Le nouveau pacte des élites thaïlandaises est-il un mariage de convenance ou une alliance durable ?

Les élections générales thaïlandaises de mai 2023 ont donné naissance à une alliance inattendue entre l’ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra et l’establishment conservateur royaliste. Cela faisait partie de l’accord visant à empêcher le parti Move Forward (MFP), vainqueur des élections largement considéré comme une menace pour l’establishment, de prendre le pouvoir.

Pour inhiber le MFP, le parti Pheu Thai de Thaksin a été autorisé à former le gouvernement avec le Premier ministre Srettha Thavisin, soutenu par des partis et des sénateurs alignés sur l’armée. Thaksin a été autorisé à retourner en Thaïlande et a obtenu une grâce royale partielle.

Une grande partie de la controverse entourant cette alliance provient de la trahison perçue par Pheu Thai de son engagement initial de maintenir une alliance pro-démocratie avec le MFP. Le prix que Pheu Thai doit désormais supporter en échange de son accès au pouvoir, du retour de Thaksin et de son immunité juridique, pourrait être l’érosion de son autonomie en tant que parti politique et de sa réputation circonstancielle de champion de la démocratie.

L’establishment conservateur est actuellement le seul garant de la sécurité de Thaksin et détient le pouvoir de faire ou défaire le gouvernement dirigé par Pheu Thai. Essentiellement, cette alliance sert de frein à la démocratie thaïlandaise elle-même, plutôt que de compromis imposé à l’establishment à la suite d’une impasse politique.

Pheu Thai est désormais confronté à la tâche délicate de protéger l’establishment contre les efforts réformistes du MFP et des mouvements pro-démocratie plus larges, tout en rétablissant la confiance parmi ses partisans, dont beaucoup pensent que le parti s’est écarté de ses principes. Face à ces objectifs apparemment incompatibles, le gouvernement Pheu Thai a choisi de donner la priorité aux programmes économiques plutôt qu’aux réformes structurelles controversées.

Dès son arrivée au pouvoir, le gouvernement a rapidement mis en œuvre une série de mesures économiques à court terme, notamment un moratoire sur la dette agricole, des subventions aux coûts de l’énergie et de l’électricité, des tarifs réduits pour les lignes de train électriques de Bangkok et une exemption temporaire de visa pour les touristes en provenance de pays désignés. Mais bon nombre de ces initiatives « à gain rapide » ont été critiquées pour leur incapacité à résoudre les problèmes systémiques sous-jacents et pour leur imposition de charges budgétaires excessives.

Ces critiques s’étendent au projet de portefeuille numérique de 10 000 bahts (285 dollars) de Pheu Thai, sur lequel le parti a vigoureusement fait campagne pour évoquer l’esprit des politiques économico-populistes de style Thaksin qui trouvaient autrefois un fort écho auprès des partisans ruraux et de la classe ouvrière. Cette initiative politique a rencontré des revers importants, allant des résistances des technocrates aux retards de mise en œuvre dus aux complications liées à l’obtention de sources de financement adéquates et juridiquement solides. Pour gérer les coûts, le gouvernement a révisé les critères d’éligibilité du programme, excluant les personnes ayant un revenu mensuel supérieur à 70 000 bahts (2 000 dollars américains) ou des dépôts bancaires supérieurs à 500 000 bahts (14 273 dollars américains).

Bien que cet ajustement ait réduit le coût estimé de 548 milliards (15,6 milliards de dollars) à 500 milliards (14,2 milliards de dollars) de bahts, les inquiétudes concernant la discipline budgétaire, les sorties de capitaux et la possibilité d’une dégradation de la note de crédit de la Thaïlande demeurent. La décision de financer le système de portefeuille numérique par des emprunts publics, s’écartant de la stratégie initiale consistant à utiliser le budget annuel ou des prêts hors budget auprès d’une banque publique, a soulevé de nouvelles inquiétudes quant aux retards et aux impasses potentiels dus à des contraintes juridiques, législatives et constitutionnelles. défis.

Confronté à des obstacles politiques et à des moteurs économiques défaillants, Srettha, qui détient de facto un pouvoir limité en tant que Premier ministre et dirige un gouvernement dominé par ses partenaires de coalition, a jugé nécessaire de se concentrer sur la scène internationale afin de favoriser le développement économique. Tout au long de ses apparitions internationales, notamment au sommet de l’Initiative de la Ceinture et de la Route à Pékin, au sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique à San Francisco et au sommet commémoratif ASEAN-Japon, Srettha a activement courtisé les investissements étrangers et a plaidé en faveur d’un milliard de bahts (28,5 milliards de dollars). ) Mégaprojet Landbridge pour relier la mer d’Andaman au golfe de Thaïlande.

Pourtant, rien n’indique que ces initiatives, qui ont valu à Srettha le surnom de « premier ministre vendeur », se traduiront par des avancées économiques ou politiques substantielles. Au contraire, cette stratégie axée sur les entreprises a suscité des inquiétudes quant au fait que la politique étrangère de la Thaïlande pourrait de plus en plus donner la priorité aux impératifs économiques plutôt qu’à une approche équilibrée de la diplomatie et de la sécurité internationales, comme en témoigne l’accord problématique d’achat de sous-marins chinois devenus frégates par la Thaïlande.

En fin de compte, le risque que ce gouvernement ne respecte pas ses promesses économiques a accru l’importance de maintenir une position favorable auprès de l’establishment conservateur afin de rester au pouvoir. Cette évolution a tendu les relations entre Pheu Thai et le MFP. Bien qu’il existe une possibilité de collaboration pour faire avancer des programmes spécifiques, tels que la légalisation du mariage homosexuel, Pheu Thai s’est distancié des efforts du MFP visant à promouvoir une révision constitutionnelle, à modifier la loi de lèse-majesté et à appeler à une amnistie politique.

Les poursuites judiciaires en cours contre l’ancien leader du MFP Pita Limjaroenrat et le parti lui-même – concernant des actions présumées dans des sociétés de médias et des tentatives de modification de la loi de lèse-majesté – devraient se conclure fin janvier 2024. Les résultats pourraient aboutir à la condamnation de Pita. disqualification, dissolution du MFP et membres de l’exécutif confrontés à des interdictions politiques, ce qui pourrait déclencher des réactions négatives de la part du camp pro-démocratie, Pheu Thai étant pris entre deux feux.

Après mai 2024 – lorsque le mandat du Sénat actuel nommé par la junte prendra fin et que le Premier ministre sera choisi exclusivement par les membres du Parlement à la Chambre des représentants – Pheu Thai pourrait tenter de nommer la fille de Thaksin, Paetongtarn, au poste de Premier ministre pour succéder à Srettha. Une telle décision pourrait être considérée comme un dépassement ou une violation des termes initiaux de l’alliance qui soutient le gouvernement actuel et mettrait à l’épreuve la pérennité du nouveau pacte des élites thaïlandaises.

Napon Jatusripitak est chercheur invité à l’Institut ISEAS Yusof-Ishak à Singapour.

Source : East Asia Forum