Catégories
Asie Viêtnam

Un ancien prisonnier d’opinion harcelé par la police vietnamienne après sa libération

La police vietnamienne a harcelé un ancien prisonnier d’opinion libéré de prison en décembre 2022 après avoir purgé la majeure partie d’une peine de cinq ans pour avoir distribué des documents contre l’État et participé à des manifestations contre le gouvernement.

Nguyen Thi Ngoc Suong, 55 ans, a déclaré vendredi à Radio Free Asia que le harcèlement avait commencé après avoir assisté au procès en appel des militants Nguyen Thai Hung et de son épouse, Vu Thi Kim Hoang, au tribunal populaire de la province méridionale de Dong Nai le 29 mars. Les autorités lui ont demandé de quitter la salle d’audience.

Vendredi, la police du district de Dinh Quan l’a convoquée et l’a avertie de ne pas assister à d’autres procès. Ils ont également dit que les policiers la surveillaient souvent.

« Récemment, la police m’a surveillée de très près », a déclaré Suong à Radio Free Asia après avoir rencontré la police. « Ils sont venus me voir juste après mon retour à la maison [from the trial]. Ils ont dit que je n’avais pas le droit de faire ça.

À la fin de la réunion, un policier lui a dit : « Je te rendrai visite tous les deux jours. »

Suong a dit qu’elle ne se souvenait pas du nom de l’officier parce qu’il ne portait pas de badge nominatif.

Lorsque RFA a contacté la police du district de Dinh Quan pour vérifier les informations, un membre du personnel a demandé le nom de l’officier pour vérification.

Suong, qui a déclaré que sa santé se détériorait depuis sa libération, a été condamnée en mai 2019 en vertu de l’article 117 du code pénal vietnamien. L’article, qui criminalise « la fabrication, le stockage, la distribution ou la diffusion d’informations, de documents et d’objets » contre l’État. Les contrevenants peuvent être condamnés à de cinq à 20 ans de prison.

Suong a été libérée le 13 décembre dernier en mauvaise santé, 10 mois avant la fin de sa peine de prison.

Problèmes de santé pendant la détention

En prison, Suong souffrait de plusieurs maux physiques, notamment un gonflement du foie et des reins, une élévation des enzymes hépatiques, une infection bactérienne de l’estomac et des problèmes de thyroïde.

Le seul traitement qu’elle a reçu était le médicament que les responsables de la prison donnaient à tous les détenus pour traiter diverses maladies.

« Quand je les ai pris, mon état s’est aggravé », a déclaré Suong. « Je me souviens d’une fois où je ne pouvais pas parler parce que mon corps était enflé de la tête aux pieds, y compris ma bouche et ma langue. »

Suong a déclaré qu’elle pensait que sa santé s’était détériorée parce qu’elle avait été soumise au travail forcé au centre de détention temporaire B5 de la police de Dong Nai où elle a été détenue pendant la période d’enquête, et plus tard à la prison d’An Phuoc, où elle a été détenue après un procès en appel. Elle réalise des ex-voto en papier…

Source


En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading