Janvier 1973 : Nixon accepte le retrait militaire du Vietnam

Le Traité de paix signé à Paris le 27 janvier 1973 met fin à la participation directe américaine à la guerre du Vietnam. Des combats dureront encore plus de deux ans.

Quarante ans déjà ! Fin 1972, le président Nixon ordonne de terribles bombardements du Vietnam du Nord, y compris de Hanoï, par les B-52 américains. Il s’agit d’obtenir des concessions lors de négociations qui se déroulent à Paris. Selon le bilan de Washington, 15 B-52 sont abattus parla DCA nord-vietnamienne et 9 endommagés, 26 aviateurs américains tués et 26 autres capturés.

Les Nord-Vietnamiens demandent la reprise des pourparlers. Richard Nixon opine du chef et donne l’ordre à Henry Kissinger de retourner à Paris. Mais les Nord-Vietnamiens ne cèdent pas. L’ordre d’évacuation des civils, y compris à Hanoi, a limité les pertes civiles.  Washington n’a rien obtenu de plus qu’en octobre. Le 23 janvier, Kissinger et Lê DucTho, le négociateur de Hanoi, concluent un accord signé officiellement le 27 janvier par les 4 parties en présence : Washington, Hanoi, le gouvernement de Saigon et le gouvernement révolutionnaire viêtcông.

En fait, en dépit de quatre années de combats supplémentaires (1968-1972), d’énormes pertes humaines du côté vietnamien et d’un doublement des pertes militaires américaines, Washington n’a pratiquement rien obtenu de plus que ce qui l’avait été, fin 1968, par les négociateurs de Lyndon Johnson. Moyennant un habillage diplomatique qui appelle à un règlement pacifique, les Américains récupèrent leurs prisonniers (dans un échange avec ceux du Nord et des Viêtcôngs). Ils disposent de deux mois pour retirer leurs dernières troupes et peuvent maintenir conseillers et aide militaires dans le Sud. Les dispositions diplomatiques ne seront jamais appliquées.

Pour forcer le président sud-vietnamien Nguyên Van Thiêu à signer ce Traité, qui ne réclame pas le retrait des troupes du Nord présentes dans le Sud, Richard Nixon a été contraint de lui écrire, le 16 janvier, qu’il lui supprimerait toute aide militaire s’il ne le faisait pas. Le cessez-le-feu n’est respecté par aucun des camps. La guerre va encore se poursuivre pendant deux ans jusqu’à l’offensive magistrale – mais facilitée par les bévues de Thiêu – montée en 1975 par le général Vo Nguyên Giap, auquel le commandement opérationnel a été rendu en 1972 afin d’organiser, également de main de maître, la défense anti-aérienne de Hanoï.

Toutefois, l’humiliation ne sera pas épargnée au gouvernement américain en 1975, leur ambassadeur s’enfuyant la bannière étoilée sous le bras. Mais, aux yeux des stratèges de Washington, cette fin aura moins d’importance. Kissinger a eu l’indécence de proclamer qu’il a négocié, début 1973, un «intervalle décent». Entre-temps, Washington a pris langue avec Pékin et le gros du corps expéditionnaire américain a été retiré du Vietnam. Voilà quarante ans, le Traité de Paris a ouvert une porte de sortie.

Laisser un commentaire

Must Read