Catégories
Thaïlande

Le changement politique tectonique en Thaïlande | Forum Asie de l’Est

Auteurs : William J Jones et Douglas L Rhein, Mahidol University International College

L’ère de la politique colorée en Thaïlande a pris fin avec le retour triomphal de Thaksin Shinawatra. Dans le paysage changeant du système politique thaïlandais, ce nouveau chapitre de la politique thaïlandaise sera celui d’une lutte politique entre la réforme et le maintien du statu quo.

Lors des élections générales thaïlandaises de mai 2023, le Parti Move Forward (MFP) est arrivé en tête avec 151 sièges sur 500 et a recueilli plus de 14 millions de voix. Pourtant, sa candidature au poste de Premier ministre a été bloquée en raison de la présence de 250 sénateurs nommés par l’armée.

Le MFP a remporté des sièges dans toutes les régions, remportant toute la province de Phuket au sud et presque tous les sièges à Bangkok. Le parti Pheu Thai de l’ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra n’a pas réussi à remporter la victoire « écrasante » attendue, arrivant en deuxième position avec près de 11 millions de voix.

Les six plus grands partis conservateurs de Thaïlande ont remporté collectivement 182 sièges avec 16 millions de voix. Le parti provincial Bhumjaithai est arrivé en tête avec environ cinq millions de voix. Cela contraste fortement avec les élections de 2019, où Palang Pracharath a obtenu le plus grand nombre de voix, environ 8,4 millions, et où la coalition conservatrice a accumulé collectivement environ 22 millions de voix.

Le plus frappant est l’effondrement du soutien accordé aux partis d’élite conservateurs de longue date en Thaïlande, au pouvoir depuis près d’une décennie. Le déclin du soutien aux partis conservateurs en Thaïlande est particulièrement visible dans la baisse des voix pour le Parti démocrate. En 2011, ils ont recueilli 34 % des voix, rassemblant 11 millions de voix avant le coup d’État de 2014. Leur performance en 2023 s’est considérablement détériorée, recueillant seulement 2 millions de voix et remportant 25 sièges.

Cette transition politique est due au quasi-effondrement du plus ancien parti de l’establishment thaïlandais, au taux de participation historique pour le MFP progressiste et au retour de l’ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra en Thaïlande après 15 ans.

Avec la quasi-implosion du Parti démocrate couplée à la diminution de l’influence de l’ancien Premier ministre le général Prayut Chan-o-cha et de l’ancien vice-premier ministre le général Prawit Wongsuwon, les partis Thai Raksa Chart et Palang Pracharath pourraient se fragmenter d’ici les prochaines élections.

Comme plus de la moitié des 75 députés de ces partis ont initialement quitté Pheu Thai, ils pourraient rentrer chez eux sous le patronage de Thaksin et de Pheu Thai. Des rumeurs indiquent que lors du vote parlementaire, un bienfaiteur a injecté des fonds importants pour les députés de ces partis, influençant leur vote contre le chef du parti et en faveur du nouveau Premier ministre du Pheu Thai, Srettha Thavisin.

L’autre grand groupe de députés est constitué d’anciens transfuges démocrates du sud de la Thaïlande, qui s’aligneront probablement sur Bhumjaitai et Anutin lors des prochaines élections. Alors que Prayut et Prawit disparaissent du pouvoir, aucun bailleur de fonds puissant ne dispose de suffisamment de ressources pour conserver autant de députés dans son giron.

Pheu Thai occupera probablement sa place naturelle sur le spectre politique thaïlandais en tant que force importante de centre-droit aux côtés de Bhumjaitai, un fort parti provincial de droite. Les Démocrates peuvent survivre, mais ils ne sont essentiellement qu’un souvenir.

Un résultat ironique et inattendu est que le plus grand bienfaiteur des activités post-électorales de l’élite thaïlandaise sera probablement le MFP.

Le MFP établira une position forte dans l’opposition, où il a été extrêmement efficace au cours des quatre dernières années. Ils ont réussi à transformer des questions auparavant socio-économiques en questions politiques. Si l’on compare les quatre années précédentes du MFP dans l’opposition aux démocrates, le contraste est frappant. Le MFP a réussi à pousser les questions controversées plus loin que les démocrates ne l’ont fait en 40 ans. Cela ressort clairement de la présentation par le MFP de nombreux projets de loi à l’ouverture de la session parlementaire.

Le MFP continuera à généraliser le mariage homosexuel, à mettre fin à la conscription militaire, à mettre fin aux monopoles de l’alcool, à dénoncer la corruption du gouvernement et à lutter contre les opérations de la mafia chinoise en Thaïlande.

Le MFP recevra probablement de nombreuses munitions pour cibler le gouvernement à cause de la corruption, du copinage et des promesses électorales non tenues. Cela offrira de nombreuses opportunités de mettre en évidence les objectifs fondamentaux du MFP, à savoir la démilitarisation, la réduction des monopoles et la promotion de la décentralisation. L’attention médiatique qui en résultera profitera probablement au MFP, renforçant son rôle d’opposition, obtenant un plus grand soutien social et élargissant sa base électorale. Cette base sera renforcée par des transfuges supplémentaires du Pheu Thai qui reconnaissent que leur parti ne représente plus les masses rurales.

Sans ajuster leur position sur les politiques électorales clés qui mettent en danger les intérêts des élites, les mécanismes militaires, judiciaires et institutionnels existants persisteront à éliminer les obstacles influents. Pour conserver son influence politique, le MFP doit développer une large base de partisans dans les circonscriptions urbaines et rurales, qui peuvent se présenter aux élections ou au Parlement lorsque leurs prédécesseurs sont incarcérés. Le MFP ne peut pas risquer de devenir un parti dépendant de personnalités. Il doit rester un parti de valeurs doté d’un programme politique clair et d’une volonté de relever les défis.

Alors que la politique colorée oppose fréquemment les élites de Bangkok aux forces rurales, le nouveau champ de bataille dans la sphère politique thaïlandaise se concentre sur la réforme par rapport au statu quo. Cela se reflète dans le refus du MFP d’ajuster sa position concernant son programme de réformes et sa volonté de s’engager dans de nouveaux conflits. Avec l’augmentation de la dette personnelle et publique et le mécontentement social face à la corruption existante, les prochaines élections semblent être celles que le MFP va perdre.

William J Jones est professeur adjoint au Mahidol University International College.

Douglas Lee Rhein est professeur agrégé au Mahidol University International College.

Source : East Asia Forum


En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading