Coup d’État en Birmanie: l’audience devant le tribunal de Suu Kyi reportée au 1er avril

YANGON / BANGKOK – Le 1er février, l’armée du Myanmar a arrêté le conseiller d’État Aung San Suu Kyi et le président Win Myint lors du premier coup d’État du pays depuis 1988, mettant fin à une décennie de régime civil.

La Ligue nationale pour la démocratie dirigée par Suu Kyi avait remporté un glissement de terrain lors d’élections générales en novembre. Mais l’armée a affirmé que l’élection avait été entachée de fraude.

Pour toute notre couverture, visitez notre page Myanmar Coup.

Lisez notre couverture détaillée:

– Les rebelles ethniques du Myanmar isolent la junte avant la Journée des forces armées

– Les citoyens du Myanmar organisent une «  grève silencieuse  » pour protester contre le coup d’État militaire

– La junte birmane applique la peine de mort sans appel pour réprimer les manifestations

– La junte birmane cible les banques pour lutter contre les «  ingérences étrangères  »

– L’infanterie du Myanmar liée à la mort de manifestants: cinq choses à savoir

– Qui est le chef de la junte birmane Min Aung Hlaing? 5 choses à savoir

– Myanmar: dans les coulisses du coup d’État qui a renversé le gouvernement d’Aung San Suu Kyi

Suivez les derniers développements ici (heure de Yangon):

Mercredi 24 mars

19 h 50 La Malaisie reportera les expulsions prévues vers le Myanmar jusqu’à la fin d’un sommet régional d’urgence proposé par l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est pour discuter des troubles qui ont suivi le coup d’État, rapporte Reuters, citant des sources proches du dossier.

La Malaisie a été critiquée au niveau international pour sa décision antérieure de renvoyer des personnes au Myanmar, où des groupes de défense des droits internationaux affirment qu’ils courent un risque d’abus.

Vendredi dernier, le Premier ministre malaisien Muhyiddin Yassin a soutenu une proposition indonésienne d’un sommet d’urgence de l’ASEAN sur la crise au Myanmar.

19h00 Les habitants du Myanmar ont organisé une «grève silencieuse» aujourd’hui, restant chez eux pour protester contre le coup d’État militaire du 1er février.

L’action de mercredi des manifestants marque un changement par rapport à la grève générale de février, lorsque les gens sont descendus dans la rue en grand nombre. Cette fois, les manifestants ont appelé les gens à s’abstenir de sortir ou de travailler, et il n’y a pas eu de manifestations dans les rues.

Les forces de sécurité ont forcé les habitants à éliminer les barricades dans les rues de Yangon avant les vacances de la Journée des forces armées samedi.

14h00 Une audience pour la dirigeante évincée Aung San Suu Kyi a été reportée au 1er avril, a déclaré un assistant de son avocat, marquant le deuxième report de son affaire. Suu Kyi a été arrêtée le 1er février pour des accusations telles que l’importation illégale de six radios portables et la violation des protocoles relatifs aux coronavirus. Lors de deux récentes conférences de presse télévisées, l’armée l’a également accusée de corruption.

13h30 Le journaliste de l’AP Thein Zaw dit à sa famille qu’il est libéré après avoir été arrêté alors qu’il photographiait des manifestations le mois dernier.

12 h 00 Des centaines de prisonniers qui avaient été arrêtés pour avoir protesté contre le coup d’État sont libérés d’une prison à Yangon, selon des témoins et des médias nationaux. Plusieurs bus remplis de détenus sont sortis de la prison d’Insein dans la matinée, ont déclaré les témoins, dont certains avocats des personnes arrêtées. « Tous les libérés sont ceux qui ont été arrêtés en raison des manifestations, ainsi que des arrestations de nuit, ou ceux qui étaient dehors pour acheter quelque chose », a déclaré un membre d’un groupe consultatif juridique qui a déclaré avoir vu les bus partir.

De nombreux magasins sont fermés sur un marché local à Yangon le 24 mars.

9 h 00. Les militants prévoient d’autres manifestations contre le coup d’État mercredi, y compris une «grève silencieuse», avec de nombreuses entreprises qui doivent fermer et des appels à rester chez eux. Les publications sur les réseaux sociaux et les médias suggèrent qu’une gamme d’entreprises, des grêleurs aux pharmacies, prévoient de fermer. Dans ce qui est souvent devenu un jeu mortel du chat et de la souris avec les forces de sécurité dans la rue …

Source link

Image par défaut
Editeur Desk
Publications: 109

Newsletter Updates

Enter your email address below to subscribe to our newsletter

Laisser un commentaire