Les responsables de l’opposition au Cambodge refusent de dénoncer Sam Rainsy

Les conseillers communaux locaux affiliés au principal parti d’opposition cambodgien Candlelight Party ont quitté mardi une réunion où il leur a été demandé de condamner publiquement le rival politique en exil de Hun Sen, Sam Rainsy, a déclaré le parti à Radio Free Asia.

Les chefs de commune du Parti du peuple cambodgien au pouvoir, ou CPP, de Hun Sen, ont convoqué plusieurs conseillers communaux du Parti aux chandelles de la province de Kandal et ont exigé qu’ils signent et ajoutent leurs empreintes digitales à une pétition qui disait qu’ils dénonçaient la figure de l’opposition.

Sam Rainsy est co-fondateur du Parti du sauvetage national du Cambodge, qui était le principal parti d’opposition avant que la Cour suprême du pays ne le dissolve en 2017. Il vit en exil en France depuis 2015, lorsqu’il a fui une série de accusations que ses partisans disent être politiquement motivées.

Hun Sen, qui dirige le Cambodge depuis 1985, a menacé le mois dernier de dissoudre tout parti associé à Sam Rainsy et a accusé ceux qui le soutiennent d’être contre le roi du Cambodge.

Le parti Candlelight a alors tenté de prendre ses distances avec Sam Rainsy en condamnant ceux qui insultent le roi, sans nommer de personne précise.

Cette déclaration aurait dû suffire à apaiser toutes les inquiétudes, a déclaré Kong Narith du Candlelight Party, le deuxième chef adjoint de la commune de Doeum Mean de la ville de Takhmao dans la province de Kandal, au service khmer de RFA.

Kong Narith a déclaré qu’il a maintenu sa position et a agi conformément à la loi, en particulier en respectant la volonté des électeurs qui l’ont élu et des autres membres du parti.

Long Seng Bun, le premier adjoint de la commune Prek Hoor de Takhmao, a déclaré que le forcer, lui et d’autres membres de Candlelight, à signer ce type de pétitions est illégal et constitue une violation des droits politiques, et c’est pourquoi il a refusé.

« Je leur ai dit que je ne ferai rien contre la loi », a-t-il dit. « Les électeurs ont voté pour moi, donc je servirai mes circonscriptions. »

Les conseillers communaux du Candlelight Party ont subi des pressions de la part de leurs collègues du CPP à quatre reprises pour dénoncer Sam Rainsy non seulement à Takhmao, mais aussi dans plusieurs autres districts de la province de Kandal, ont indiqué des sources.

Les responsables du CPP ont menacé les conseillers communaux du parti d’opposition, affirmant que s’ils ne faisaient pas ce qu’on leur demandait, ils seraient punis conformément à la loi.

Contrainte illégale

Le vice-président de Candlelight, Thach Setha, a déclaré à RFA que toute action coercitive, menaçante ou persuasive de la part des responsables du parti au pouvoir est un acte illégal grave. Il a dit que son…

Source