East Asia Forum

Auteur: Vo Xuan Vinh et Chu Duc Manh, Université d’économie de Ho Chi Minh-Ville

Les entreprises publiques étaient considérées comme un contributeur dominant au développement de l’économie vietnamienne. Mais parce que le secteur public est inefficace et que le Vietnam s’intègre de plus en plus au niveau international, le secteur privé se développe. Plus de 100 000 nouvelles entreprises privées se sont enregistrées en vertu de la nouvelle loi sur les entreprises, promulguée en 2000, comme la première tentative du gouvernement pour stimuler le développement du secteur privé.

Lors du 12e Comité central du Parti en 2016, le secteur privé a été officiellement confirmé comme un important propulseur de l’économie de marché orientée socialiste du Vietnam. Selon le Livre blanc sur les entreprises vietnamiennes 2019, le Vietnam comptait 714755 entreprises actives au 31 décembre 2018, dont plus de 99% étaient des entreprises privées nationales ou étrangères.

Le développement du secteur privé a deux effets clés sur le gouvernement vietnamien.

D’une part, le développement du secteur privé exerce une forte pression sur le gouvernement vietnamien pour qu’il soit plus transparent et efficace. Un déficit budgétaire persistant a contraint le gouvernement à encourager une plus grande participation du secteur privé à la fourniture de services publics et à l’investissement dans les infrastructures. En conséquence, les documents d’appel d’offres publics et les informations de planification – qui étaient auparavant confidentiels – sont désormais plus accessibles. De puissantes associations d’entreprises privées étrangères – comme EuroCham et AmCham – font également pression sur le gouvernement pour accélérer les réformes institutionnelles et améliorer l’environnement des affaires.

En raison de ces changements, le score du Vietnam dans l’indice de facilité de faire des affaires de la Banque mondiale est passé de 62,6 en 2016 à 69,8 (sur 100) en 2020.

Grâce au développement du secteur privé, les finances publiques du Vietnam deviennent plus saines et plus durables. Mais les recettes du budget de l’État provenant des droits d’importation-exportation – qui représentaient 14,21% des recettes en 2018 – devraient diminuer à l’avenir, alors que le Vietnam signe plusieurs nouveaux accords de libre-échange avec des partenaires commerciaux clés. Dans ce contexte, la contribution du secteur privé au budget de l’État devrait augmenter.

En 2018, la contribution du secteur privé (hors investissements directs étrangers) aux recettes budgétaires était officiellement supérieure à celle des entreprises privées d’État ou à capitaux étrangers, à 14,72% (contre 10,74% pour les entreprises publiques et 13,08%). pour les entreprises privées à capitaux étrangers).

La croissance du secteur privé a également été un contributeur clé au développement de l’économie du Vietnam de manière plus générale. En 2018, le secteur privé représentait 42,1% du PIB, contre 41,74% en 2017. Selon l’Office général des statistiques du Vietnam, le secteur privé emploie 83,3% de la main-d’œuvre. Mais le secteur privé formel, qui se compose de sociétés privées enregistrées titulaires de licences commerciales officielles, ne contribue que pour 10% au PIB – beaucoup moins que le secteur public. Le secteur privé (informel) des ménages est également beaucoup plus important.

Le développement du secteur privé a ses problèmes. Le marché est dominé par quelques grands groupes privés – Vingroup, Hoang Anh Gia Lai (HAGL), FLC Group – et le reste du secteur privé est composé de petites et moyennes entreprises. Plusieurs experts mettent en garde contre le recours excessif au levier financier (emprunts trop importants). Par exemple, HAGL Group souffre d’un lourd fardeau de la dette alors que ses activités principales ne fonctionnent pas bien. Si un grand groupe d’entreprises fait faillite, cela aura des effets négatifs sur le système bancaire vietnamien. Une attitude «trop grande pour échouer» devient évidente dans beaucoup de ces grands groupes vietnamiens du secteur privé.

La prévalence des petites et moyennes entreprises a également entraîné une faible productivité du travail en raison d’un manque d’incitations à investir dans les technologies de pointe. En 2018, la productivité du travail mesurée en tant que production par personne occupée par an dans le secteur domestique était inférieure à celle de tout autre secteur de l’économie, à 228,4 millions de dongs (9813 $ US), contre 678,1 millions de dongs (29136 $ US) pour l’État. et 330,8 millions de dongs (14 213 $ US) pour le secteur étranger.

En outre, il n’y a pas de liens étroits entre les entreprises privées à capitaux étrangers et les autres secteurs de l’économie. La plupart des entreprises étrangères investissant au Vietnam utilisent des intrants de fournisseurs internationaux et exportent leurs produits à l’étranger. La participation des entreprises nationales à ces chaînes de valeur a été minuscule. La valeur ajoutée nationale pour l’électronique, par exemple, se situe dans les chiffres simples les plus bas.

Si les salaires continuent d’augmenter plus rapidement que la croissance de la productivité au cours de la prochaine décennie, le Vietnam sera confronté à un déplacement des entreprises étrangères du Vietnam vers d’autres pays au détriment de millions de travailleurs domestiques qui travaillent dans le processus de production.

Le Vietnam est coincé dans un dilemme. Au début des années 2000, la politique industrielle du Vietnam n’a pas réussi à transformer les entreprises publiques en grands conglomérats internationaux. Compte tenu de l’incertitude entourant l’efficacité de certaines des plus grandes entreprises privées, il n’est pas facile pour le Vietnam de choisir un secteur comme priorité de développement.

Pour atteindre son objectif d’échapper au piège du revenu intermédiaire et de bâtir une nation prospère d’ici 2045, le Vietnam devrait passer d’une approche de «sélection des gagnants» à une approche qui favorise un environnement commercial équitable et compétitif, de sorte qu’un «terrain de jeu égal» puisse être établi pour que tous les secteurs soient compétitifs.

Vo Xuan Vinh est professeur de finance et doyen de l’Institut de recherche commerciale de l’Université d’économie de Ho Chi Minh-Ville.

Chu Duc Manh est chercheur associé à l’Institut de recherche commerciale de l’Université d’économie de Ho Chi Minh-Ville.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire