East Asia Forum

Auteur: Duy Dinh, IHEID

Le 14 janvier 2008, deux travailleuses des postes ont été retrouvées assassinées dans un petit bureau de poste où elles résidaient également dans la province vietnamienne de Long An. Ho Duy Hai a été arrêté deux mois plus tard par la police et il aurait été reconnu avoir commis le crime. Il a inexplicablement refusé les avocats engagés par sa famille et n’a accepté que l’avocat désigné par l’agence d’enquête. Personne n’a été autorisé à lui rendre visite avant le jour du procès.

Aucun témoin n’a pu confirmer la présence de Hai sur les lieux du crime, l’heure du décès n’a pas été établie et il n’y avait pas d’empreintes digitales correspondantes. Plus suspect, des preuves matérielles importantes ont été déraisonnablement détruites par les enquêteurs – ni le Tribunal de première instance ni la Cour d’appel n’ont mis en doute ce fait. Les deux tribunaux ont reconnu Hai coupable et n’ont pas tenu compte de sa réclamation intermittente d’innocence. Le principal fondement de la condamnation était les aveux et le témoignage de Hai. Les tribunaux ont convenu avec les enquêteurs que si Hai n’avait pas été le meurtrier, il n’aurait pas pu savoir qu’il y avait un couteau caché sur la scène du crime.

La mère de Hai a depuis entamé une croisade pour demander justice à son fils. En 2011, la Cour populaire suprême (CPS) et le Parquet populaire suprême (SPP) du Vietnam ont rejeté une demande de révision des jugements. Le président a également rejeté la demande de clémence de Hai. Mais cela n’a pas privé la mère de Hai d’espoir.

En décembre 2014, l’exécution de Hai a été reportée, initialement d’une journée. Depuis lors, plusieurs efforts ont été déployés pour faire réviser les jugements. La Commission des affaires judiciaires (CJA) de l’Assemblée nationale a conclu en 2015 que les arguments avancés pour condamner Hai étaient mal et arbitrairement construits. Le CJA a également constaté de graves violations de la procédure pénale par les institutions judiciaires dans le cadre de l’affaire.

Le SPP a depuis envoyé une pétition au SPC demandant un procès en cassation. Le procès s’est ouvert à Hanoi du 5 au 8 mai 2020. Le tribunal de cassation a rejeté la requête au motif qu’elle était illégale. De l’avis du panel, le rejet par le Président du plaidoyer de miséricorde de Hai a empêché la poursuite des procédures judiciaires. Le panel a également conclu que Hai avait avoué le crime sans contrainte et que lui-même était suffisant pour confirmer sa culpabilité, confirmant les jugements des juridictions inférieures.

Malgré un certain nombre de violations de procédure, comme indiqué dans la pétition du SPP, le tribunal a affirmé que les violations de procédure ne changeraient pas l’issue de l’affaire.

Cette décision a suscité l’indignation du public. Les gens ont exprimé leur déception sur les médias sociaux et ont soulevé des questions sur le panel couvrant les actes répréhensibles des tribunaux inférieurs. Des centaines d’articles et de publications sur Facebook rédigés par des avocats et des juristes affirment que le panel n’a pas clarifié les doutes sur l’affaire. Sa négligence à reconnaître et à ignorer les violations importantes de la procédure pénale peut créer un dangereux précédent juridique.

Plusieurs membres de l’Assemblée nationale reprochent à la Cour d’avoir violé le Code pénal en déclarant la requête du SPP illégale et en ignorant le principe fondamental de la «présomption d’innocence». Le SPP réserve son avis et a déclaré qu’il prendrait de nouvelles mesures. Des journalistes indépendants ont depuis constaté encore plus de violations par les institutions judiciaires provinciales.

Il existe rarement une telle divergence entre les institutions judiciaires au Vietnam. Pour être optimiste, c’est un signe de démocratie au sein du Parti communiste du Vietnam (CPV). Mais cela peut aussi suggérer une lutte politique avant le Congrès national du CPV prévu au début de l’année prochaine. Dans ce concours, il apparaît que le CPS et la police se tiennent d’un côté contre le SPP et le CJA de l’autre.

La vie de Ho Duy Hai est désormais entre les mains du Parlement. Il est singulier que le Code de procédure pénale du Vietnam autorise la Commission permanente de l’Assemblée nationale à demander au tribunal de cassation de revoir sa décision.

Mais l’histoire ne concerne plus seulement la vie de Hai. La réponse à cette affaire décidera du cheminement de carrière d’éminents politiciens. Le juge en chef est membre du comité central du CPV et peut s’attendre à devenir vice-premier ministre comme son prédécesseur. Perdre sa réputation à ce stade sera fatal à sa vie politique. Mais il ne s’attendait pas à une telle réaction du public. Les gens ont même souligné le conflit d’intérêts clair et la partialité inhérente à la présidence du procès en cassation du même cas qu’il a refusé d’examiner lorsqu’il était à la tête du SPP.

La voie à suivre pour Hai n’est pas claire, bien qu’il ne puisse pas être exécuté dans un proche avenir. Ces dernières années, il y a eu des cas au Vietnam où des accusés précédemment condamnés à mort ou à perpétuité se sont avérés innocents. Dans ces cas, leurs prétendus aveux ont été obtenus sous la torture et sous la contrainte. Puisqu’admettre ses erreurs serait trop coûteux politiquement pour le pouvoir judiciaire – et que l’État est incité à protéger sa réputation – le sort de Hai reste incertain.

La voie à suivre pour le système judiciaire du Vietnam n’est pas plus claire. Les militants ont toujours appelé à une plus grande séparation des pouvoirs, accordant aux tribunaux plus d’indépendance et d’autorité. Mais les développements récents ont fait comprendre aux gens que plus de pouvoir pour les tribunaux dans le système politique du Vietnam peut également s’avérer risqué. Il semble que les gens préfèrent toujours que les tribunaux soient supervisés par l’Assemblée nationale. Tel est le dilemme pour le développement de l’autonomie judiciaire au Vietnam.

Duy Dinh est chercheur invité à l’Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID), Genève.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire