Moderniser la marine royale thaïlandaise

Auteur: Hadrien T Saperstein, Centre Asie, Paris

La réflexion stratégique maritime et navale de la Royal Thai Navy (RTN) a subi un changement majeur. En 2008, elle s’est éloignée de ses ambitions de la marine bleue – incarnées par le porte-avions Chakri Naruebet – pour une approche globale axée sur la coopération en matière de sécurité maritime, la défense collective et la gestion non traditionnelle des menaces de sécurité. Le RTN a adopté le plan de guerre centrée sur le réseau de 2015, publié le plan national de sécurité maritime 2015-2021 et réorganisé le centre de commandement de la police maritime thaïlandaise en 2017.

À l’ère contemporaine de la guerre, les États continentaux de grande puissance maritime situés à la périphérie géopolitique de la Thaïlande – la Chine, l’Inde et les États-Unis – se livrent à toute une gamme d’activités maritimes militarisées et non militarisées. l’espace amorphe du conflit de la zone grise sans escalade ruineuse vers une guerre de haute intensité. Cela présente un défi complexe pour les forces de défense, allant au-delà de la stratégie aux approches linéaires mais plutôt multidimensionnelles.

Les États continentaux de grande puissance maritime ont déjà entamé le processus de convergence des domaines terrestres et maritimes à travers la «continentalisation» ou «infrastructuralisation» des mers littorales. Ce processus met en œuvre une approche stratégique multidimensionnelle centrée sur la terre et l’applique au domaine maritime.

En réponse, un rapport de recherche sur la sécurité maritime a été transmis en 2016 à l’Assemblée nationale thaïlandaise. Il a conclu que la RTN n’était plus en mesure de garantir ses cinq intérêts maritimes: souveraineté, sécurité, prospérité, durabilité et honneur. Il a également recommandé une approche plus flexible de la stratégie maritime et une posture plus réactive compte tenu des circonstances du monde réel.

Les documents de politique nationale publiés par la suite, y compris la stratégie nationale sur 20 ans 2018-2037 et la politique et le plan de sécurité nationale 2019-2022, soulignent les mêmes défis émergents en matière de sécurité dans la zone grise. Mais dans la pratique, les politiques et la pensée stratégique approuvées dans ces plans préservent essentiellement le statu quo dominé par l’armée.

Michael Handel conseille que la guerre à l’ère contemporaine est beaucoup trop compliquée pour une stratégie ou un concept global unique de sécurité. Pourtant, le concept de guerre maritime hybride (HMW) pourrait aider le RTN à mettre à niveau ses doctrines et à s’adapter efficacement à son nouvel environnement opérationnel.

Le concept HMW est susceptible d’être perçu favorablement par le gouvernement thaïlandais. Le commandant en chef sortant de l’armée royale thaïlandaise, le général Apirat Kongsompong, a choisi d’adopter un concept similaire, la guerre hybride terrestre, pour l’armée pendant son mandat. L’amiral Luechai Ruddit, commandant en chef de la RTN, a tiré parti de ce précédent pour «  arrêter [with] le passé, commence [with] the new », ouvrant la porte au concept HMW. Les nouveaux dirigeants de l’armée et de la marine – le général Narongphan Jitkaewthae et l’amiral Chatchai Sriworakhan – poursuivront probablement ces efforts.

L’amiral américain à la retraite James Stavridis propose dans Maritime Hybrid Warfare is Coming que le concept HMW offre quatre avantages uniques. Premièrement, il permet la destruction des capacités d’un adversaire sans attribution, permettant une «plus grande latitude d’activité» pour éviter les critiques et les sanctions internationales. Deuxièmement, le domaine maritime étant un environnement plus fluide, «il donne l’avantage de la surprise». Troisièmement, il donne aux agents un contrôle efficace du tempo et de la chronologie des événements, compte tenu de leur ambiguïté inhérente ». Quatrièmement, «cela coûte beaucoup moins cher que la construction des plates-formes massives et coûteuses en capital nécessaires pour mener une guerre littorale conventionnelle».

Un autre avantage du HMW est qu’il aide les marines qui subsistent dans un contexte politique où les gouvernements penchent vers une pensée stratégique centrée sur la terre. Comme Wilfried A Herrmann l’a observé dans la modernisation navale en Asie du Sud-Est, «  la stratégie nationale de la Thaïlande, conçue et promue par les [Army-dominated] Les gouvernements royaux thaïlandais, n’est pas essentiellement une stratégie maritime, mais plutôt continentale dans son noyau ».

Cette compréhension centrée sur la terre de la stratégie militaire nationale est anachronique. Les tendances technologiques et politiques récentes indiquent la convergence des concepts stratégiques terrestres et maritimes dans les mers littorales.

Le RTN a autrefois été empêché de développer une solide capacité de puissance maritime en raison de la domination des «  tendances continentales fondamentales  », évidentes dans les documents de stratégie et de politique nationaux formulés par l’armée thaïlandaise. Pourtant, ce problème peut finalement être contourné par l’application du concept HMW. Cela permettra à la RTN de tirer parti de son identité de «puissance maritime continentale» pour réaliser ses intérêts maritimes précédemment définis dans les mers littorales, en particulier le golfe de Thaïlande et la mer d’Andaman.

La crise du COVID-19 a accéléré la nécessité pour le RTN d’adopter le concept HMW. Le gouvernement thaïlandais se concentrera sur les questions continentales dans un avenir prévisible, car les manifestations étudiantes en plein essor intensifient le débat sur le processus de démocratisation de la Thaïlande. Et la menace d’une deuxième vague de COVID-19 et d’une crise économique se profile. Ces scénarios peuvent contrecarrer les ambitions persistantes en matière d’eau bleue exprimées par le biais de grands programmes d’approvisionnement naval, tels que l’acquisition prévue par le gouvernement de sous-marins de construction chinoise.

Hadrien T Saperstein est chercheur à Asia Center, Paris.

Source : East Asia Forum

Image par défaut
East Asia Forum
Publications: 104

Newsletter Updates

Enter your email address below to subscribe to our newsletter

Laisser un commentaire

Powered by VLoss