Coup d’État au Myanmar: le Japon et la Corée du Sud se joignent à la condamnation de la junte

YANGON / BANGKOK – Le 1er février, l’armée du Myanmar a arrêté le conseiller d’État Aung San Suu Kyi et le président Win Myint lors du premier coup d’État du pays depuis 1988, mettant fin à une décennie de régime civil.

La Ligue nationale pour la démocratie dirigée par Suu Kyi avait remporté un glissement de terrain lors d’élections générales en novembre. Mais l’armée a affirmé que l’élection avait été entachée de fraude.

Pour toute notre couverture, visitez notre page Myanmar Coup.

Lisez notre couverture détaillée:

– Les rebelles ethniques du Myanmar isolent la junte avant la Journée des forces armées

– Des citoyens birmans organisent une «  grève silencieuse  » pour protester contre le coup d’État militaire

– Après 50 jours au pouvoir, la junte birmane s’agite désespérément

– La junte birmane cible les banques pour lutter contre les «  ingérences étrangères  »

– L’infanterie du Myanmar liée à la mort de manifestants: cinq choses à savoir

– Qui est le chef de la junte birmane Min Aung Hlaing? 5 choses à savoir

– Myanmar: dans les coulisses du coup d’État qui a renversé le gouvernement d’Aung San Suu Kyi

Suivez les derniers développements ici (heure de Yangon):

Dimanche 28 mars

8 h 47. Parmi les envoyés des gouvernements occidentaux condamnant la brutalité de l’armée contre des civils non armés, qui a fait au moins 114 morts samedi, l’ambassadeur américain Thomas Vajda a déclaré sur les réseaux sociaux: « Cet effusion de sang est horrible », ajoutant que « le peuple du Myanmar s’est exprimé clairement. : ils ne veulent pas vivre sous un régime militaire. « 

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a déclaré que le meurtre de civils et d’enfants non armés marquait « un nouveau creux », tandis que la délégation de l’UE au Myanmar a déclaré que samedi « resterait à jamais gravé comme un jour de terreur et de déshonneur ».

8 h 22 Dans un geste sans précédent, les chefs de la défense de 12 pays – Australie, Canada, Danemark, Allemagne, Grèce, Italie, Japon, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Corée du Sud, Royaume-Uni et États-Unis – publient une déclaration commune condamnant le «recours à la force meurtrière contre des personnes non armées par les forces armées du Myanmar et les services de sécurité associés».

Cette condamnation est une humiliation pour le chef de la junte birmane, le général principal Min Aung Hlaing, qui a qualifié l’armée du Myanmar de « gardiens du peuple » lors d’un vaste défilé de troupes et de matériel militaire organisé samedi pour marquer la Journée annuelle des forces armées. La déclaration dit: « Une armée professionnelle suit les normes internationales de conduite et est responsable de protéger – et non de nuire – les personnes qu’elle sert. »

« Nous exhortons les forces armées du Myanmar à cesser la violence et à œuvrer pour restaurer le respect et la crédibilité auprès du peuple du Myanmar qu’il a perdu à cause de ses actions. »

Pour le Japon et la Corée du Sud – qui avaient tous deux des liens chaleureux avec l’armée du Myanmar – c’est la première fois que leurs chefs militaires se joignent à leurs homologues occidentaux pour condamner les actions d’une autre force militaire asiatique sur les questions des droits de l’homme.

Les meurtres, qui ont eu lieu le jour de la Journée des forces armées, ont suscité de vives critiques renouvelées de la part des pays occidentaux. © Reuters

Samedi 27 mars

23h30 Le nombre de morts dans une répression brutale des manifestants pro-démocratie s’élève à 114 alors que les forces de sécurité ouvrent le feu sur des civils, y compris des enfants, selon des reportages et des témoins. Les meurtres, qui ont eu lieu le jour de la Journée des forces armées, marquent le jour le plus sanglant du pays depuis le coup d’État et ont suscité de vives critiques de la part des pays occidentaux.

L’ambassadeur britannique Dan Chugg a déclaré que les forces de sécurité s’étaient «déshonorées» et que l’envoyé américain qualifiait la violence d’horrible. Pendant ce temps, des avions militaires lancent des frappes aériennes sur un village dans un territoire contrôlé par un groupe armé de l’ethnie Karen …

Source link

Image par défaut
Editeur Desk
Publications: 109

Newsletter Updates

Enter your email address below to subscribe to our newsletter

Laisser un commentaire

Powered by VLoss