East Asia Forum

Avec l’augmentation des tensions sino-américaines et des turbulences géopolitiques, de nombreux pays de la région Asie-Pacifique se sont penchés sur la manière dont l’ASEAN réagirait pour rester unie, centrale et pertinente. le ASEAN Perspectives sur l’Indo-Pacifique (AOIP) est une réponse à la controverse croissante entre les grandes puissances et un objectif pour les priorités futures de l’ANASE.

Au cours de la période précédant la formulation de l’AOIP, les deux grandes puissances ayant des intérêts dans la région Asie-Pacifique ont exprimé des vues divergentes sur la région. Les États-Unis et leurs alliés – le Japon, l’Australie et l’Inde – ont parlé de plusieurs versions d’un Indo-Pacifique libre et ouvert. Celles-ci ont fusionné en un seul point: les inquiétudes concernant les ambitions de la Chine en tant que puissance montante.

L’Initiative de la Ceinture et de la Route de la Chine (BRI) a défini une autre vision pour la région. Les voisins de la Chine, y compris les États membres de l’ANASE, ont accueilli la BRI comme un moyen d’améliorer la connectivité grâce à de meilleures infrastructures. Mais la BRI a également été accusée d’avoir créé des pièges à dettes et d’être utilisée comme un outil pour les ambitions de Pékin de construire un monde sinocentrique.

Le conflit sino-américain présente également un nouveau scénario, illustré par les actions du gouvernement américain contre Huawei. Plutôt que de permettre un monde interconnecté, la concurrence technologique a conduit à des sanctions d’exclusion et à des perturbations dans les chaînes de valeur mondiales. L’AOIP s’attaque à ces tensions dans quatre domaines de collaboration – les questions maritimes, la connectivité, les objectifs de développement durable des Nations Unies et les domaines plus larges de la coopération économique.

Les partenaires extérieurs de l’ANASE ont exprimé leur soutien à l’AOIP et certains saluent le document comme une tentative de l’ANASE de contrôler le récit. Mais certains se sentent déçus que l’AOIP ne soit pas clair et manque de détails qui pourraient faire avancer un programme de l’ANASE.

Contrairement aux précédentes visions «indo-pacifiques», l’AOIP cible l’ouverture, l’inclusivité et la centralité de l’ANASE. Pour la Chine, il semblait que l’ANASE aurait dû continuer de mettre l’accent sur la région Asie-Pacifique plutôt que de répondre à la nomenclature indo-pacifique. Le conseiller d’État et ministre des Affaires étrangères de la Chine, Wang Yi, a déclaré que la Chine a toujours maintenu une attitude ouverte et constructive dans la coopération régionale qui est conforme aux principes et aux idées de l’AOIP.

Les opinions divergent sur la façon dont le AOIP devrait être traité à l’avenir. Certains dirigeants de l’ANASE la considèrent comme définitive, tandis que d’autres la considèrent comme un travail en cours. L’existence de l’AOIP se voit ainsi offrir une reconnaissance polie. L’AOIP sert également de point de référence commun, permettant aux États membres de l’ANASE de s’engager avec d’autres pays pour garantir le respect des règles et des principes.

L’AOIP a également une influence fonctionnelle sur la façon dont le programme de l’ANASE se développera et sur le potentiel de fournir une nouvelle perspective sur la connectivité et les infrastructures régionales.

Les plans nationaux des États membres de l’ANASE sont la principale considération. Des offres et des accords bilatéraux sont alignés sur ces différents plans nationaux. Les plans nationaux et l’assistance bilatérale ont souvent peu de rapport avec le plan directeur régional pour la connectivité de l’ANASE (MPAC 2025). Ce manque de lien entre le développement national et celui de l’ANASE peut réduire la perspective de fournir des biens publics à la région.

Au lieu de cela, ces accords nationaux et bilatéraux finissent par être exclusifs. Un État membre de l’ANASE peut ressentir un plus grand sentiment de concurrence plutôt que de coopération avec un autre État membre de l’ANASE. Le cadre national-bilatéral peut pousser un pays à se plier à la volonté d’une plus grande puissance.

Ce n’est pas nécessairement le cas. Il existe un éventail d’options pour les partenariats et les investissements dans les infrastructures de l’ANASE. Outre la BRI de la Chine, le Japon a récemment lancé son programme de partenariat pour une infrastructure de qualité et le Blue Dot Network dirigé par les États-Unis espère avoir un système de certification pour les projets dans la région. Des efforts supplémentaires sont nécessaires pour voir comment ces projets s’inscrivent dans les initiatives existantes de l’ANASE telles que la MPAC 2025.

La prochaine priorité de ces projets serait d’évaluer les termes de l’accord par rapport à l’AOIP et de veiller à ce que l’ANASE soit conforme à ses principes d’ouverture et d’inclusivité. Cela minimiserait l’influence que les donateurs bilatéraux reçoivent sur les plans nationaux et régionaux. Donner la priorité aux accords bilatéraux d’un donateur particulier pourrait avoir des conséquences qui affectent l’ensemble de la région. Cela pourrait fausser les plans de développement nationaux ou affecter l’intégration de l’ANASE.

À l’avenir, l’AOIP devrait être utilisé comme une lentille pour le développement régional afin de permettre à l’ANASE de mettre en œuvre ses domaines de coopération prioritaires. Certains aspects de l’AOIP sont déjà intégrés aux activités de l’ANASE. Par exemple, l’ANASE a eu des exercices militaires conjoints avec la Chine et les États-Unis à différentes occasions. Les pays de l’ANASE ont toujours cherché à s’engager avec tous et non avec une grande puissance sur une autre. Mais dans d’autres domaines de coopération, tels que la connectivité et le développement des infrastructures, plus de direction et de clarté sont nécessaires.

Il y aura des occasions d’examiner l’AOIP en relation avec la connectivité et l’infrastructure et de déterminer si ses principes peuvent être de plus en plus influents. L’Indonésie, un passionné de l’AOIP, devrait prendre les devants alors qu’elle prévoit un Forum économique mondial sur l’ANASE et le Forum indo-pacifique sur les infrastructures et la connectivité. Un autre indicateur sera l’examen à mi-parcours de l’ANASE qui évaluera les progrès de l’ANASE vers la vision communautaire ASEAN 2025 pour une communauté intégrée, pacifique et stable.

L’AOIP ne promet aucun nouveau mécanisme et ses principes ne sont pas nouveaux. Il agira comme une lentille à travers laquelle les principes qu’il défend peuvent être vus. Dans l’exemple de la connectivité et de l’infrastructure, elle peut apporter une nouvelle perspective qui peut conduire à une nouvelle façon de hiérarchiser les actions.

Auteurs: Simon Tay et Jessica Wau, Singapore Institute of International Affairs

Simon Tay est président du Singapore Institute of International Affairs (SIIA).

Jessica Wau est directrice adjointe (ASEAN) à SIIA.

Une version de cet article apparaît dans la dernière édition du East Asia Forum Quarterly, «Jeu de puissance moyenne», Vol. 12, n ° 1.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire