Vietnam's President Nguyen Phu Trong speaks at a news conference after he is re-elected as Communist Party's General Secretary for the 3rd term after the closing ceremony of 13th national congress of the ruling communist party in Hanoi, Vietnam 1 February, 2021 (Photo: Reuters/Kham).

Auteurs: Hien Do Benoit, CNAM et David Camroux, Sciences Po

Di bat bien, ung van bien»- une phrase évoquée par Ho Chi Minh en 1946 – est le rendu vietnamien d’une maxime chinoise qui peut être traduite« pour répondre au changement par l’immuable ». Cela pourrait résumer l’essentiel de la leçon à tirer du 13e Congrès du Parti communiste du Vietnam (PCV) qui s’est tenu du 25 janvier au 1er février de cette année.

Le Congrès a commencé sur un ton optimiste. Le Vietnam a été salué par la communauté internationale pour sa gestion de la pandémie COVID-19. Avec une population de 97 millions d’habitants, le Vietnam n’a enregistré que 35 décès. Il semble avoir fait toutes les bonnes choses – fermer les frontières tôt, contrôler fortement les confinements ciblés localement et maintenir la transparence dans sa stratégie de communication pour encourager les comportements patriotiques pour combattre le virus. Alors que le reste de l’Asie du Sud-Est est en récession, le Vietnam a enregistré un taux de croissance de 2,9% en 2020.

La présidence vietnamienne de l’ASEAN en 2020 a été considérée comme un succès qui a abouti à la signature du partenariat économique global régional et de l’accord de partenariat stratégique UE-ASEAN. Pourtant, l’environnement international avec la poursuite des tensions sino-américaines sous la nouvelle administration Biden, ainsi que l’absence de répit dans l’affirmation de la Chine dans le voisinage du Vietnam, augurent d’une période difficile à venir.

Pour la direction du Parti, dans un environnement aussi instable – à la fois au niveau international et, en raison de la pandémie persistante, au niveau national – le Congrès du Parti était le bon moment pour consolider, maintenir le statu quo et garantir que le CPV détourne toute critique.

Comme prévu, répondant aux appels au consensus et à l’unité, Nguyen Phu Trong a été réélu au poste de secrétaire général du CPV. Ce grand-père gardien plutôt fade de la doctrine marxiste-léniniste rassure non seulement les apparatchiks du Parti mais aussi la population en général en raison de sa campagne agressive pour déraciner la corruption. Le protégé de Trong, Tran Quoc Vuong, a été rejeté par les deux derniers plénums du Comité central, alors Trong est devenu l’option par défaut.

Pour certains observateurs, se fier à la vieille garde signifie une incapacité à préparer une nouvelle génération de leaders, d’autant plus qu’aucune innovation doctrinale conséquente n’a émergé depuis. Doi Moi («changement pour renouvellement») en 1986. Il est problématique pour la viabilité à long terme du CPV d’avoir un effectif stagnant à environ 5 pour cent de la population et un qui est de plus en plus vieillissant et masculin. Les moins de 50 ans ne représentent que 17% des 200 membres du Comité central. Les femmes ne représentent que 9,5% du Comité central et le Politburo de 18 membres ne compte qu’une seule femme.

Trong restera également président du Vietnam – un poste qu’il a acquis après la mort de Tran Dai Quang en 2018. Cela a conduit à des comparaisons avec le président chinois Xi Jinping. Ceci est trompeur car Trong ne possède pas de leviers similaires pour maintenir sa position dans un CPV fractionné et sa modestie personnelle et sa mauvaise santé ne semblent pas afficher la même soif de pouvoir que Xi. Il n’est certainement pas un signe avant-coureur d’un «rêve vietnamien».

Trong a reçu une exception pour un troisième mandat au-delà de l’âge de la retraite obligatoire de 65 ans. Mais il n’était pas seul – sur les 200 membres du Comité central, il y avait neuf autres exceptions. Parmi ceux-ci figurait Nguyen Xuan Phuc, l’actuel Premier ministre. Il semble qu’il n’ait pas été choisi pour être secrétaire général parce qu’il ne vient pas du cœur communiste du nord. Pourtant, il devrait devenir président plus tard dans l’année, une fois désigné par l’Assemblée nationale. La question est de savoir s’il rendra alors le rôle présidentiel plus important qu’il ne l’était auparavant.

Pendant la présidence vietnamienne de l’ASEAN en 2020 et face à la pandémie de COVID-19, Phuc était omniprésent, apparemment en partie en raison de la mauvaise santé réelle ou apparente de Trong. Pham Minh Chinh, actuel chef de la Commission centrale pour les affaires organisationnelles et numéro trois du Politburo, devrait remplacer Phuc au poste de Premier ministre – signe de continuité hiérarchique. Mais, comme pour la relation entre Trong et Phuc, cela indique également que les accords de partage du pouvoir dans la direction collégiale du Vietnam sont également des questions de dynamique individuelle et factionnelle.

Depuis le 6e Congrès du Parti fondateur de 1986, qui a annoncé la politique de Doi Moi, les congrès du CPV attirent de plus en plus l’attention internationale. Ils sont considérés comme fournissant des lignes directrices pour les politiques futures et désignant les principaux acteurs du régime vietnamien.

Le 13e Congrès a alors été une déception pour ceux qui recherchaient des changements importants. Ce qui a émergé est un arrangement provisoire pour marquer le temps, afin d’assurer la prise du CPV sur le pouvoir. Il reste à voir si cette interruption affecte d’autres organes au Vietnam – notamment au niveau provincial et, par exemple, sur «l’autoritarisme consultatif» de l’Assemblée nationale vietnamienne.

Hien Do Benoit est professeur associé au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) et chercheur au Laboratoire interdisciplinaire de recherche en sciences de l’action (LIRSA), Paris.

David Camroux est Senior Fellow honoraire au Center for International Studies (CERI), Sciences Po, et professeur à l’Université des sciences sociales et humaines de l’Université nationale du Vietnam, Hanoi. Il est un ancien coordonnateur de la diffusion pour le CRISEA projet sur l’intégration régionale de l’Asie du Sud-Est du programme-cadre Horizon 2020 de l’UE.

Source : East Asia Forum

Les plus lus

Leave a comment

Laisser un commentaire