriété. Les circonstances du décès de la « perle de l’Asie » restent troubles.