Le cas des accusés qui sont parlementaires sera jugé en novembre. Le verdict pour les dix-neuf autres sera prononcé le 22 août.

Le procès des 24 leaders des Chemises rouges accusés d’avoir violé les conditions de leur libération sous caution a débuté le 9 août à Bangkok dans une enceinte protégée par plusieurs centaines de policiers anti-émeute. Les juges de la Cour pénale ont d’abord décidé de reporter au 22 novembre l’examen du cas des cinq accusés – Weng Tojirakan, Korkaew Pikulthong, Wiphuthalaeng Pattanaphumthai et Karun Hosakul – qui occupent des sièges au sein de l’Assemblée nationale et pourraient bénéficier d’une immunité juridique.

Les juges ont ensuite procédé à l’audition des dix-neuf autres accusés et des témoins. Ces 24 dirigeants des Chemises rouges avaient été accusés de terrorisme après les manifestations d’avril-mai 2010 et emprisonnés. Ils avaient ensuite été libérés sous caution, mais des recours ont été déposés auprès du tribunal affirmant qu’ils avaient violé les conditions de leur libération sous caution, le mois dernier, en critiquant vivement la Cour constitutionnelle alors qu’elle rendait un arrêt sur des projets de loi visant à permettre une réforme constitutionnelle. Parmi les 24 accusés, deux s’étaient distingués : Korkaew Pikulthong, qui avait parlé d’une possible guerre civile si la Cour constitutionnelle prononçait un arrêt défavorable aux Chemises rouges, et surtout l’acteur Jeng Dokjik, qui avait distribué les numéros de téléphone personnels des juges constitutionnels en demandant aux militants de les harceler.

Durant l’audience, Jeng Dokjik a justifié son acte en disant qu’en tant que comédien, il se devait «d’attirer l’attention du public», ajoutant qu’il considérait son geste comme inapproprié. L’audience terminée, le tribunal a fixé la date du verdict au 22 août. Environ 1.000 militants Chemises rouges étaient venus soutenir leurs leaders, mais ils ont été cantonnés en dehors de l’enceinte de la Cour.

Laisser un commentaire