L’accord de ZEE Vietnam-Indonésie confirme l’UNCLOS

Auteur : Bich Tran, Université d’Anvers

Le Vietnam et l’Indonésie ont convenu de délimiter leurs zones économiques exclusives (ZEE) respectives le 22 décembre 2022 après 12 ans de négociations. L’accord laisse espérer le renforcement de l’engagement de la région envers les normes et principes maritimes internationaux contenus dans la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) de 1982.

Les deux pays avaient auparavant des revendications de ZEE de longue date et qui se chevauchaient dans les eaux entourant les îles Natuna dans la mer de Chine méridionale. Après s’être mis d’accord sur la frontière du plateau continental Indonésie-Vietnam en 2003, le Vietnam a voulu utiliser la même frontière pour la délimitation de sa ZEE. Mais l’Indonésie voulait la ligne médiane entre l’île de Natuna et l’île de Con Dao – à environ 178 milles marins de l’île indonésienne de Kalimantan et à moins de 89 kilomètres de la côte vietnamienne respectivement.

Le Vietnam a soutenu que l’utilisation de la ligne médiane île-île était injuste. Les deux parties ont finalement convenu d’utiliser des mesures distinctes pour leur plateau continental et les limites de leur ZEE. Compte tenu de la nature classifiée des négociations bilatérales, on ne sait pas comment ils ont appliqué la méthode de la ligne médiane pour régler leurs différends.

Le moment de la démarcation est symbolique. L’Indonésie et le Vietnam ont accéléré leurs négociations pour faire coïncider la délimitation avec le 40e anniversaire de la CNUDM. Bien que les deux parties aient convenu d’accélérer le processus en 2018, celui-ci a été retardé en raison de la pandémie de COVID-19 et les négociations ont repris en 2021. Les 14e et 15e cycles de négociations ont eu lieu respectivement en juillet et septembre 2022.

Pour l’Indonésie et le Vietnam, le respect de la CNUDM est important car il leur permet d’affirmer leurs droits maritimes internationaux souverains respectifs et de faire respecter leurs intérêts maritimes. Dans son communiqué de presse de 2021, la ministre indonésienne des Affaires étrangères, Retno Marsudi, a clairement indiqué que « l’Indonésie continuera de rejeter les allégations qui ne sont pas fondées sur le droit international ». Le représentant permanent du Vietnam auprès des Nations Unies, l’ambassadeur Dang Hoang Giang, a également souligné l’importance de l’UNCLOS pour le développement à long terme du Vietnam.

En 2016, Hanoï et Jakarta ont gaspillé une rare occasion de faire respecter la CNUDM lorsque le tribunal arbitral dans l’affaire d’arbitrage Philippines-Chine Mer de Chine méridionale a statué que les demandes de la Chine au titre de la soi-disant «ligne en neuf tirets» étaient invalides. La décision du tribunal est définitive et contraignante, mais la Chine a catégoriquement rejeté le résultat comme « nulle et non avenue » et n’ayant « aucune force contraignante » bien qu’elle soit signataire de l’UNCLOS.

Bien que l’Indonésie ait jugé les allégations de la Chine invalides, elle était muette à l’époque sur le statut et les implications du résultat de l’arbitrage. Le Vietnam a simplement reconnu le prix en réitérant son soutien aux « moyens pacifiques, y compris les processus juridiques et diplomatiques ».

La démarcation réussie de la ZEE entre l’Indonésie et le Vietnam aidera les deux pays à lutter contre la pêche illégale, non déclarée et non réglementée (INN). La pêche INN a été un sérieux irritant bilatéral et un problème plus large impliquant des pays tiers, dont la Chine et la Thaïlande. Avant la délimitation de décembre 2022, des interprétations divergentes de l’endroit où leurs ZEE se chevauchaient avaient conduit à des conflits sur les activités de pêche INN. Les garde-côtes indonésiens et vietnamiens étaient déjà convenus d’échanges réguliers et d’un partage rapide d’informations sur l’application de la loi maritime en mer, en particulier pour les activités de pêche INN. Le nouvel accord de ZEE renforcera probablement encore la coopération.

Le règlement de la question de la ZEE présente d’importants avantages économiques et juridiques. Peu de temps après l’accord sur la ZEE, le ministre indonésien de l’Énergie a déclaré que l’Indonésie avait l’intention d’exporter du gaz naturel à partir du bloc offshore Tuna, qui se trouve dans la ZEE indonésienne mais est proche de la frontière de la ZEE vietnamienne. Les réserves de gaz attendues se trouvent sous le plateau continental de l’Indonésie et l’article 77 de la CNUDM prévoit que l’Indonésie — en tant qu’État côtier — exploite et explore légalement ses ressources naturelles. La délimitation de la ZEE avec le Vietnam apporte une plus grande clarté pour toutes les structures impliquées dans les activités d’exploration et d’exploitation du gaz.

La démarcation de la ZEE est d’une importance stratégique pour les relations bilatérales entre l’Indonésie et le Vietnam et pour la région au milieu des tensions entre grandes puissances et des revendications territoriales et de l’affirmation de la Chine en haute mer. L’accord de ZEE construira, espérons-le, une plus grande confiance stratégique entre le Vietnam et l’Indonésie, et approfondira peut-être la coopération entre leurs forces navales et leurs garde-côtes. Cela s’appuiera sur des éléments positifs antérieurs, comme le premier exercice coordonné entre les marines vietnamienne et indonésienne entre le 29 août et le 3 septembre 2022 dans les eaux au large des îles indonésiennes de Batam et Bintan.

La délimitation réussie de la ZEE avec l’Indonésie pourrait encourager le Vietnam à conclure des accords similaires avec les Philippines et la Malaisie. Si les États demandeurs d’Asie du Sud-Est pouvaient régler collectivement leurs différends bilatéraux sur les frontières maritimes, ils pourraient alors être en meilleure position pour négocier un code de conduite pour la mer de Chine méridionale ou un autre mécanisme avec la Chine.

Notamment, certaines parties des ZEE du Vietnam et de l’Indonésie chevauchent la «ligne en neuf tirets» de la Chine. En concluant leur accord de délimitation de ZEE sans tenir compte de la position de la Chine, le Vietnam et l’Indonésie ont essentiellement rejeté les revendications territoriales de la Chine. Même si l’accord a été conclu cinq ans après l’affaire arbitrale de la mer de Chine méridionale, il a indirectement accru la pression sur la Chine pour qu’elle se conforme à la décision arbitrale de 2016. Plus les États d’Asie du Sud-Est montrent leur attachement aux principes, normes et règles de la CNUDM, plus la région peut faire preuve d’agence et résister aux revendications et actions audacieuses de la Chine en mer de Chine méridionale et au-delà.

Bich Tran est doctorant à l’Université d’Anvers et chercheur associé au Centre d’études stratégiques et internationales (CSIS) à Washington, DC

Cet article a été publié pour la première fois ici dans Le Fulcrum.

Source : East Asia Forum