East Asia Forum

Auteur: Heidi Dahles, Griffith University

Alors que la Chine montre des signes de reprise après l’épidémie de COVID-19, les spéculations abondent sur ce à quoi ressemblera un avenir post-COVID-19. Au milieu de la cacophonie des voix, un consensus se dégage sur le fait que les rapports de force mondiaux vont changer. Ce que ce changement pourrait entraîner est vivement débattu. Certains voient la Chine devenir un leader mondial et offrir des ressources et de l’expérience à ceux qui luttent actuellement contre la pandémie. D’autres soupçonnent la Chine de s’engager dans une sinistre campagne pour pousser d’autres pays à la dépendance.

Alors que la Chine semble bien positionnée pour diriger la reprise économique mondiale, les dommages à son économie sont graves et les perspectives d’une reprise rapide semblent faibles. Les prévisions de croissance du PIB pour 2020 varient entre 1,7 et 3,5%, bien en deçà de la fourchette cible officielle de 6%. La Chine aura du mal à reconstruire sa capacité de production, ses chaînes d’approvisionnement et ses marchés. Par conséquent, la Chine se tournera probablement vers la consolidation du pouvoir dans sa propre arrière-cour – la région du Mékong en Thaïlande, au Laos, au Myanmar, au Cambodge et au Vietnam.

Les récents chiffres publiés par la Banque asiatique de développement montrent des pertes économiques considérables dans la région du Mékong en raison de la crise sanitaire mondiale. La Thaïlande devrait perdre 5,6 milliards de dollars, soit 1,11% de son PIB, et le Vietnam, 1,01 milliard de dollars ou 0,41% de son PIB.

Le tourisme, la fabrication et le commerce sont les secteurs les plus durement touchés de la région. Les pays du Mékong en sont venus à dépendre du tourisme en tant que contributeur majeur à leur économie. En 2018, l’industrie du tourisme aurait contribué à plus de 30% du PIB au Cambodge et à 20% en Thaïlande. Une baisse du nombre de touristes a eu des effets dévastateurs, en particulier là où les visiteurs chinois dominent le marché. Tous les pays du Mékong trouvent également que leurs chaînes d’approvisionnement sont perturbées par la Chine, obligeant les fabricants à fermer à mesure que leurs approvisionnements en matières premières se tarissent.

Dans un monde post-COVID-19, les réseaux de chaîne d’approvisionnement centrés sur la Chine qui maintiennent la région ensemble semblent appartenir au passé. La délocalisation des bases de production de la Chine vers les pays de l’ASEAN – initialement commencée avec le début de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine – va s’accélérer. Les principaux importateurs américains ont commencé à acheter directement dans les pays du Mékong pour éviter une escalade des tarifs. La région connaîtra une forte augmentation des investissements directs étrangers et un renforcement des normes globales de production et des niveaux de qualification de la main-d’œuvre.

On peut s’attendre à ce que la Chine investisse des sommes importantes dans des projets d’infrastructure afin de soutenir les taux de croissance du PIB. La Chine a déjà engagé des milliards de dollars de prêts concessionnels et de crédits aux pays du Mékong via des projets régionaux ambitieux, notamment la coopération Lancang-Mékong et le corridor économique Chine-Indochine.

Ces cadres de collaboration seront encore renforcés dans un monde post-COVID-19 pour faire avancer la candidature de la Chine à un rôle de leader dans la région. Lors d’une réunion spéciale des ministres des Affaires étrangères de l’ANASE et de la Chine concernant l’épidémie de COVID-19, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a plaidé pour «une coopération plus étroite et plus active, afin de protéger la santé et la vie des populations et de forger une Chine plus étroite – Communauté de l’ASEAN d’un avenir commun ». La Chine a récemment expédié des fournitures médicales au Cambodge pour combattre le COVID-19 afin de faire correspondre les mots et l’action.

La plupart des pays du Mékong entretiennent des relations harmonieuses avec Pékin et ne font pas obstacle aux ambitions de la Chine. Le Cambodge se distingue comme un partisan particulièrement fort de la Chine. Mais le Vietnam et le Myanmar restent sceptiques quant aux investissements massifs de la Chine dans les méga barrages le long du Mékong et ses revendications en mer de Chine méridionale. Le Vietnam a donc été exclu de tous les grands projets de l’Initiative de la Ceinture et de la Route et a dû demander à la Chine de libérer l’eau de ses méga barrages en amont car les communautés rurales le long du Mékong souffraient de pénuries d’eau persistantes.

L’annonce récente par le Cambodge qu’il ne construira pas de nouveaux barrages hydroélectriques sur le courant principal du Mékong au cours de la prochaine décennie revêt une grande importance. Saluée par les écologistes et les groupes de défense des droits de l’homme comme une victoire pour la biodiversité et les moyens de subsistance locaux, c’est surtout une indication que la position de la Chine envers le Vietnam s’adoucit. La Chine veut le Vietnam à bord.

Une fois que COVID-19 aura disparu, les anciens et les nouveaux défis persisteront. Sans fin de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, les économies du monde entier continueront probablement de diversifier leurs chaînes d’approvisionnement de la Chine vers les pays du Mékong, qui sont poussés à accroître la concurrence avec la Chine. La suprématie de la Chine et son accès à la mer de Chine méridionale continueront d’être entravés par les accords de courtage entre les États-Unis et le Japon avec les pays de la région du Mékong.

Heidi Dahles est professeure auxiliaire à la Griffith Business School, Griffith University, Australie, et professeur invité à l’Institut cambodgien de ressources pour le développement, Phnom Penh.

Cet article fait partie d’un Série spéciale EAF sur la nouvelle crise des coronavirus et son impact.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire