East Asia Forum

Auteurs: Vu Minh Khuong, NUS et Kris Hartley, EdUHK

L’accord de libre-échange UE-Vietnam (EVFTA) a été approuvé par le Parlement européen en février 2020 et devrait être approuvé par l’Assemblée nationale du Vietnam lors de sa réunion à la mi-2020. Bien que l’épidémie de COVID-19 puisse retarder la réunion, l’approbation de l’accord est une priorité absolue.

L’accord marque une étape importante pour le Vietnam, car il donne aux entreprises nationales l’élan nécessaire pour développer leurs capacités d’exportation et au gouvernement vietnamien de poursuivre la réforme institutionnelle. L’EVFTA reflète également une institutionnalisation plus approfondie des opportunités d’exportation à une époque où le commerce mondial est limité par la crise COVID-19.

EVFTA fournit une plate-forme au Vietnam pour continuer à aider les entreprises nationales à pénétrer le marché de l’UE. L’accord aligne les entreprises vietnamiennes sur les normes européennes en matière d’approvisionnement et de production, ce qui pourrait potentiellement améliorer la qualité et la fiabilité des produits alors que le Vietnam cherche à renforcer son image de marque mondiale. Le respect des normes aidera les produits vietnamiens à rivaliser sur un pied d’égalité sur les marchés de l’UE.

Sur la base de calculs utilisant des données de l’Organisation mondiale du commerce, les exportations annuelles du Vietnam vers l’UE ont décuplé au cours de la dernière décennie, passant d’environ 4 milliards de dollars US en 2005 à plus de 41 milliards de dollars US en 2018. La part du Vietnam dans les exportations annuelles de l’ANASE vers l’UE est passée de 5% en 2005 à 26% en 2018. En 2018, le Vietnam est devenu le premier exportateur de l’ANASE vers l’UE. Cela s’est traduit par une croissance rapide de l’excédent commercial de l’UE au Vietnam (de 1,87 milliard de dollars américains en 2005 à plus de 28 milliards de dollars américains en 2018).

Le volume des exportations et des excédents commerciaux de l’UE au Vietnam souligne le rôle stratégique de l’EVFTA dans l’expansion des marchés d’exportation du Vietnam et la facilitation de la restructuration industrielle en obligeant les entreprises à diversifier les portefeuilles de produits et à gravir la chaîne de valeur.

À l’heure actuelle, le Vietnam doit adopter deux priorités clés: approfondir l’intégration avec le marché de l’UE et faire de l’EVTFA un moteur de la réforme intérieure.

Pour réaliser le plein potentiel de l’EVFTA, le Vietnam doit aider les entreprises nationales à renforcer leur part de marché de l’UE en obtenant un aperçu des marchés et des normes commerciales de l’UE, en améliorant la qualité et la fiabilité des produits et en adoptant une culture de l’innovation.

Ces efforts devraient être adaptés aux groupes de produits qui font avancer le programme de développement national. Les groupes de produits prioritaires doivent être déterminés en fonction de la proportion des exportations nationales totales du groupe de produits vers l’UE, du taux de croissance des exportations du groupe de produits vers l’UE au cours des trois années précédentes, de la proportion des exportations totales de l’ANASE du groupe de produits pour l’UE, le potentiel du groupe de produits à augmenter la valeur ajoutée et la productivité du travail et le rôle que le groupe de produits peut jouer dans le développement à plus long terme des relations commerciales UE-Vietnam.

Ces lignes directrices indiquent plusieurs groupes de produits stratégiques que le Vietnam devrait cibler dans ses efforts pour approfondir le commerce avec l’UE. Il s’agit notamment de machines électriques et de produits électroniques, de jouets et d’articles de sport, de poisson et de fruits de mer non transformés, de chaussures, de matériel aéronautique et de matériel optique et médical.

Les machines électriques et les produits électroniques se distinguent, avec des performances solides sur tous les critères: 17,8 milliards de dollars US en valeur d’exportation vers l’UE, une part de 42,5% des exportations totales du Vietnam vers l’UE, une croissance de 15,2% de 2015 à 2018 et une part de 38,2%. des exportations de l’UE vers l’ANASE.

Mais d’autres groupes de produits ne sont forts que sur certains critères. Par exemple, les chaussures sont le deuxième groupe de produits en valeur d’exportation de l’UE (4,86 milliards de dollars) et détiennent une part dominante dans les exportations de l’ANASE (64,5%), mais sa croissance au cours des trois dernières années a été inférieure à 5%.

Ces caractéristiques sont partagées par les produits agricoles bruts et la plupart des groupes de produits à forte intensité de main-d’œuvre. Les exemples incluent les vêtements non tricotés, le café, le thé, les épices et les poissons et fruits de mer non transformés. Les politiques devraient viser à aider les entreprises de ces groupes de produits à investir dans la technologie pour accroître la valeur ajoutée, réformer les modèles de croissance des entreprises et améliorer les canaux de distribution. L’expansion du volume des exportations ne devrait pas être un objectif principal.

D’autres groupes de produits connaissent des exportations modestes mais connaissent une croissance rapide et devraient jouer un rôle de plus en plus important dans l’intégration du Vietnam dans la chaîne d’approvisionnement mondiale de produits à haute valeur ajoutée. Les exemples sont les équipements optiques et médicaux et les équipements aéronautiques. Ces groupes de produits devraient être la cible d’un soutien politique à l’investissement et de l’adoption de normes et de pratiques internationales.

L’EVFTA offre des possibilités de transfert de politiques et d’apprentissage qui peuvent conduire à une réforme nationale. L’UE, en tant qu’institution et structure de gouvernance, a ouvert la voie à des membres moins développés pour mettre à niveau les plateformes de développement et satisfaire aux normes rigoureuses d’adhésion. L’Irlande, l’Estonie et la Pologne ont utilisé les impératifs de l’adhésion pour accélérer la gouvernance et les réformes économiques.

Le Vietnam devrait considérer l’EVFTA comme un mandat pour améliorer les conditions de développement. La première étape consiste à déterminer dans quelle mesure le Vietnam satisfait aux normes de l’UE sur les principales mesures de développement comme la sécurité des produits, la protection de l’environnement, la transparence, l’efficacité des politiques et la gestion de l’économie numérique. Les résultats fourniront une feuille de route stratégique pour aider le Vietnam à rattraper les normes de l’UE au cours des prochaines décennies. C’est un moyen pratique et réalisable de faciliter la transition du Vietnam vers son plein développement d’ici 2045, lorsque le pays célébrera 100 ans d’indépendance.

La capacité d’un pays à faire avancer son programme de développement ne réside pas seulement dans la volonté de saisir efficacement les opportunités du marché mondial, mais aussi dans la capacité d’utiliser le produit de ces opportunités pour la modernisation industrielle et la transformation institutionnelle. L’EVFTA est une opportunité pour le Vietnam de faire une empreinte historique en établissant son statut de leader économique et de développement au sein de la vague montante des pays de l’ANASE.

Vu Minh Khuong est professeur agrégé à la Lee Kuan Yew School of Public Policy de l’Université nationale de Singapour.

Kris Hartley est professeur adjoint à l’Université de l’éducation de Hong Kong.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire