East Asia Forum

Auteur: Ha Hai Hoang, Université nationale d’éducation de Hanoi

En février, le Parlement européen a adopté l’accord de libre-échange UE-Vietnam (EVFTA). Il s’agit de l’accord commercial le plus complet et le plus ambitieux de l’UE avec un pays en développement. N’ayant pas réussi à négocier un accord commercial UE-ASEAN, l’Union européenne et le Viêt Nam se sont tournés vers de vastes négociations bilatérales pour conclure leur propre accord commercial. Une fois ratifié par l’Assemblée nationale du Vietnam en mai, l’EVFTA ouvrira d’énormes possibilités aux entreprises et aux consommateurs.

L’EVFTA sera la prochaine grande étape du Vietnam dans l’intégration économique internationale depuis son adhésion à l’Organisation mondiale du commerce. Il servira de catalyseur aux réformes institutionnelles, à la croissance économique et au développement social. L’accord stimulera les exportations vietnamiennes et aidera le pays à diversifier ses marchés internationaux. L’Union européenne supprimera 86% des droits de douane actuellement perçus sur les produits vietnamiens. Cela équivaut à 70% des revenus du Vietnam provenant de ses exportations vers l’Union européenne. Il s’agit du plus grand engagement pris par un partenaire commercial avec le Vietnam de réduire les restrictions commerciales. La baisse des tarifs sur les produits vietnamiens à destination de l’UE donnera au Vietnam un avantage sur les concurrents de l’ANASE et la Chine.

Le ministère vietnamien de la Planification et de l’Investissement (MPI) estime que d’ici 2030 l’EVFTA augmentera les exportations vietnamiennes vers l’Union européenne de 44%. Il prévoit également une augmentation de la croissance économique du pays de 7 à 8% au cours de la période 2029-2033. L’EVFTA devrait donner au Vietnam l’accès à d’importants avantages commerciaux, en particulier le statut d’économie de marché. Cette reconnaissance permettra un règlement transparent des différends et un traitement non discriminatoire dans le cadre de l’accord. Grâce à l’EVFTA, le Vietnam fera progresser la production durable et de haute qualité dans son économie pour répondre à la fois à la consommation intérieure et aux demandes d’exportation.

Les entreprises européennes développent 11,8% des projets liés aux investissements directs étrangers (IDE) et contribuent à hauteur de 15,6% aux IDE totaux au Vietnam. L’EVFTA permettra une plus grande pénétration du marché de l’UE, où il a pris du retard sur d’autres grandes puissances commerciales telles que les États-Unis, le Japon et la Chine. Le Vietnam supprimera pratiquement tous les droits de douane sur les principaux produits d’exportation de l’UE vers le Vietnam et les investisseurs européens pourront désormais soumissionner pour des marchés publics liés à de grands projets d’investissement dans des secteurs stratégiques.

L’accord protège également 169 produits européens emblématiques et devrait contribuer à accroître les exportations de l’UE vers le Vietnam de 8,3 milliards d’euros (9,14 milliards de dollars américains), créant annuellement 14 000 nouveaux emplois européens. La confiance des entreprises dans le nouvel accord commercial est également forte. La Chambre de commerce européenne du Vietnam a indiqué que 85% de ses membres s’attendent à ce que l’EVFTA ait un impact « significatif » ou « modéré » sur leurs plans d’affaires et d’investissement à long terme.

Les exigences, les engagements et les défis que l’EVFTA impose au Vietnam sont clairs. Les négociations se sont prolongées en raison des controverses sur les questions sociales et des pressions exercées sur le Vietnam pour libéraliser les barrières non tarifaires. Cela comprenait des préoccupations concernant les règles d’origine, ainsi que les réglementations techniques et sanitaires. Mais contrairement aux accords commerciaux de l’UE avec les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, l’EVFTA ne contient pas de protection de l’industrie naissante et exige des «mesures de sauvegarde bilatérales réciproques standard pour protéger les producteurs nationaux». La querelle du Vietnam avec l’Union européenne au sujet des mesures antidumping a accru la sensibilité de cette question.

L’EVFTA prévoit également une large libéralisation des marchés publics. Il lie le Vietnam aux protocoles gouvernementaux les plus ambitieux à ce jour concernant les entreprises publiques (entreprises publiques). Ces réglementations vont plus loin que tous les accords commerciaux antérieurs dont le Vietnam est signataire. Elle nécessite des marchés publics ouverts pour les entreprises publiques et met en place les conditions nécessaires pour accroître la compétitivité des entreprises publiques. L’accord comprend également des règles sur la transparence et des consultations concernant les subventions intérieures. Ces engagements sont particulièrement remarquables compte tenu de la perception du gouvernement vietnamien des «coûts de souveraineté» élevés associés à la limitation de son autonomie réglementaire dans ces secteurs.

Le développement durable est également souligné dans l’accord. Cela implique de se concentrer sur les normes du travail, l’égalité des sexes et les accords environnementaux. Ces règles ont été incluses malgré les différences politiques, socio-économiques et culturelles qui ont provoqué l’échec des négociations pour l’accord de libre-échange UE-ANASE. Dans l’EVFTA, Hanoi a accepté de ratifier les autres conventions de l’Organisation internationale du Travail sur les droits d’association et de négociation collective d’ici 2023.

L’article 14 de l’accord sur le commerce et le développement durable comprend des procédures détaillées, des conditions strictes et des calendriers concernant les consultations avec la société civile. La mise en place institutionnelle et les mécanismes de contrôle de l’EVFTA exigent également qu’un comité spécialisé sur le commerce et le développement durable se réunisse régulièrement pour superviser la mise en œuvre de l’accord. Cela renforcera les organisations de la société civile (OSC) et leur rôle dans l’amélioration des impacts sociaux du commerce bilatéral UE-Vietnam. Elle améliorera également les conditions de travail des travailleurs industriels vietnamiens et augmentera la position socio-économique des OSC au Vietnam.

Non seulement l’EVFTA renforcera le leadership de l’UE dans l’élaboration des règles mondiales, mais il servira de modèle pour les négociations commerciales de l’UE avec d’autres États membres de l’ANASE. En retour, le Vietnam aura accès au grand marché de l’UE, lui permettant de poursuivre la réforme économique et la croissance à long terme. Pour le Vietnam, l’accord sert également de contrepoids à la puissance économique croissante de la Chine et rapproche le Vietnam de l’intégration économique internationale. L’EVFTA offre au Vietnam une opportunité de diversification économique et un engagement plus approfondi avec un autre partenaire étranger clé tout en réduisant sa dépendance à l’égard des marchés chinois et des IDE.

Ha Hai Hoang est professeur agrégé à l’Université nationale d’éducation de Hanoi.

Toutes les opinions exprimées sont celles de l’auteur et ne représentent les vues d’aucune institution ou affiliation.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire