Des moines rejoignent le rassemblement du Myanmar pour exiger la libération de Suu Kyi

BANGKOK – Des foules massives se sont rassemblées mercredi dans les rues de Yangon pour protester contre le coup d’État de l’armée birmane et exiger la libération du chef civil déchu Aung San Suu Kyi, soutenues par la participation de moines influents la veille.

Les manifestations dans la plus grande ville du Myanmar avaient diminué de taille au cours des derniers jours au milieu des intimidations de l’armée, mais se sont à nouveau fortement développées mercredi.

La veille, au moins 30 à 40 moines vêtus de robes marron ont protesté à Yangon, certains scandant à travers des mégaphones alors qu’ils marchaient dans la rue. Beaucoup avaient des pancartes en anglais disant « rejeter [the] coup d’État militaire, « tandis que d’autres portaient une banderole indiquant » des moines qui ne veulent pas d’une dictature militaire. « 

Le rebond fait également suite à une conférence de presse de l’armée mardi, la première depuis la prise du pouvoir le 1er février, qui a attisé la colère des manifestants.

Un membre de la Ligue nationale pour la démocratie dirigée par Suu Kyi, le parti qui a remporté une victoire éclatante aux élections générales de novembre, a exhorté les manifestants à ne pas croire les affirmations de la junte selon lesquelles elle organiserait un autre vote. L’armée avait utilisé l’élection pour justifier le coup d’État, affirmant la fraude.

Les moines ont une grande influence sur l’opinion publique du pays, qui est bouddhiste à 90% et où ils sont vénérés comme «fils de Bouddha». Beaucoup se sont tenus à l’avant-garde des manifestations contre l’ancienne junte en 2007, contribuant à donner au mouvement la résistance.

Le pays était estimé à 400 000 moines à l’époque, principalement à Yangon et à Mandalay, la deuxième plus grande ville du Myanmar. Il est peu probable que ce nombre ait diminué, étant donné que la population a augmenté et que tous les hommes devraient passer au moins un certain temps dans un monastère. L’Agence centrale de renseignement des États-Unis estime la population du Myanmar à plus de 57 millions cette année.

La participation des moines aux manifestations actuelles place l’armée dans une position délicate, étant donné l’accent mis par le chef de la junte Min Aung Hlaing sur le bouddhisme. Le chef militaire a visité un monastère à Naypyitaw, la capitale du Myanmar, à la suite du coup d’État. Des sites religieux bouddhistes précédemment fermés pour freiner la propagation du coronavirus ont été rouverts et la télévision militaire a montré des soldats en train de nettoyer les temples.

Le dépôt de nouvelles charges mardi contre Suu Kyi pour prolonger son assignation à résidence a également exaspéré une grande partie du public. Son NLD a remporté environ 80% des sièges disponibles lors de l’élection de l’année dernière.

La junte a démenti lors de la conférence de presse de mardi que la prise du pouvoir était un «coup d’État», affirmant qu’elle était conforme à la constitution. Mais le soutien public semble clairement du côté du gouvernement civil, dans lequel Suu Kyi a été le chef de facto à travers le rôle de conseiller d’État.

Le porte-parole du département d’Etat américain Ned Price a déclaré aux journalistes que Washington était « perturbé » par les informations faisant état d’accusations supplémentaires contre Suu Kyi. Au Royaume-Uni, l’ancien dirigeant colonial du Myanmar, le Premier ministre Boris Johnson, a qualifié les accusations de «fabriquées» et de «violation flagrante de ses droits humains».

Source link

Les plus lus

Leave a comment

Laisser un commentaire