skip to Main Content
Voie Libre Pour Les Quotidiens Privés En Birmanie

Voie libre pour les quotidiens privés en Birmanie

Le nouveau ministre birman de l’information a annoncé que des quotidiens privés vont pouvoir être publiés à partir du début 2013.

Durant des décennies l’austère New Light of Myanmar a été la voix quotidienne, en anglais, de la propagande de la junte de Birmanie. Avec ses titres de Une dignes de la Pravda – comme « Le ministre de l’Industrie N°2 et les dignitaires de sa délégation ont visité l’usine textile de Mawlamyine-Ouest [Moulmein] » – et sa typographie début du XXe siècle, le journal et ses équivalents en birman ont donné le ton de la couverture médiatique des années de dictature. Si l’on en croit le nouveau ministre de l’Information, Aung Kyi, considéré comme un réformateur, des concurrents privés, en anglais et en birman, vont pouvoir faire leur apparition à partir du début de 2013, écrit le Myanmar Times. Si l’on se réfère à l’explosion du nombre des magazines et des hebdomadaires depuis le début de 2011, la presse quotidienne devrait donc passer à la vitesse supérieure dans les prochains mois.

Le départ du ministre précédent, Kyaw Hsan, lors du remaniement de la fin août, a clairement apaisé les tensions entre le gouvernement et les journalistes. Kyaw Hsan, un partisan de la ligne dure, avait ordonné fin juillet la suspension de deux hebdomadaires parce qu’ils n’avaient pas soumis certains articles à la censure préalable. Cette censure a été abolie fin août. La floraison des nouveaux titres quotidiens et périodiques sera à terme encadrée par une nouvelle loi sur la presse en train d’être étudiée par le Parlement. Aung Kyi, le ministre de l’information, souhaite consulter des journalistes et des experts pour affiner le projet de loi, lequel ne sera donc pas adopté dans l’immédiat.

Arnaud Dubus

Arnaud Dubus

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Close search

Panier

Back To Top