Le processus d’attribution des licences téléphoniques 3G aux opérateurs thaïlandais est fustigé pour n’avoir pas suffisamment stimulé la compétition parmi les candidats.

« Ce sont probablement les licences pour téléphones 3G les moins chères du monde ces quinze dernières années », estime Paiboon Amornpinyokeat, un expert des technologies de télécommunication cité par le quotidien thaïlandais Bangkok Post. Il fait allusion à l’attribution des fréquences 3G allouées le 16 octobre aux trois grands opérateurs thaïlandais Advanced Information Services (AIS), True et Dtac par la Commission nationale pour les télécommunications et la diffusion (NBTC) dans le cadre d’un appel d’offres. Ce sont les conditions de cet appel d’offres qui sont l’objet de nombreuses critiques. Neuf licences étaient en jeu. Le prix de départ des licences avait été fixé en dessous de leur valeur réelle. En conséquence, les trois opérateurs ne sont pas entrés en compétition, mais se sont répartis les licences à moindre prix.

Selon Somkiat Tangkitvanich, président de l’Institut thaïlandais de recherche pour le développement (TDRI), un centre de recherches sur l’économie respecté, la perte pour les contribuables se chiffre à 16,3 milliards de bahts (41 millions d’euros). Suriyasai Kasetsila, le leader du groupement politique Green Politics s’est exclamé : « C’est l’appel d’offres le plus ridicule que j’ai vu au monde. Six licences ont été données gratuitement et, pour les trois autres, il y a des offres rivales seulement pour créer l’apparence de la compétition ». Six des licences ont été acquises par les opérateurs au prix de départ de l’appel d’offres et les trois autres à un prix légèrement supérieur au prix de départ. Suriyasai Kasetsila dit envisager un recours devant le tribunal administratif ou la saisine de la Commission nationale anti-corruption. Quant à Somkiat du TDRI, il suggère que la limite maximale fixée à 49 % des parts pour les investisseurs étrangers dans les entreprises de télécommunications devrait être levée pour attirer les entreprises étrangères et stimuler la compétition.

 

 

Laisser un commentaire