Catégories
Chine

Comment le Japon peut-il équilibrer dissuasion et diplomatie avec la Chine ?

Auteur : Madoka Fukuda, Université Hosei

Le 16 décembre 2022, le gouvernement japonais a approuvé trois nouveaux documents stratégiques liés à la sécurité nationale : la stratégie de sécurité nationale (NSS), la stratégie de défense nationale et le programme de renforcement de la défense. Au cours des neuf années qui ont suivi la promulgation de la précédente NSS, les changements les plus importants pour le Japon ont été la menace militaire croissante de la Chine et les tensions militaires dans le détroit de Taiwan.

Le personnel de la Force d'autodéfense terrestre japonaise (GSDF) peut être vu dans une garnison qui a ouvert le même jour sur l'île d'Ishigaki.  Quelque 570 membres du GSDF ou moins seront stationnés sur l'île près des îles contestées de Senkaku et de Taïwan, apparemment en réponse à l'intensification des activités militaires de la Chine dans les eaux voisines, préfecture d'Okinawa, Japon, 16 mars 2023 (Photo : Reuters/Kyodo News).

En réponse à l’évolution de la situation sécuritaire dans la région, le Japon devrait chercher à renforcer sa dissuasion contre la Chine et s’engager simultanément avec la Chine par le biais d’efforts diplomatiques.

Dans l’ancien NSS, publié en 2013, la position extérieure de la Chine a été décrite comme « un sujet de préoccupation pour la communauté internationale ». Les relations sino-taïwanaises étant stables à l’époque, la situation dans le détroit de Taiwan a été décrite comme ayant «à la fois des orientations vers la stabilité et une instabilité potentielle».

Le nouvelle stratégie, cependant, décrit la présence croissante de la Chine dans la région comme «un sujet de grave préoccupation» et le «plus grand défi stratégique» du Japon, bien que l’utilisation du mot «menace» ait été évitée. La situation dans le détroit de Taïwan a également été décrite comme étant la source de « préoccupations » grandissant rapidement, « non seulement dans la région indo-pacifique, y compris le Japon, mais aussi dans l’ensemble de la communauté internationale ».

La recommandation dans le nouveau NSS que les Forces d’autodéfense japonaises (SDF) acquièrent une capacité de contre-attaque vise à dissuader non seulement la menace traditionnelle d’une frappe de missiles nucléaires par la Corée du Nord, mais aussi les tentatives de la Chine de changer le statu quo par la force dans la région entourant le Japon.

Cette proposition ne signifie pas que le Japon a abandonné son précédent politique exclusivement de défense. La nouvelle stratégie indique également clairement qu’elle repose sur l’alliance de longue date du Japon avec les États-Unis et que son objectif principal sera d’améliorer la dissuasion. Mais cela reste un changement significatif dans l’après-guerre du Japon politique de sécurité et démontre l’étendue des préoccupations du gouvernement japonais concernant la situation sécuritaire actuelle dans la région.

Le SDF prévoit d’étendre son stock de missiles à longue portée comme les missiles sol-navire de type 12 et d’acquérir de nouveaux missiles BGM-109 Tomahawk – qui constitueraient des capacités de contre-attaque. Cette capacité sera déployée avec un accent particulier sur les îles du sud-ouest du Japon, un groupe d’îles reliant Kyushu à Taïwan. Les navires chinois ont été actifs dans la région, en particulier dans les eaux entourant les îles Senkaku.

Les activités militaires chinoises dans la mer et l’espace aérien entourant Taïwan sont également devenues plus fréquentes depuis 2016. Alors que les capacités proposées par le Japon restent asymétriques par rapport aux capacités nucléaires et de missiles de la Chine, le Japon vise à renforcer sa dissuasion contre la Chine en coopération avec les États-Unis.

Si un conflit militaire direct devait se produire entre le Japon et la Chine au sujet des îles Senkaku, ou si une attaque sur le territoire japonais devait accompagner l’invasion militaire chinoise de Taïwan, le Japon envisagerait probablement d’utiliser la force contre la Chine en guise de légitime défense.

Si le gouvernement japonais déterminait toute autre situation comme étant une « crise existentielle » pour le Japon, le Japon envisagerait probablement d’utiliser la force contre la Chine pour exercer son droit de légitime défense collective. Selon le Législation de 2015 pour la paix et la sécurité, une « crise existentielle » est une attaque armée contre un autre pays qui entretient des relations étroites avec le Japon « et, par conséquent, menace la survie du Japon et constitue un danger évident de renverser fondamentalement le droit de ses ressortissants à la vie, à la liberté et à la recherche du bonheur » . Si les forces américaines impliquées dans la défense de Taïwan étaient attaquées, cela constituerait une « crise existentielle » pour le Japon.

La possession par le Japon d’une capacité de contre-attaque augmenterait les coûts associés à une potentielle offensive chinoise dans la région. Le Japon exercerait son droit de légitime défense si la Chine menait des opérations militaires en mer de Chine orientale ou dans le détroit de Taiwan. Cette situation soulèverait la possibilité d’une contre-attaque contre les bases de missiles ou les navires de la marine chinoise. Mais comme cela a été soulevé dans les débats nationaux japonais sur la question, il y aurait encore de nombreux défis pour le gouvernement japonais et le SDF pour répondre à une telle situation.

Outre le renforcement du Japon capacités de défense et de dissuasion, y compris ses capacités de contre-attaque, le gouvernement japonais devrait souligner l’importance de la paix et de la stabilité dans la région par le biais de sa diplomatie. Dans le nouveau NSS, les capacités diplomatiques sont répertoriées comme la principale priorité stratégique du Japon. Renforcement de la confiance dialogue avec la Chiney compris sur les questions préoccupantes, est un élément essentiel de l’agenda diplomatique du Japon, parallèlement au renforcement de l’alliance américano-japonaise et à une augmentation de la coopération avec des pays partageant les mêmes idées dans la région indo-pacifique.

Concernant les relations sino-taïwanaises, le nouveau NSS déclare que les relations du Japon avec Taïwan ont été maintenues grâce à une relation de travail non gouvernementale basée sur le communiqué conjoint Japon-Chine signé en 1972. Bien qu’il positionne Taïwan comme « un partenaire extrêmement important et un ami précieux du Japon », il souligne que « la position fondamentale du Japon vis-à-vis de Taïwan reste inchangée ».

Le Japon devrait souligner cette position diplomatique auprès de la Chine tout en cherchant à trouver un équilibre entre le renforcement de la dissuasion et l’encouragement au dialogue pour éviter une éventualité à Taiwan.

Madoka Fukuda est professeur de politique internationale et d’études chinoises au département de politique mondiale de la faculté de droit de l’université Hosei.

Source : East Asia Forum


En savoir plus sur Info Asie

Subscribe to get the latest posts sent to your email.

En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading