Les puissances moyennes asiatiques doivent trouver leur voix collective sur la gouvernance de l’IA

Auteur : Seth Hays, APAC GATES

En 2023, le Parlement européen a débattu de la loi sur l’intelligence artificielle (IA), la Chine a publiquement commenté le projet de règles sur l’IA générative et les dirigeants de l’industrie américaine – dont le PDG d’OpenAI, Sam Altman – ont appelé à une réglementation solide de l’IA. L’Union européenne, la Chine et les États-Unis pourraient fixer des normes en matière de gouvernance de l’IA, mais les puissances moyennes asiatiques pourraient élaborer un cadre réglementaire qui leur serait bénéfique.

Les puissances moyennes asiatiques devraient coordonner leurs efforts par le biais d’un centre d’excellence en matière de gouvernance de l’IA.

Compte tenu de la rapidité de l’évolution technologique dans le domaine de l’IA et de l’importance stratégique de l’économie numérique pour le commerce intra-régional en Asie, l’échange de bonnes pratiques et de défis réglementaires entre les pays de la région est essentiel à la formulation de réglementations bénéfiques en matière d’IA. Les accords multilatéraux – notamment le Partenariat économique régional global et l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste – comprennent des dispositions sur les questions de commerce électronique, de transfert de données et de cybersécurité. Mais les lacunes dans la gouvernance de l’IA soulignent la nécessité d’un forum sur la gouvernance de l’IA dans le cadre de la gouvernance numérique asiatique.

Il existe peu d’alignement pratique sur la gouvernance de l’IA en Asie. Selon l’indice 2022 Government AI Readiness Index d’Oxford Insights, l’Asie compte à la fois des leaders et des retardataires en matière de gouvernance réglementaire de l’IA.

Singapour se classe au premier rang en matière de gouvernance de l’IA sur la base de critères tels qu’une stratégie nationale en matière d’IA, des principes d’éthique et des lois sur la confidentialité des données et la cybersécurité. La Corée du Sud, le Japon et l’Australie obtiennent également de bons résultats. Mais la Chine, Taïwan, la Malaisie, la Thaïlande et l’Indonésie obtiennent des scores inférieurs, tandis que les Philippines, la Nouvelle-Zélande et le Vietnam se situent à des niveaux encore plus bas.

L’examen de l’état d’avancement de la gouvernance de l’IA dans certains pays asiatiques donne un aperçu de la valeur potentielle de la collaboration en matière de gouvernance de l’IA entre les diverses économies asiatiques.

Singapour a adopté une approche favorable à l’industrie et n’a pas encore adopté de législation globale. Singapour propose une boîte à outils pratique sur l’éthique de l’IA pour l’industrie. En juin 2023, l’organisme de réglementation de la confidentialité de Singapour, la Commission de protection des données personnelles et l’Infocomm Media Development Authority ont mené des efforts pour incuber et lancer AI Verify. AI Verify est une organisation indépendante à but non lucratif qui propose une évaluation et des tests axés sur l’industrie de systèmes d’IA explicables, transparents, équitables et centrés sur l’humain.

Le ministère australien de l’Industrie, des Sciences et des Ressources a publié en juin 2023 un document de discussion sur l’IA sûre et responsable, axé sur les mécanismes de gouvernance visant à garantir que l’IA soit développée et utilisée de manière sûre et responsable. Le rapport met en évidence la constellation de réglementations pertinentes pour l’IA en Australie, notamment les lois sur la protection des données et de la vie privée, la protection des consommateurs, la concurrence, le droit d’auteur, la sécurité en ligne et la discrimination.

Le Vietnam, cependant, donne un aperçu de la position actuelle de nombreux pays asiatiques en matière de réglementation de l’IA. La stratégie nationale du Vietnam en matière d’IA fixe des objectifs chiffrés explicites, notamment le nombre de centres et d’entreprises d’IA à créer au cours d’une année donnée. La stratégie impose la création de lois et de réglementations sur l’IA d’ici 2027. Pourtant, aucun projet de réglementation n’est rendu public.

Les efforts de gouvernance de l’IA en Thaïlande et en Nouvelle-Zélande mettent en lumière les questions auxquelles de nombreux gouvernements asiatiques doivent faire face.

Le projet de décret royal thaïlandais réglementant l’IA soulève des inquiétudes quant à l’application extraterritoriale de leur réglementation nationale en matière d’IA. Le décret thaïlandais exigerait qu’un fournisseur mondial de services d’IA enregistre ou nomme un représentant local en Thaïlande lorsqu’il fournit des services aux utilisateurs thaïlandais.

La Nouvelle-Zélande offre une autre perspective sur la réglementation de l’IA, avec une mention explicite des droits des autochtones. Sa charte d’algorithme reconnaît les questions sur les droits des autochtones dans l’IA, y compris la souveraineté des données maories.

Les tendances réglementaires asiatiques n’évoluent pas entièrement en ligne droite, certains gouvernements évoluant dans des directions différentes des politiques précédentes.

En 2018, le Japon a modifié ses lois sur le droit d’auteur pour être plus favorables au développement de l’IA, en autorisant une exception d’utilisation équitable à la violation du droit d’auteur pour les données d’entraînement de l’IA. Mais le Premier ministre japonais Fumio Kishida a récemment suggéré de réexaminer ces questions de droit d’auteur lors d’une réunion du Conseil stratégique japonais sur la propriété intellectuelle. Une position réglementaire plus restrictive pourrait être à venir.

Les régulateurs indiens ont également montré un changement d’attitude. En avril 2023, le ministère de l’Électronique et des Technologies de l’information a déclaré qu’il n’avait pas l’intention de promulguer une loi. Mais en mai 2023, le ministre indien de l’électronique et des technologies de l’information, Ashwini Vaishnaw, a indiqué qu’une réglementation serait en cours.

Les décideurs politiques régionaux devraient lancer le processus de coordination et de partage des meilleures pratiques le plus tôt possible.

Les initiatives dans les domaines de la confidentialité et du transfert de données offrent un modèle, notamment les règles de confidentialité transfrontalières de la Coopération économique Asie-Pacifique ou le concept du Forum économique mondial de libre circulation des données avec confiance. L’OCDE s’est penchée sur la question de la réglementation de l’IA et fournit des ressources précieuses à l’échelle mondiale – mais, de par sa conception, les discussions qui s’y déroulent pourraient renforcer la fracture numérique. L’ASEAN a également indiqué qu’elle élaborerait un guide sur l’IA pour ses 10 États membres.

Un centre d’excellence réunissant tous les aspects de la discussion sur la gouvernance de l’IA en Asie dans un seul forum offrirait l’occasion d’examiner et d’élaborer de manière approfondie des réglementations de concert et complémentaires avec les cadres réglementaires nationaux de chaque pays.

La réglementation de l’IA s’inscrira dans des enjeux plus larges de gouvernance numérique allant au-delà de la vie privée, de la protection des données, de la cybersécurité ou de la propriété intellectuelle. La sensibilisation, le partage des meilleures pratiques et la formation de points de consensus pour le plaidoyer en faveur de la gouvernance de l’IA sont essentiels pour garantir que les points de vue des parties prenantes en dehors de l’Union européenne, des États-Unis et de la Chine soient représentés en Asie et dans le monde.

Seth Hays est avocat et directeur général d’APAC GATES, Taipei.

Source : East Asia Forum