East Asia Forum

Auteur: Thang Nam Do, ANU

Le Vietnam doit relever les défis environnementaux pour tirer pleinement parti de ses nouveaux accords de libre-échange et d’investissement avec l’Union européenne. Le 8 juin, l’Assemblée nationale du Vietnam a ratifié l’accord de libre-échange UE-Vietnam et l’accord sur la protection des investissements, après l’approbation du Parlement européen en février. La ratification de l’accord ouvre la voie au Vietnam pour accroître ses exportations vers le marché potentiellement lucratif de l’UE et attirer davantage d’investissements du bloc économique.

Il devrait augmenter le PIB et les exportations du Vietnam de 2,4 et 12% respectivement d’ici 2030. Il s’agit de l’un des accords commerciaux les plus complets entre l’Union européenne et un pays en développement. Il supprimera 99% des droits de douane sur les marchandises échangées entre le Vietnam et l’Union européenne. Cela implique également des engagements forts, juridiquement contraignants et exécutoires en matière de développement durable.

Le Vietnam est le deuxième partenaire commercial de l’Union européenne dans l’ANASE après Singapour, avec un commerce de biens et de services d’une valeur de 54,4 milliards d’euros (61,1 milliards de dollars) par an. Les principales exportations du Vietnam sont les textiles et les vêtements, les produits électroniques, le riz, le café, les fruits de mer et les meubles. Elle importe des avions, des véhicules à moteur et des produits pharmaceutiques de l’Union européenne. L’Union européenne est l’un des plus grands investisseurs étrangers au Vietnam, avec des investissements directs étrangers totalisant 6,1 milliards d’euros (6,9 milliards de dollars américains) en 2017, principalement dans les secteurs de la transformation industrielle et de la fabrication.

Outre le libre-échange et les questions liées au travail, l’accord engage l’Union européenne et le Vietnam à mettre en œuvre l’accord de Paris sur le changement climatique et à respecter d’autres accords internationaux sur l’environnement. Depuis le début des négociations en 2012, le Vietnam a parcouru un long chemin pour répondre aux exigences de l’Accord. Mais d’importants défis environnementaux demeurent.

Avec des engagements allant d’une réduction de 8 à 25% des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 par rapport au statu quo sans et avec l’aide internationale respectivement, les efforts du Vietnam sont jugés insuffisants par certaines organisations européennes de défense du climat. La trajectoire actuelle du Vietnam consistant à augmenter la part du charbon et du gaz jusqu’à 57% dans le mix électrique d’ici 2030 semble en contradiction avec son engagement de réduction des gaz à effet de serre dans le cadre des nouveaux accords de l’UE. Le Vietnam peut faire face au risque que l’Union européenne impose des ajustements aux frontières du carbone – une taxe prélevée sur les importations en provenance de pays sans mécanismes de tarification du carbone.

La pollution de l’eau au Vietnam peut également susciter des inquiétudes quant à la qualité de ses produits agricoles exportés parmi les consommateurs de l’UE qui accordent une attention particulière à la qualité des conditions d’approvisionnement alimentaire. En outre, si elle n’est pas correctement traitée, la pêche illégale, non déclarée et non réglementée du Vietnam prolongera l’imposition actuelle du « carton jaune » de l’UE qui entrave les exportations de produits de la pêche.

Les normes environnementales élevées de l’UE obligent les entreprises vietnamiennes à faire d’énormes efforts pour améliorer les performances environnementales. Les exigences de l’Accord en matière de conservation et d’utilisation durable de la diversité biologique, de conservation et de gestion durable des ressources forestières, de mesures sanitaires et phytosanitaires et d’obstacles non tarifaires au commerce et aux investissements dans la production d’énergie renouvelable impliquent d’importantes réformes de renforcement des capacités et de réglementation. Les institutions environnementales incomplètes du Vietnam présentent également des défis pour la protection de l’environnement dans le cadre des activités industrielles croissantes associées aux investissements étrangers.

Le Vietnam pourrait surmonter ces défis avec une politique saine et opportune. Fixer des objectifs de contribution plus ambitieux déterminés au niveau national, puis imposer une taxe sur le carbone aux combustibles fossiles et établir un système d’échange de droits d’émission pour les grands émetteurs, tels que les fabricants de ciment et d’acier, renforceraient son engagement envers l’Accord de Paris. L’augmentation de la part des énergies renouvelables telles que l’énergie éolienne et solaire dans le bouquet électrique du huitième plan directeur national de développement de l’énergie du Vietnam contribuerait également à faciliter la réalisation des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Il existe des possibilités de renforcer la capacité institutionnelle environnementale en révisant la loi sur la protection de l’environnement. L’amélioration et l’application des normes de conformité environnementale pourraient réduire la pollution de l’eau, éliminer la contamination par les polluants des produits agricoles et améliorer la qualité des produits. Le renforcement de la réglementation sur le commerce et la consommation illégaux d’espèces sauvages et la facilitation de la promotion du commerce des produits forestiers issus de forêts gérées durablement démontreraient l’engagement du Vietnam envers l’accord. Cela contribuerait à développer la confiance dans les chaînes de production et d’approvisionnement vietnamiennes parmi les consommateurs et les investisseurs de l’UE.

L’éducation et la formation en matière d’environnement, en particulier pour les petites et moyennes entreprises, renforceraient la capacité des entreprises et de l’industrie à répondre aux exigences environnementales de l’UE. La sensibilisation des pêcheurs, l’aide à la diversification économique de leurs moyens de subsistance et l’application de technologies de surveillance avancées pourraient aider à réduire la pêche illégale, non déclarée et non réglementée. En tant que président de l’ANASE en 2020, le Vietnam pourrait promouvoir la coopération avec d’autres pays de l’ANASE pour résoudre ce problème commun.

Ces mesures permettraient au Vietnam de récolter les bénéfices potentiels de ses nouveaux accords de commerce et d’investissement avec l’Union européenne, notamment pour revitaliser son économie dans la période post-COVID-19. Cela confirmerait également l’engagement du gouvernement à répondre à la demande croissante du public pour une meilleure qualité et des normes environnementales. La déclaration du Premier ministre vietnamien Nguyen Xuan Phuc selon laquelle «le développement économique doit aller de pair avec la protection de l’environnement et le développement social pour assurer une croissance et une prospérité durables» est un guide utile pour les décideurs.

Thang Nam Do est chercheur associé au programme Zero-Carbon Energy for the Asia-Pacific Grand Challenge Program de l’ANU Energy Change Institute et de la Crawford School of Public Policy de l’Australian National University.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire