Vietnam : une société qui regorge d’inventeurs

Les Vietnamiens, en particulier ceux d’outre-mer qui travaillent dans les meilleures conditions, se révèlent inventifs. Leur palmarès se défend.

Le père du DAB (distributeur automatique de billets) est un Vietnamien qui a émigré aux Etats-Unis et y a travaillé pour l’US Citibank pendant vingt ans avant de regagner le Vietnam en 2003. C’est ce qu’affirme le site VietnamNet  en ajoutant que le savant en question, Dô Duc Cuong, est l’auteur d’une cinquantaine d’inventions. Originaire de la province centrale de Quang-Ngai, Cuong s’est révélé un élève d’une intelligence exceptionnelle lors d’un test auquel ont procédé des scientifiques japonais.

Cuong a ainsi obtenu une bourse pour l’université d’Osaka. Tout en poursuivant ses études, il a travaillé pour Toshiba. Il a quitté le Japon pour se rendre, à l’invitation de la Citibank, aux Etats-Unis avec, pour objectif, de découvrir «une technique susceptible d’attirer le milliard de clients». Résultat : l’ATM (automated teller machine, ou DAB en français) est née. Depuis 2003, Cuong est employé dans une banque vietnamienne (banque Dong A).

Deux ingénieurs vietnamiens, Nguyên Thanh Dông et Hoang Diêu Hung ont mis au point en Tchécoslovaquie, avant la division du pays en deux, une nanotechnologie qui élimine totalement l’arsenic de l’eau, une technologie particulièrement utile dans plusieurs régions «où les centrales thermiques et les mines de charbon ont pollué les sources d’eau». A Vinh Long, dans le delta du Mékong, Dang Hoang Son a mis au point un système qui permet de réduire de 20% à 30% la consommation d’essence par les motos (et de prolonger la vie de leurs moteurs). A l’université de Sydney, Viet Hung Nguyen et des chercheurs associés ont mis au point une chaise roulante qui se déplace en évitant les obstacles que sa caméra repère sur son chemin et qui peut répondre aux mouvements des yeux, de la tête ou encore de l’esprit de son utilisateur.

Laisser un commentaire

Must Read