Le défi du Clubhouse à l’autoritarisme numérique en Thaïlande

Auteur: Wichuta Teeratanabodee, RSIS

Les différends entre les autorités thaïlandaises et les mouvements anti-autoritaires passent des rues au monde en ligne. Les manifestants thaïlandais utilisent des mèmes créatifs et des hashtags pour diffuser leur programme. Au cours des dernières semaines, une nouvelle application Clubhouse est rapidement devenue un autre lieu par lequel les manifestants appellent à la démocratie. Cette évolution est un autre défi à l’autoritarisme numérique du gouvernement thaïlandais, une tendance en développement depuis le coup d’État de 2014.

Lancé en 2020, Clubhouse est une plate-forme de médias sociaux audio qui permet aux utilisateurs de créer des groupes et de partager des histoires. Chaque membre peut planifier et héberger une salle virtuelle, puis décider qui peut parler.

Clubhouse a été initialement utilisé par des personnes dans les domaines de la technologie, de la finance et de l’entrepreneuriat. Il a rapidement gagné en popularité au sein de la politique, car de nombreuses personnalités politiques de premier plan ont commencé à utiliser l’application, y compris les fondateurs du parti progressiste Future Forward, Thanathorn Juangroongruangkit et Piyabutr Saengkanokkul, ainsi que le chef du parti Kla, Korn Chatikavanij. L’application offre la possibilité aux utilisateurs d’interagir directement avec des experts ou des personnalités publiques dans un cadre plus informel. Pour reprendre les mots d’un utilisateur thaïlandais, «c’est comme s’ils étaient vos amis et que vous appeliez avec eux au téléphone».

Clubhouse contribue à faire progresser l’agenda pro-démocratie en donnant aux manifestants un espace pratique pour le plaidoyer. La fonction de questions et réponses en temps réel permet au public de profiter de «discussions de style potins» interactives. L’une des salles les plus attirantes qui a multiplié le nombre d’utilisateurs thaïlandais du jour au lendemain a été hébergée par Pavin Chachavalpongpun – un universitaire thaïlandais et militant en faveur de la démocratie basé au Japon. Selon son compte Twitter, Pavin a accueilli des salles de discussion sur «la politique thaïlandaise» et «le royaume de la peur», impliquant des dialogues sur le roi de Thaïlande Maha Vajiralongkorn, le gouvernement thaïlandais et la loi sur la lèse-majesté. Ce sont des sujets considérés comme tabous dans la société thaïlandaise. En seulement une semaine, le compte Pavin’s Clubhouse a rassemblé plus de 100 000 abonnés.

La critique de la monarchie est depuis longtemps un sujet sensible en Thaïlande. En raison de la loi de lèse-majesté, il est interdit aux Thaïlandais de critiquer ou de diffamer le roi ou d’autres membres de la famille royale. L’abolition de la loi est un objectif clé pour les mouvements pro-démocratie 2020-2021, qui espèrent promouvoir la liberté d’expression en Thaïlande.

Interrogé sur son plaidoyer en ligne et le risque d’être accusé de l’article 112, Pavin a répondu que «c’est risqué, mais il faut l’encourager, car plus on en parle, plus ces discussions deviennent la norme». Les manifestants thaïlandais visent également à normaliser la discussion sur le rôle et la légitimité de la monarchie thaïlandaise. Tout au long des manifestations de 2020-2021, les gens sont devenus plus courageux en discutant du sujet et en appelant à des réformes – un phénomène dont la Thaïlande n’a pas été témoin depuis l’adoption de la loi en 1957.

C’est alarmant pour la monarchie thaïlandaise qui conteste sa légitimité. Au moins 50 personnes – qui ont toutes assisté à des rassemblements politiques en Thaïlande – ont été accusées d’avoir enfreint la loi depuis novembre de l’année dernière.

Clubhouse semble poser une grave préoccupation au régime autoritaire car il permet aux gens de discuter librement de n’importe quel sujet lors d’un appel. Les messages sont envoyés de manière beaucoup plus simple que les publications traditionnelles sur les réseaux sociaux. Le mois dernier, la Chine a interdit l’application après que des utilisateurs chinois l’aient utilisée pour discuter de sujets souvent censurés en Chine, y compris les camps de détention du Xinjiang.

Outre la Chine, plusieurs pays d’Asie du Sud-Est ont intensifié leur autoritarisme numérique au cours des dernières années. La Thaïlande ne fait pas exception. Peu de temps après la discussion de Pavin sur la politique thaïlandaise, le ministère thaïlandais du numérique a averti les citoyens thaïlandais que s’ils utilisaient l’application «  d’une manière qui enfreindrait la loi, les autorités n’auraient d’autre choix que de les poursuivre avec une législation sur la cybercriminalité, ce qui peut entraîner cinq- ans de prison ».

Néanmoins, l’annonce semble avoir eu un effet négligeable sur l’utilisation de l’application par les gens. Alors que Clubhouse est toujours en cours de développement et n’est disponible que pour les utilisateurs d’iPhone d’Apple, le nombre d’utilisateurs n’a cessé d’augmenter. La société a également récemment embauché un développeur de logiciels Android, signalant son intention de s’étendre à la plate-forme Android.

Bien que l’accès au Clubhouse reste limité aux propriétaires de smartphones, il permet aux manifestants de diffuser leur programme au-delà des rues et d’atteindre plus efficacement sans avoir à compter sur les médias grand public partiellement contrôlés par l’État. Pavin, par exemple, a déjà prévu d’organiser davantage de conférences sur la politique thaïlandaise pour élargir son public.

Si l’application est considérée comme une menace directe pour la légitimité du régime, il est probable que le gouvernement thaïlandais réprimera – comme il l’a fait sur d’autres plateformes de médias sociaux telles que Facebook et Twitter. Mais le fait que les manifestants aient adopté le Clubhouse comme nouveau centre de protestation montre déjà que l’action du gouvernement ne peut pas les décourager. Au lieu de cela, cela suscite la colère et le désir de faire entendre leur voix. La balle est peut-être dans le camp du gouvernement thaïlandais, mais ses options ne sont pas bonnes.

Wichuta Teeratanabodee est assistante de recherche et étudiante diplômée à la S Rajaratnam School of International Studies (RSIS), Nanyang Technological University, Singapour.

Source : East Asia Forum

Image par défaut
East Asia Forum
Publications: 104

Newsletter Updates

Enter your email address below to subscribe to our newsletter

Laisser un commentaire