Jakarta est encore sous les eaux et cette situation ne risque guère de s’améliorer en raison de la poursuite de pluies torrentielles.

Quinze morts avaient été recensés à Jakarta, le 20 janvier, au troisième jour de l’état d’urgence décrété par le gouverneur Joko Widodo. Environ vingt mille habitants de la capitale de l’Indonésie avaient alors été contraints d’évacuer leurs domiciles et avaient trouvé refuge ailleurs. Huit mille personnes souffraient de maladies diverses liées aux inondations et quatre hôpitaux de campagne avaient été installés dans cette mégapole de quelque dix millions d’habitants. Un quart de million de gens seraient affectés par les conséquences des inondations.

L’agence gouvernementale en charge de la lutte contre ce type de catastrophe (BNPB) a estimé que le principal déluge, le 15 janvier, a inondé 41 km2. 97.000 habitations ont été envahies par les eaux. Ces chiffres demeurent inférieurs à ceux des inondations qui ont lieu en 2007 (80 morts, 231 km2 submergés). Toutefois, selon le porte-parole du BNPB, les inondations pourraient se poursuivre jusqu’en février car les pluies sont loin de s’arrêter.

D’autre part, les sinistrés se plaignent de la lenteur des secours. Le courant a été coupé dans plusieurs quartiers pour prévenir les électrocutions. Des canalisations d’eau potable ont, en outre, été endommagées. Les sans-abri se plaignent également du manque de distributions d’aliments, de couvertures, d’eau potable, dans les centres de refuge.

Laisser un commentaire

You May Also Like

Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme

Des bonzes occidentaux apportent une nouvelle jeunesse à un bouddhisme thaïlandais en voie d’essoufflement.

Des minijupes jugées pornographiques

En Indonésie, le ministre chargé de l’application de la loi contre la pornographie est sans doute maladroit. Mais il est le reflet des aspirations de la présidence.

Philippines : ils ont faim

Les survivants du typhon dans l’est de Mindanao sont trop nombreux pour être tous rapidement secourus. Ils ont tout perdu, ils ont faim.

Garuda, l’indonésienne, vole vers l’Est

Reflet de la crise en Europe, Garuda, compagnie nationale aérienne indonésienne, réoriente son expansion vers le marché Asie-Pacifique, le plus prometteur.