Catégories
Asie Chine

Les tensions américano-chinoises pèsent sur les Américains détenus dans les prisons chinoises

Lorsque le secrétaire d’État américain Antony Blinken devait se rendre à Pékin le mois dernier, de nombreux observateurs recherchaient tout signe d’un dégel ou d’une désescalade des tensions les plus tendues depuis des décennies entre les deux pays.

Mais il n’y avait pas que les politiciens et les entreprises avec beaucoup d’enjeux qui recherchaient des signes de tensions réduites. Les familles américaines dont les proches sont enfermés dans les prisons chinoises suivaient les développements de l’ère glaciaire diplomatique avec un mélange d’anxiété et d’espoir.

Les familles que j’ai encadrées et aidées à soutenir leurs membres emprisonnés en Chine – par le biais de lobbying, de prise en main et de conseils pratiques, le tout dans le but ultime d’obtenir leur libération – ont vu leurs nouveaux espoirs brisés. Ils ont été lobbying clin d’oeil à soulever leurs cas auprès de la Chine dans l’espoir que les autorités chinoises fassent preuve d’un peu de pitié et autorisent des libérations anticipées, des échanges de prisonniers ou d’autres gestes de bonne volonté envers des prisonniers que le gouvernement américain considère détenus à tort.

Les chances ont été anéanties le 3 février lorsque Blinken a annulé son voyage pour protester contre le ballon espion chinois, que l’US Air Force a ensuite abattu, accusant la Chine de surveillance illégale et de violation du territoire souverain américain.

Lorsque Blinken a rencontré le chef de la politique étrangère chinoise Wang Yi en marge de la conférence de Munich sur la sécurité le 18 février, des espoirs ont été soulevés qu’ils pourraient arranger les choses.

Mais la rencontre a rapidement dégénéré en récriminations mutuelles qui n’ont fait qu’empirer les choses. À aucun moment depuis le début de l’ouverture de la Chine à la fin des années 1970, les relations n’ont été pires qu’aujourd’hui.

Cela a beaucoup à voir avec qui est en charge à Pékin. Le dictateur de facto chinois Xi Jinping a passé ses 11 années au pouvoir à mener des campagnes hostiles contre la domination américaine sur l’ordre mondial fondé sur des règles, non seulement par des campagnes d’influence et d’ingérence, mais aussi en constituant un important stock de prisonniers étrangers dans ses prisons, pour des crimes de droit commun qui sont souvent non étayés devant les tribunaux.

Cet inventaire comprend environ 300 Américains coincés dans des prisons chinoises sordides dans de nombreuses villes, et d’autres sous interdiction de sortie incapables de quitter le pays. Aucune des peines ne semble jamais proportionnée aux infractions reprochées, au point que la condamnation apparaît carrément imprudente.

Frais obscurs

C’est également vrai pour les quelques milliers d’étrangers dans les prisons chinoises. De nombreux Singapouriens sont enfermés sous des accusations obscures dans le goulag de Xi, comme l’avocat Edwin Tay, qui a été emprisonné à vie pour de fausses accusations de fraude, et entraîneur de football…

Source


En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading