East Asia Forum

Auteur: Hsien-Li Tan, NUS

Lorsque des cas de COVID-19 sont apparus pour la première fois dans la région de l’ANASE au début de 2020, on craignait que les systèmes de santé publique soient dépassés. Les réponses dans la région ont varié. Après une action décisive – et des faux pas – au cours des premiers mois, le Vietnam, la Thaïlande, le Brunei, la Malaisie et Singapour assouplissent désormais prudemment les restrictions tout en s’efforçant d’éviter une deuxième vague. L’Indonésie et les Philippines continuent de connaître des taux d’infection et de mortalité nettement plus élevés, ce qui conduit à de vives critiques contre les administrations de Jokowi et Duterte.

Relativement peu de données ont été obtenues du Cambodge, du Laos et du Myanmar. Mais si les réponses nationales divergentes ont fait l’objet d’une grande part, l’action collective de l’ASEAN en réponse à la pandémie a été sous-estimée.

L’expérience de l’ANASE avec des pandémies antérieures telles que le SRAS et les grippes aviaires et porcines a conduit les États membres et leurs citoyens à prendre le COVID-19 au sérieux. La Division de la santé du Secrétariat de l’ASEAN a alerté les hauts responsables de la santé de l’ASEAN sur le nouveau coronavirus le 3 janvier 2020, quatre jours après la notification de la Chine à l’Organisation mondiale de la santé.

À la mi-février, les organes ministériels de la santé, des affaires étrangères et du tourisme de l’ANASE avaient intensifié leur coopération multisectorielle, en particulier par le biais de la plateforme ASEAN + 3 (ASEAN, Chine, Japon et Corée du Sud). L’ASEAN a également activé des protocoles de préparation à une pandémie (précédemment formés avec le soutien des partenaires du dialogue de l’ASEAN) pour les voyages, le tourisme et les frontières, le partage d’informations et de bonnes pratiques, et le renforcement des capacités d’intervention.

Alors que les frontières nationales se fermaient, les lignes directrices de l’ANASE sur la fourniture d’une assistance d’urgence ont permis une assistance mutuelle lors du rapatriement des citoyens dans leur pays d’origine.

D’autres agences de santé publique et d’intervention d’urgence de l’ANASE ont également réagi rapidement. Le projet de l’ANASE sur la préparation et la réponse aux pandémies, soutenu par les États-Unis, garantit que chaque membre dispose d’un protocole de réponse à une pandémie de référence calibré individuellement. Et le réseau des centres des opérations d’urgence de l’ASEAN, soutenu par le Canada, continue de fournir des mises à jour de la situation tandis que le Centre virtuel régional de la bio-diaspora de l’ASEAN publie des analyses de la propagation de la maladie. Ces données sont vitales pour les politiques de gouvernance des États de l’ANASE en matière de contrôle des mouvements et d’activités économiques.

L’accent mis sur le partage des informations et des meilleures pratiques à chaque réunion de l’ASEAN COVID-19 produit des échanges précieux et permet aux agences nationales de lutter contre l’importation et la désinformation de virus et de sélectionner des protocoles de traitement appropriés.

Pourtant, les membres de l’ASEAN reconnaissent les limites des politiques et des ressources. Beaucoup plus doit être fait pour contrer COVID-19. Le Sommet spécial sur le COVID-19 à la mi-avril a vu les dirigeants de l’ASEAN proposer de réaffecter les fonds disponibles pour lutter contre la pandémie et établir un fonds de réponse COVID-19 ASEAN, discuter des protocoles de gestion des vaccins potentiels et instituer un protocole d’opérations normalisé pour les épidémies. Ces thèmes ont été réitérés lors du sommet spécial ASEAN + 3 sur COVID-19. Les partenaires du dialogue – en particulier la Chine, les États-Unis et l’Union européenne – ont également été encouragés à continuer de soutenir l’ANASE.

La dépendance de l’ASEAN au commerce extérieur et aux investissements étrangers signifie que ses membres sont conscients de leurs vulnérabilités au milieu des perturbations socio-économiques actuelles résultant du COVID-19 et de la polarité entre les États-Unis et la Chine. L’ASEAN a présenté une situation régionale socio-politique et économique comparativement stable au cours des premiers mois de la pandémie. Au-delà du hoquet de la restriction du riz, les ministères de l’agriculture et du commerce de l’ASEAN ont assuré des approvisionnements alimentaires adéquats grâce au système d’information sur la sécurité alimentaire de l’ASEAN et à la réserve d’urgence de riz de l’ASEAN + 3. Des membres individuels ont également fourni une aide nationale aux entreprises et aux travailleurs.

Pourtant, les États membres travaillent d’arrache-pied pour surmonter les graves défis à venir. La réunion des ministres de l’économie sur le COVID-19 a souligné la nécessité de réduire les barrières non tarifaires et d’accélérer l’utilisation du guichet unique de l’ASEAN pour sécuriser les chaînes d’approvisionnement. Conscients que le COVID-19 a révélé des inégalités structurelles, les ministres ont souligné que les micro, petites et moyennes entreprises doivent être activement soutenues dans leur assimilation dans le commerce électronique afin de promouvoir un développement économique global équitable.

Le tourisme étant un moteur économique clé dans les pays de l’ANASE, le secteur a reçu un soutien technique et financier pour faciliter la reprise post-pandémique. Plus récemment, les ministres de l’économie ont adopté le Plan d’action de Hanoi sur le renforcement de la coopération économique de l’ANASE et de la connectivité de la chaîne d’approvisionnement en réponse à la pandémie de COVID-19. Ils cherchent à protéger la libre circulation des biens essentiels – en particulier les fournitures médicales et alimentaires – et à maintenir ouvertes les infrastructures essentielles et les routes commerciales, en se protégeant contre les chocs futurs. Le tourisme, le commerce numérique, le commerce et l’investissement, et la lutte contre les crises économiques ont été réitérés lors du 36e sommet de l’ASEAN en juin.

Le Groupe de travail du Conseil de coordination de l’ASEAN sur les urgences de santé publique est chargé de garantir l’efficacité de ces plans ambitieux. Ses tâches consistent notamment à utiliser le nouveau fonds d’intervention COVID-19 ASEAN, à créer la réserve régionale de l’ANASE de fournitures médicales pour les urgences de santé publique et à formuler les procédures opérationnelles normalisées de l’ANASE pour les urgences de santé publique. Le Vietnam s’est engagé à mener à bien les propositions pour ces deux dernières initiatives en obtenant l’approbation des dirigeants de l’ASEAN.

Bien que ces efforts n’atténuent que partiellement le grave impact du COVID-19, ils montrent que les membres de l’ASEAN intensifient leur coopération en cas de crise. Le Conseil de coordination de l’ANASE, chargé de superviser les efforts régionaux de lutte contre le COVID-19, doit veiller à ce que les programmes et les fonds soient utilisés efficacement et que leur mise en œuvre soit régulière. D’ici le sommet de fin d’année, il devrait y avoir une certaine responsabilité envers les États membres et le public de l’ASEAN dans le partage de données solides – si ce n’est une certaine expérience des effets d’atténuation.

Hsien-Li Tan est professeur adjoint et codirecteur (enseignement) du programme de droit et de politique de l’ASEAN au Centre pour le droit international (CIL) de l’Université nationale de Singapour. Elle est également éditrice du Journal asiatique de droit international.

Cet article fait partie d’un Série spéciale EAF sur la crise du nouveau coronavirus et son impact.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire