Former Japanese prime minister Shinzo Abe, right, and Nguyen Xuan Phuc, left, Prime Minister of Vietnam attend their joint press conference at Abe’s office in Tokyo Monday, 8 October, 2018 (Eugene Hoshiko/Pool via Reuters).

Auteur: Xuan Dung Phan, RSIS

À la suite de la démission brutale de l’ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe le mois dernier, les médias vietnamiens se sont souvenus avec tendresse d’un moment affable lors de sa visite en 2017: Abe et son homologue vietnamien Nguyen Xuan Phuc se sont promenés dans Hoi An, un ancien centre commercial pour les marchands japonais et abritant un petit communauté de commerçants japonais à la fin du XVIe siècle. L’image symbolise l’engagement d’Abe à approfondir son engagement avec le pays d’Asie du Sud-Est. En effet, les relations Vietnam-Japon ont atteint de nouveaux sommets grâce à l’activisme diplomatique d’Abe.

Reconnaissant l’importance du Vietnam dans la politique étrangère du Japon en Asie-Pacifique, Abe a fait des efforts particuliers pour institutionnaliser la coopération bilatérale. Lors de son premier passage de 2006 à 2007, Abe a signé l’accord de partenariat stratégique Japon-Vietnam. À son retour au pouvoir en décembre 2012, Hanoï a été choisi comme première étape de sa tournée 2013 en Asie du Sud-Est. Un an après la visite, en raison de la pression d’Abe pour renforcer les liens de défense et de sécurité, le Premier ministre japonais et alors président vietnamien Truong Tan Sang ont transformé les relations bilatérales en un partenariat stratégique étendu.

La coopération stratégique Vietnam-Japon est encore renforcée dans le cadre de la stratégie phare d’Abe pour une zone indo-pacifique libre et ouverte (FOIP). Cela comporte trois dimensions: promouvoir l’état de droit et la liberté de navigation, contribuer à la paix et à la sécurité par le renforcement des capacités et faire progresser la prospérité économique et la connectivité grâce aux infrastructures.

Tout au long du mandat d’Abe, le Japon a soutenu avec zèle la diplomatie proactive de Hanoï dans les affaires régionales et internationales urgentes. Pour Abe, le Japon et le Vietnam sont «connectés par un océan libre» et les deux devraient collaborer pour soutenir l’ordre régional fondé sur des règles. Au milieu de la position de plus en plus affirmée de la Chine, le Japon a approuvé la position du Vietnam sur la gestion des différends dans la mer de Chine méridionale et a souligné l’importance du respect du droit international.

Tokyo a également démontré sa volonté d’aider Hanoi dans le renforcement des capacités d’application de la loi maritime. À la suite de la crise de Haiyang Shiyou 981 en 2014, le Japon a offert au Vietnam six navires de garde-côtes pour renforcer la capacité du pays d’Asie du Sud-Est à défendre ses eaux. En 2016, Abe a promis six nouveaux navires de patrouille pour la Garde côtière du Vietnam et le Japon a récemment signé un accord de prêt de 345 millions de dollars américains pour tenir sa promesse.

Il est possible de renforcer davantage les liens dans ce domaine, car les ambitions de la Chine dans la mer de Chine méridionale restent une préoccupation sérieuse et partagée. Pour faire avancer l’initiative FOIP d’Abe, le nouveau gouvernement japonais Suga doit continuer d’étendre sa coopération en matière de sécurité navale et maritime avec le Vietnam.

Abe était fermement résolu à fournir une aide publique au développement (APD) au Vietnam, à la fois en paroles et en actes. De 2014 à 2018, le Japon a accordé environ 280 millions de dollars américains en APD pour soutenir le développement des infrastructures, la gestion des ressources humaines et les pratiques environnementales et de gouvernance au Vietnam. Le Japon est actuellement le premier donateur d’APD du Vietnam.

Les investissements directs japonais sont également en hausse, le Vietnam étant une destination prioritaire dans le cadre de l’Initiative japonaise de partenariat pour des infrastructures de qualité. Capitalisant sur les projets financés par le Japon, le Vietnam explore une alternative aux prêts de la Chine, qui ont été reçus avec hésitation.

En tant que partisans d’une connectivité économique régionale améliorée, Hanoï et Tokyo ont travaillé en étroite collaboration sur l’Accord global et progressif de partenariat transpacifique (PTPGP) lors du sommet de l’APEC de 2017. Le leadership d’Abe a joué un rôle essentiel dans la relance de l’accord après le retrait des États-Unis, et beaucoup pensent que le Vietnam est sur le point de devenir le plus grand gagnant du pacte commercial.

Les échanges interpersonnels ont également été encouragés avec beaucoup d’enthousiasme. Lors de son troisième voyage au Vietnam, Abe a visité l’Université du Japon au Vietnam, où il a fait remarquer que l’institution était un pont reliant les deux pays. Lançant sa première année universitaire en 2016, l’université vise à offrir aux étudiants vietnamiens des opportunités de stages et d’emploi dans des entreprises japonaises. Dans une interview, Abe a parlé de l’admiration du peuple japonais pour les Vietnamiens industrieux et chaleureux, qui ont une affinité pour la langue et la culture de son pays.

Le Vietnam est devenu la plus grande source d’immigration qualifiée au Japon – rien qu’en 2018, le Vietnam a envoyé près de 70000 stagiaires. Au début de cette année, les deux pays ont convenu d’augmenter le nombre de travailleurs vietnamiens au Japon.

Mais l’engagement Vietnam-Japon sous Abe n’a pas été sans controverse. Il y a eu des rapports d’employeurs japonais maltraitant des stagiaires techniques du Vietnam et d’autres pays. L’année dernière, trois stagiaires vietnamiens ont poursuivi une entreprise de construction japonaise pour les avoir forcés à effectuer des travaux de décontamination nucléaire dangereux. La puissance douce du Japon au Vietnam sera endommagée si de telles pratiques se poursuivent. Le successeur d’Abe, Yoshihide Suga, et les autres dirigeants doivent s’efforcer de garantir des conditions de travail sûres aux étrangers au Japon.

Alors que le départ soudain d’Abe pourrait causer des perturbations dans le théâtre indo-pacifique plus large, la trajectoire des relations Vietnam-Japon ne devrait pas s’écarter. Une chose est sûre: le Vietnam manquera à Abe, qui a laissé une bonne impression dans l’esprit de ses dirigeants et de son peuple. Pour perpétuer l’héritage d’Abe au Vietnam, le Premier ministre Suga devra maintenir l’élan dans tous les domaines de coopération et forger un rapport personnel étroit avec Hanoï.

Xuan Dung Phan est un étudiant de recherche diplômé à la S Rajaratnam School of International Studies (RSIS), Nanyang Technological University, Singapour.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire